Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fraser Anderson
Little Glass Box  (Membran Records)  février 2015

Dans la vie, et en musique en particulier, il faut savoir être patient et savoir se laisser surprendre. Commencer une chronique par "dans la vie", c’est comme une chanson dont le refrain commencerait par "Aimer, c’est comme..." : c’est moyen, très moyen, j’en conviens. Cela ressemble juste à du sous Alexandre Jardin ou même pire à du sous Paolo Coello, c’est dire si c’est mauvais et que ça ne vole pas très haut, que ça ne touche pas les ailes des oiseaux, mais je n’avais pas d’autre accroche alors il faudra faire avec. Je reprends, en essayant de ne plus m’interrompre comme je le fais malheureusement trop souvent.

C’est important d’être patient donc, Fraser Anderson a déjà quatre albums à son actif, mais c’est le premier qui sort via un label, jusqu’à présent il n’était qu’un secret bien gardé, et il est vraiment temps que sa musique s’ouvre à un plus large public. Il est temps que nous nous intéressions à lui.

C’est important aussi de se laisser surprendre, un auteur-compositeur écossais qui enregistre un disque dans le Languedoc, c’est surprenant. Une pochette qui représente l’embarcadère de l’Hôtel Majestic Barrière de Cannes, c’est déroutant. Et ce titre étrange Little Glass Box, petite boite en verre, comme un endroit où l’on cache des choses à la vue de tous. Qu’est-ce que Fraser Anderson a mis dans cette boîte, que nous cache-t-il ? Que nous montre-t-il ? Boîte de Pandore, boîte de nuit, boite à chaussure, boite à musique ?

Dans cette boîte, on y trouve douze chansons, douze petits trésors, on y trouve des surprises, de l’émotion, de la douceur et de la beauté. Il serait injuste et surtout bien difficile de vouloir ranger ce disque dans une case, dans une boîte justement, Fraser Anderson réussit un mélange parfait entre folk, country, pop et jazz. Loin du cliché du folkeux à guitare, barbe et chapeau, même s’il a une guitare, une barbe et un chapeau, personne n’est parfait, Fraser Anderson ouvre ses chansons à d’autres perspectives, à d’autres horizons. A sa voix toute en douceur et retenue, il offre des mélodies suaves, enivrantes parfois rythmées et toujours émouvantes, il y rajoute des variations, des jeux de chœurs, de Rhodes, de guitares, de trompettes. Cela donne l’impression d’un disque enregistré en improvisation, "vas-y fais ta chanson et je rajouterai un solo à un moment", cela rend le disque extrêmement vivant, où tout est fluide, à la cool. On a l’impression qu’il joue juste pour nous, qu’il est avec ses amis dans le coin et qu’on le regarde, qu’on l’écoute et que la magie opère presque malgré nous, il nous rend aussi ému qu’il l’est, il nous fait toucher le plaisir et la beauté.

Evidemment, il est beaucoup question d’amour dans les textes et pas seulement, certains morceaux, "Photograph", "Open Sky", "Your Love"... quasiment tous les morceaux en fait, répondent parfaitement au cahier des charges suivant : c’est samedi après-midi, j’ai une amie qui doit passer dans une petite demi-heure, j’ai rangé l’appartement du sol au plafond, changé les draps, tamisé les lumières, fait brûler de l’encens, préparé un French Early Grey, acheté des petits beurres bretons et des macarons, déposé négligemment sur la table basse La Recherche Du Temps Perdu et le Monde Diplomatique, j’aimerai passer pour un garçon fin, sensible, raffiné, intelligent et cultivé donc si tu pouvais me faire une ambiance propice à l’échange de fluide corporel afin que mes efforts soient récompensés et que je n’ai pas fait tout ça en vain... Le pouvoir hautement érotogène de la voix chuchotante en français dans le texte dans "Warhorse", le mélange des voix de "Waterfall" (pour ne citer que deux exemples parmi les douze invitations à des plaisirs plus horizontaux que contient ce disque) assurent la totale réussite de cette entreprise libidinale.

Sur ce, je pense qu’il est temps que j’aille prendre une douche froide parce que nous sommes samedi après-midi et que j’attends quelqu’un.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Under the cover of lightness de Fraser Anderson
L'interview de Fraser Anderson (samedi 28 février 2015)

En savoir plus :
Le site officiel de Fraser Anderson
Le Bandcamp de Fraser Anderson
Le Soundcloud de Fraser Anderson
Le Facebook de Fraser Anderson


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2018-04-15 :
Part-Time Friends - Born to try
Arthur Ancelle - Haydn : 3 sonatas
Lofofora - Simple appareil
Scratchophone Orchestra - Plaisir moderne
Hotel - Room 102 EP
Tim Linghaus - Memory Sketches
Newton Colours - Where the Weather Went
Niki Niki - Absence
The Ex - 27 Passports
Sons of Kemet - Your Queen is a Reptile
Lucarne - Deux ans pour résoudre un puzzle deux pièces
Da Silva - Interview

• Edition du 2018-04-08 :
Pierre Bartholomée - Années 1970-1985
The Pack (A.D.) - Dollhouse
Ben Harper & Charlie Musselwhite - No Mercy in this land
Red Money - Shake, Burn and Love
Meshell Ndegeocello - Ventriloquism
Guillaume Poncelet - Quatre-vingt-huit
Thomas Hellman - Rêves américains, tome 1 - La ruée vers l'or
The Skull Defekts - The Skull Defekts
Hey Sarah - One EP
Mezzanine - Undervoid - Sélection singles & EP
Greg Kozo - This is not Hollywwod
Keith Jarrett - Gary Peacock - Jack DeJohnette - After he Fall
 

• Archives :
Pierre Fouchenneret - Simon Zaoui - Raphaël Merlin - David Lefort - Gabriel Fauré : Horizons
Otis Stacks - Fashion Drunk
Heldon - Live At Metz '77
Antarte - Isole
Atsushi Sakaï - Christophe Rousset - Marion Martineau - Isabelle Saint-Yves - Couperin
Côme - Point Némø
Daniel Barenboim - The Boulez Ensemble - Boulez : Sur Incises (Live at Pierre Boulez Saal)
Julien Sagot - Bleu jane
Sammy Decoster - Sortie 21
I Am Stramgram - Interview
Kimberose - Chapter One
Pale Grey - Waves
GoGo Penguin - Natashia Kelly - L'Aéronef
Daniel Colin, Mathilde Febrer & friends : "Gus vs. Tony" - Salle Saint-Just
Hiver Pool - KØS - Sarah Toussaint-Léveillé - Trois Baudets
The Breeders - All Nerve
Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - Iron Maiden - Turbonegro - Hatebreed - Deftones - A Perfect Circle - L7 - Stone Sour - Body Count - Powerflo - Rise of the Northstar - Parkway Drive - Pleymo - Alice in Chains - Hollywood Vampires - Jonathan Davis - Limp Bizkit - Marilyn Manson
Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - Interviews
Menahem Pressler - Clair de lune : Debussy - Fauré - Ravel
Sister Iodine - Venom
J.C. Satàn - Centaur Desire
Aegide - Audiotonine
Lionel Suarez - Airelle Besson - Vincent Segal - Minino Garay - Quarteto Gardel
David Federmann - Water's Edge EP
Soviet Suprem - Marx Attack
Marco Moustache - Autopsie d'un poil rebelle
Pelouse - Pelouse
Thomas Ibanez Quartet - If Ever I Would Leave You
Mudweiser - So said the snake
Stracrawler - Starcrawler
- les derniers albums (5183)
- les derniers articles (119)
- les derniers concerts (2245)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1028)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (19)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=