Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Simian Ghost
The Veil  (Discograph / Harmonia Mundi)  janvier 2015

Un soir de la semaine, pas celle-ci la précédente, alors que je buvais des cocktails compliqués, dans un bar peint en noir, dans le huitième, je me posais la question suivante : pour qu’un cocktail compliqué soit bon, faut-il uniquement mettre des bonnes choses dedans et hop c’est bon, ou peut-on mettre des choses moyennes qui vont se révéler bonnes par le fait d’être mélangées ?

Au bout d'une demi-heure de vaines réflexions et d’argumentations avec moi-même, je n’étais pas plus avancé, je me suis résolu à ne pas commander un autre cocktail compliqué, j'en étais à mon huitième et en général, je m'arrête toujours au huitième. Je suis rentré donc chez moi en marchant pas toujours droit, mais j’aime les cocktails compliqués, je ne suis pas une tortue d’eau douce... (non, non, non).

Quelques jours plus tard toujours obsédé par cette question, j’errais comme un pauvre bougre dans les rues d’un Paris aux rues toujours trop grandes pour les âmes esseulées, pris dans les errances du doute et des questionnements sans fin, je sentais le monde se dérober sous mes pieds, j’étais prêt à faire n’importe quoi genre écouter Fauve sans rire ou Perrez sans vomir, c’est dire si j’allais mal. Heureusement, un disque allait me sauver la vie et me montrer qu’au bout du tunnel parfois, il y a la lumière. Ce disque, c’est The Veil, le troisième album du groupe Simian Ghost, groupe de Sandviken et Gävle en Suède. Etre sauvé par un disque Suédois, c’est cocasse, c’est même assez improbable (quoique, par le passé la chanson "Never Follow Suit" de The Radio Dept. m’avait sauvé mais c’est une autre histoire, que je ne vous raconterai sans doute jamais).

Vous vous demandez sans doute quel rapport y a-t-il entre les cocktails compliqués et la musique de Simian Ghost ? C’est pourtant simple : The Veil est un cocktail compliqué, un mélange de genres, de styles, d’influences, le tout sans perdre une seule goutte d’originalité et de cohérence, sans partir dans tous les sens, sans jamais être dans le cliché ou l’hommage lourdingue. Ce disque, c’est une sorte d’orgie auditive entre The Beach Boys, Sigur Rós, Tahiti 80, Maximilian Hecker et même un peu de Radiohead, je vous l’accorde pour une orgie ça manque de fille, heureusement dans Simian Ghost, il y a Maja Agnevik qui ajoute dans des chœurs ou des duos la touche de féminité parfaite qu’il pourrait manquer.

The Veil est un disque à la fois mélancolique et léger, exigeant et efficace, refusant d’être résumé, contenant ses moments planants "Endless Chrod", "August Sun", ses perles pop comme "Cut-Off Point", "Never Really Knew" ou "The Ocean is a Whisper", mais là où même s’ils jouent avec les codes de la pop, mélodie imparable, chœurs à base de Palala Palala, ils rajoutent des ingrédients pour rendre le tout encore meilleur, voix aériennes comme un contrepoint qui apporte de la tristesse à la légèreté apparente, simplicité des arrangements, laissant parfois aux chœurs le soin d’habiller la chanson.

Voilà pourquoi Simian Ghost répond à la question initiale, pour faire un bon cocktail quand on est doué on peut prendre des ingrédients un peu moyens, comme par exemple de la dream pop avec de la reverbe, je chante dans une cathédrale vide sous la pluie, ou un couplet chanté dans un micro qui sature pour faire un peu sale, et prendre également des ingrédients d’une qualité exemplaire, chœurs Beach-boysiens, mélodies léchées, le secret c’est la fabrication. Il faut savoir les doser, les mélanger, choisir entre directement dans le verre, à la cuillère ou au shaker, savoir ménager les effets, jouer avec la surprise et les sentiments. C’est exactement ce que cet album procure, un plaisir pour tous les palais, un plaisir mesuré, calibré : bref mais intense, les chansons sont courtes totalement dans le "format" actuel, moins de quatre minutes, sauf une. Mais il n’en faut pas plus car comme un très bon cocktail, le goût reste longtemps en bouche, et on prend un plaisir sans borne à en recommander encore un et de ne pas vraiment s’arrêter au huitième.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Simian Ghost
Le Soundcloud de Simian Ghost
Le Facebook de Simian Ghost


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2018-04-15 :
Part-Time Friends - Born to try
Arthur Ancelle - Haydn : 3 sonatas
Lofofora - Simple appareil
Scratchophone Orchestra - Plaisir moderne
Hotel - Room 102 EP
Tim Linghaus - Memory Sketches
Newton Colours - Where the Weather Went
Niki Niki - Absence
The Ex - 27 Passports
Sons of Kemet - Your Queen is a Reptile
Lucarne - Deux ans pour résoudre un puzzle deux pièces
Da Silva - Interview

• Edition du 2018-04-08 :
Pierre Bartholomée - Années 1970-1985
The Pack (A.D.) - Dollhouse
Ben Harper & Charlie Musselwhite - No Mercy in this land
Red Money - Shake, Burn and Love
Meshell Ndegeocello - Ventriloquism
Guillaume Poncelet - Quatre-vingt-huit
Thomas Hellman - Rêves américains, tome 1 - La ruée vers l'or
The Skull Defekts - The Skull Defekts
Hey Sarah - One EP
Mezzanine - Undervoid - Sélection singles & EP
Greg Kozo - This is not Hollywwod
Keith Jarrett - Gary Peacock - Jack DeJohnette - After he Fall
 

• Archives :
Pierre Fouchenneret - Simon Zaoui - Raphaël Merlin - David Lefort - Gabriel Fauré : Horizons
Otis Stacks - Fashion Drunk
Heldon - Live At Metz '77
Antarte - Isole
Atsushi Sakaï - Christophe Rousset - Marion Martineau - Isabelle Saint-Yves - Couperin
Côme - Point Némø
Daniel Barenboim - The Boulez Ensemble - Boulez : Sur Incises (Live at Pierre Boulez Saal)
Julien Sagot - Bleu jane
Sammy Decoster - Sortie 21
I Am Stramgram - Interview
Kimberose - Chapter One
Pale Grey - Waves
GoGo Penguin - Natashia Kelly - L'Aéronef
Daniel Colin, Mathilde Febrer & friends : "Gus vs. Tony" - Salle Saint-Just
Hiver Pool - KØS - Sarah Toussaint-Léveillé - Trois Baudets
The Breeders - All Nerve
Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - Iron Maiden - Turbonegro - Hatebreed - Deftones - A Perfect Circle - L7 - Stone Sour - Body Count - Powerflo - Rise of the Northstar - Parkway Drive - Pleymo - Alice in Chains - Hollywood Vampires - Jonathan Davis - Limp Bizkit - Marilyn Manson
Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - Interviews
Menahem Pressler - Clair de lune : Debussy - Fauré - Ravel
Sister Iodine - Venom
J.C. Satàn - Centaur Desire
Aegide - Audiotonine
Lionel Suarez - Airelle Besson - Vincent Segal - Minino Garay - Quarteto Gardel
David Federmann - Water's Edge EP
Soviet Suprem - Marx Attack
Marco Moustache - Autopsie d'un poil rebelle
Pelouse - Pelouse
Thomas Ibanez Quartet - If Ever I Would Leave You
Mudweiser - So said the snake
Stracrawler - Starcrawler
- les derniers albums (5183)
- les derniers articles (119)
- les derniers concerts (2245)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1028)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (19)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=