Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Belle And Sebastian
Girls in Peacetime Want to Dance  (Matador Records)  janvier 2015

En 2016, Belle and Sebastian, groupe éternellement écossais de Glasgow, aura vingt ans. Un groupe qui dure vingt ans, c’est rare, certes certains sont partis (notamment Stuart David et Isobel Campbell) mais pour l’essentiel, le groupe est resté le même. Nous, nous ne sommes pas resté les mêmes. En vingt ans, il s’en est passé des choses, vingt ans c’est une vie, une génération, ce sont des naissances, des unions, des morts, des séparations, des déménagements, des constructions et pendant ce temps on vieillit, on grossit, on s’essouffle, on se viagrise, on accumule, on s’assagit, ou on mûrit dit-on. Le temps passe (hélas ?).

Un nouvel album de Belle and Sebastian, c’est la fin des années quatre-vingt-dix qui nous appelle, qui nous tire par la manche et qui nous dit : "Souviens-toi de l’indie pop sucré, rêveuse, mélancolie et même adolescente parfois - mais on assume - mais si souviens toi... C’est quand tu étais jeune, quand tu avais des projets et pas de crédit, du temps mais pas d’argent, te souviens-tu de cet enfant ?". Bien sûr que l’on s’en souvient, on se souvient de tout, d’avoir cherché chez le disquaire d’occasion les EP de B&S (Belle and Sebastian, je ne vais pas le répéter à chaque fois) qui nous manquaient, «Trop bien Lazy Line Painter Jane à quinze francs", on se souvient des après-midi d’insouciance, à dansouiller (c’est-à-dire à remuer vaguement des fesses) sur "Le Pastie de la Bourgeoisie". On se souvient de cette fille à qui l’on a fait écouter "This Is Just a Modern Rock Song" en lui disant que c’était la plus grande chanson du monde de tous les temps de la semaine, et en se disant qu’en sept minutes treize, on trouverait bien le courage de l’embrasser enfin. Alors oui pour tout ça et pour tout le reste, réécoutons ou plutôt écoutons Belle and Sebastian...

D’après ce que j’ai lu avant de l’entendre : This Is A Revolution, ce disque est une révolution pour B&S parce qu’il remet tout en cause, de la cave au grenier, du sol au plafond, parce qu’il ajoute une grosse dose d’électro dans B&S ! Un truc de malade, un truc de fou, le son dancefloor, à côté David Guetta, c’est Annie Cordy ! Et franchement quand on me dit ça, je n’ai pas très envie de l’écouter... B&S, c’est de l’indie pop sucréz, rêveuse, mélancolie, etc. (cf. plus haut) ! Ça fait vingt ans qu’ils creusent leur sillon, je refuse qu’ils aient changé ! Je n’aime pas le changement ! On commence par changer une petite chose et après il y a tout qui change ! Je suis en train de faire une crise, je me calme et je garde la tête froide... Respirer... Le nez, la bouche, le nez, la bouche...

Reprenons calmement, sur leur premier album confidentiel et forcément culte Tingermilk, on trouve une chanson au nom de "Electric Renaissance", c’était il y a quasiment vingt ans. C’est un morceau avec une voix robotique, des effets électroniques et à la mélodie imparable. Ce morceau annonçait presque ce Girls in Peacetime Want to Dance. Avec le recul, il semble nous dire, dans vingt ans vous m’aurez oublié, mais pourtant j’aurai été là. En fait, ce disque de B&S n’est pas une révolution, ce n’est pas la remise en cause d’un groupe en perte de vitesse, non c’est du Belle and Sebastian à son meilleur niveau, avec justement le mélange de son, de style qu’on trouvait dès le début de leur carrière. C’est du B&S avec tout ce que l’on aime, des mélodies fatales ("The Book Of You"), des voix parfois presque fausses, des changements de chanteurs, des solos de guitares un peu désuets, des textes sur l’amour, des références bien Anglaises ("The Power Of Three"), des tubes potentiels ("The Party Line") et toujours une certaine candeur et naïveté. Effectivement dans les arrangements, on retrouve un peu plus de "modernité" que d’habitude, mais une chanson comme "Nobody’s Empire" ou "Allie" pourraient aller sur n’importe quel autre album de B&S. C’est en ça que ce disque est une réussite, il contente les vieux fans, dont je suis, mais s’ouvre aussi sur de nouveaux horizons.

