Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alain Chamfort
Alain Chamfort  (PIAS)  avril 2015

Sur Alain Chamfort, comme le chantait Jacques Dutronc, vous avez sans doute tout lu, tout vu, tout bu, d’ailleurs savez-vous qu’à la fin des années soixante, Alain Chamfort a été, sous le nom de Alain Le Govic, son vrai nom, clavier de Jacques Dutronc ? Oui, vous le saviez... Comme vous savez pour Lio, pour "A cause des garçons", pour Claude François, comme vous connaissez par cœur l’histoire de "Adieu California" / "Manureva", de Gainsbourg, ses soucis de maison de disques, etc. Bref, sur Chamfort, on sait tout, il fait partie de notre univers musical depuis toujours, c’est presque devenu un people qui fait des disques. Et on aurait tort de le limiter à trois anecdotes et "Manureva", ça serait oublier sa musique, ses collaborations avec Bertrand Burgalat, Steve Nieve, Michel Houellebecq... Laissons tout ça de côté et intéressons-nous seulement à la musique.

Alain Chamfort signe son (grand) retour après presque treize ans sans nouvel album, je ne parlerai pas de Une vie Saint Laurent, projet dispensable et d’Elles et Lui, album de reprises et de duo qui est plus que dispensable. Accompagné du fidèle belge Jacques Duvall au texte, réalisé par Frédéric Lo, Alain, permettez-moi de l’appeler Alain, j’ai l’impression que je le connais depuis toujours, signe un disque d’une classe folle. Dès l’ouverture avec "Deux Poignards", description d’une femme "qui transperce le cœur", le ton est donné, il sera comme souvent dans les chansons d’Alain beaucoup question d’histoires de cœur, d’amour, de femmes. Evidemment, c’est souvent des histoires qui ne sont pas si simples, en même temps si l’amour était simple, ça se saurait. Les textes de Jacques Duvall sont inspirés comme jamais, avec son sens incroyable de la formule qui frappe, qui avance et qui touche, qui va droit au but. Je pourrai vous donner un exemple par chanson, dans chaque titre on trouve une fulgurance...

Certaines chansons semblent répondre à d’autres chansons plus anciennes, en abordant les mêmes thèmes : "Joy" reprend l’idée de "Qu’est-ce que tu as fait de mes idées noires ?", celui du vieil ours dont la vie est bouleversée par l’arrivée d’une jeune fille, "Jamais je t’aime" sonne comme une suite à "Ce ne sera pas moi", il y a même une chanson "à jeux de mots" classique duvalien "Argentine" dans la lignée des "Beaux Yeux de Laure".

Musicalement, on trouve un mélange du savoir-faire de Chamfort, c’est-à-dire réussir à mélanger des sonorités électroniques dans l’air du temps comme il l’avait fait sur Trouble, ou Personne n’est parfait, à des chansons plus classiques comme cela était le cas sur Neuf ou Le Plaisir. Certes, la voix n’a plus la même fraîcheur que jadis (en même temps, elle a soixante-six ans, cette voix), elle paraît un peu usée, sur la corde à certains moments, mais ça ne manque pas de charme, au contraire cela apporte une certaine fragilité, l’impression d’un certain recul, un dandysme. Cette voix est particulièrement touchante lors du duo avec Charlotte Rampling, "Où es-tu ?" où ils se répondent à la perfection. "Joy", "L’amour n’est pas un sport individuel" ou "Puis-je vous offrir ?" réussissent à être totalement pop presque un peu dancefloor, avec des refrains entêtants et des jolis effets de voix ou la présence de chœur féminin, elles ont tout de la chanson efficace comme pouvait l’être "Manur.. heu oui celle-ci mais aussi "Souris puisque c’est grave" ou "Les Majorettes".

L’album se clôt avec "Le diable est une blonde" (même si moi, je parie que le diable est anglais), comme une suite logique aux deux poignards du début, "c’est toi qui me hais le mieux", parce que les histoires d’amour duvalochamforesque ne sont jamais loin des histoires de haine et de violence, parce que personne n’aime personne. C’est donc le (grand) retour d’Alain Chamfort et ça valait le coup d’attendre.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Alain Chamfort en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (vendredi)
Alain Chamfort en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
L'interview de Alain Chamfort (mercredi 17 février 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Alain Chamfort
Le Myspace de Alain Chamfort
Le Facebook de Alain Chamfort


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 4 octobre 2020 : Triste automne

La culture continue comme elle peut se survivre en cette triste année 2020. Voici nos découvertes de la semaine avec pas mal de chose au théâtre ! quelle joie ! Nous avons aussi réalisé une émission spéciale sur le jeu RIP THEM OFF, le replay, c'est par ici. En route pour le sommaire.

Froggeek's Delight :

"Hades" sur Windows, Mac OS et Switch
Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Du côté de la musique :

"All thoughts fly" de Anna von Hausswolff
"Die, motherfucker ! die !!!" de Apple Jelly
"BT93" de BT93
"Brahms - musique de chambre vol 3 et 4" de Geoffroy Couteau
"Le temps béni de la pandémie" de Les Goguettes (en trio mais à 4)
"Mozart : Betulia liberata" de Les talens Lyriques & Christophe Rousset
"Both at once" de Martin Joey Dine
"Dialogues" de Nicolas Baldeyrou
"Source" de Nubya Garcia
"Glasgow kiss EP" de Shadow of Planes
et toujours :
"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo

Au théâtre :

les nouveautés :
"Vivre" au Théâtre de la Colline
"Exils intérieurs" au Théâtre des Abbesses
"Crésus" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Et le coeur fume encore" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"La loi de la gravité" à la Comédie de Béthune
"Lorsque Françoise paraît" au Théâtre Lepic
"Un cadeau particulier" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Exécuteur 14" au Théâtre du Rond-Point
"Flagrant déni" au Théâtre de la Huchette
"Toi Tu Tais Toi" au Théâtre Trévise
les reprises :
"En attendant Godot" au Théâtre Essaion
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de ¨Poche-Montparnasse
"Racine par la Racine" au Théâtre Essaion
"Kean" et "La vie devant soi" en tournée
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la rentrée muséale avec :

"L’Age d’or de la peinture danoise (1801-1864)" au Petit Palais
"Man Ray et la mode" au Musée du Luxembourg
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon

Cinéma :

en salle :
"Yalda, la nuit du pardon" de Massoud Bakhshi
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

"Athènes" de Sonia Darthou et "Le palais d'Orsay" de Hélène Lewandowki
"Le monde des Abberley" de Robert Goddard et "Marilou est partout" de Sarah Elaine Smith
"Marc Aurèle" de Benoit Rossignol
et toujours :
"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 29 novembre 2020 : Culture Globale
- 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau
- La Mare Aux Grenouilles #15
- 15 novembre 2020 : Novembre à Paris
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=