B&S étaient connus entre autres pour faire des EP de quatre titres entre chaque album, EP qui contiennent d’ailleurs souvent leurs meilleures chansons, malheureusement crise du disque oblige, il n’y a plus vraiment de EP. La version "vinyl collector" est découpé en quatre EP : "The Party Line", "Enter Sylvia Plath", "Play for Today" et "Perfect Couples", comme si B&S nous disaient : voilà notre meilleur, voilà quatre fois quatre chansons, c’est tout ce que nous sommes, la somme de chacun d’entre nous, c’est tout ce que nous savons faire, quatre fois quatre chansons qui forment un grand disque.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Album Dear Catastrophe Waitress de Belle and Sebastian
La chronique de l'album The blues are still blue de Belle and Sebastian
Belle and Sebastian parmi une sélection de singles (été 2006)
Belle and Sebastian en concert au Grand Rex (8 mars 2004)
Belle and Sebastian en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)

En savoir plus :
Le site officiel de Belle and Sebastian
Le Myspace de Belle and Sebastian
Le Facebook de Belle and Sebastian


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 16 décembre 2018 : au pied du sapin

Dernière ligne droite avant Noël, les fêtes en famille, la fin d'année. Comme chaque année, nous vous accompagnerons jusqu'au bout de l'année avec nos suggestions culturelles, en espérant que vous y trouviez de quoi découvrir et faire découvrir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Fantaisies stellaires" de Tara King Th. et Dominique Paturel
"Jettatura" de VCID
8 (Brisa Roché et Ray Bornéo) et Vestale Vestale avec Ray Bornéo, une sélection de EP thématique
Rencontre avec La Pietà autour de ses "Chapitres V et VI". Nous avons eu la chance de tourner une session 3 titres de La Pietà dont voici le magnifique premier titre "La Salle d'Attente"
"Mozart : Les trois dernières symphonies" de Mathieu Herzog & Ensemble Appassionato
"Carnaval Odyssey" de Dowdelin
"On the brighter side" de Karl Jannuska
"Sex on the beach EP" de Sapiens Sapiens
"Sweet exile" de They Call Me Rico & the Escape
et toujours :
"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Saison 1" au Théâtre de la Bastille
"Histoires naturelles" au Centquatre
"Chambre noire" au Carreau du Temple
"Métropole" au Théâtre La Reine Blanche
"Allers-Retours" au Lavoir Noderne Parisien
"Le Veau d'Or" à La Folie Théâtre
"Mais n'te promène donc pas toute nue !" à la Comédie de Picardie
"Le Bal des Philosophes" au Bal Blomet
"Europa (Esperanza)" au Lavoir Moderne Parisien
"Quoi de neuf Dolto ?" à La Folie Théâtre
"Que je t'aime !" au Théâtre Le Lucernaire
des reprises :
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Huis Clos" à la Comédie Saint Michel
"Mon meilleur copain" à la Comédie Caumartin
"Le Cabaret extraordinaire" à la Nouvelle Eve
"Carmen Flamenco" au Théâtre 13/Seine
et la chronique des autres spectacles de décembre

Exposition avec :

"Japon - Japonismes 1867-2018" au Musée des Arts Décoratifs

les films de la semaine :
"Basquait, un adolescent à New York" de Sara Driver
"The Happy Prince" de Rupert Everett
Oldies but Goodies avec "Singin in the rain (Chantons sous la pluie)" de Stanley Donen et Gene Kelly projeté dans le cadre du cycle "Comédies musicales" à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Chateau de femmes" de Jessica Shattuck
"Délivrez-nous du bien !" de Natacha Polony & Jean Michel Quatrepoint
"Hôtel Baden Baden" de Brigitte Glaser
"Idiss" de Robert Badinter
"La frivolité est une affaire sérieuse" de Frédéric Beigbeger
et toujours :
"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz

Froggeek's Delight :

Le temps n'a pas de prise sur "Quantum Break" sur PC Windows et Xbox One

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 16 décembre 2018 : au pied du sapin
- 9 décembre 2018 : l'empire d'essence
- 2 décembre 2018 : Tout feu tout flamme
- 25 novembre 2018 : gilets jaunes et ciel gris
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=