Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Water Babies - Lascaux - Orouni
Les Trois Baudets  (Paris)  lundi 29 juin 2015

C’est toujours intéressant de découvrir des groupes sur scène avant de les découvrir sur disque, parce qu’on prend le risque d’être déçu en bien, comme disent les suisses, on ne risque pas la déconvenue puisqu’on n'attend rien, il faut juste être curieux, ouvrir les yeux et les oreilles et profiter du spectacle. A l’occasion de la sortie d’un split EP (nous y reviendrons), Water Babies et Orouni donnaient un concert au Trois Baudets, rejoints à l’affiche par Lascaux pour coller au principe des trois parties des Trois Baudets (un nouvel artiste / un artiste en développement / un artiste confirmé). Je ne connaissais aucun de ces groupes, depuis j’ai écouté leur disque pendant que j’allais par ci par là et que je me... Mouais, revenons plutôt sur cette soirée.

Les Water Babies ouvrent donc la soirée, tout droit sorti d’un film de Jacques Demy, marinières et pantalons aux couleurs pastelles, un groupe à la parité exemplaire, deux garçons, deux filles : beaucoup de possibilités. Et d’ailleurs, ils nous montreront leur possibilité, en parfaits échangistes ils partageront leur instruments, leur voix, alternant français et anglais dans des compositions pop aériennes. Amélie Rousseaux, la chanteuse, aux faux airs de Valérie Leuillot, et son chant stereolabien en diable permettent aux compositions de Clémentine March de prendre une dimension plus sérieuse. Oui, la pop légère à chœurs qui font "hou hou" a parfois ceci de particulier, si le chant est trop léger, ça a l’effet technique dit de "la confiture de lait sur la chantilly", c’est-à-dire que c’est écœurant, tellement léger que ça en devient insignifiant. Ici, grâce à la voix savamment posée, parfois presque en décalage dans le ton, cela donne une autre dimension, et surtout une grande ambition aux chansons, et cela permet également de pouvoir s’aventurer sur d’autres terrains, plus rock, folk ou même samba, en gardant toujours ce chant si particulier comme repère. Le premier album des Water Babies, Soupir, doit sortir en septembre 2015 autant vous dire que l’on a hâte.

Deuxième groupe invité par Les Trois Baudets, groupe rouennais porté par un chanteur aux faux airs de Ian Brown jeune, à la marinière de rigueur, livre une pop rock qui se veut entre Depeche Mode et Kasabian. Bon, il faut faire abstraction du chanteur qui en plus d’en faire des caisses, arpente la scène quand il ne chante pas comme s’il s’ennuyait profondément. Comme je suis prévenant, on va dire que ce n’était pas de l’arrogance mais sans doute une grande timidité (mouais, je suis gentil). Sinon ça fait du bruit, ce n’est pas toujours très fin, les compositions semblent parfois hésiter entre gros son qui rend sourd et une pop plus délicate.Il y a un petit côté hors du temps, vintage malheureusement pas forcément dans le bon sens. Leur album est sorti en début d’année Losing Sleep, et si vous trouvez qu’on a rien fait de mieux que The Killers, ça devrait beaucoup vous plaire, pour les autres quelques bons moments quand même notamment "Daydream" et "Solution", et au moins sur disque, on ne voit pas le chanteur cabotiner...

Pour clore la soirée et les débats, Orouni, parisien aux faux airs de Guillaume R. (un pote à moi, mais je vous assure que la ressemblance est frappante), nous livre des parfaits petits bijoux pop, en anglais "à la française", si vous voyez ce que je veux dire (catchphrase !), avec toutefois, on ne va pas se mentir (catchphrase combo !), un timbre qui segmente (c’est la version politiquement correcte pour dire que son timbre de voix est particulier et que donc, il peut déplaire).

Les compositions d’Orouni, c’est le nom de scène du jeune homme qui sonne comme un nom de groupe, prennent justement toute leur saveur en groupe et en live, donnant certes une coloration moins "World" (grrr !) et plus pop aux morceaux issus du Grand Tour, son dernier album dont beaucoup de titres constitueront la set-liste, mais c’est un habillage parfait, c‘est enjoué, maîtrisé, ça fonctionne à la première seconde. On sent évidemment le jeu des influences, tant Anglaises que Californiennes, mais Orouni se livre à une pop décomplexée et efficace, osant même une chanson sur l’architecture comme seul Mehdi Zannad de Fugu est capable d’en faire, et il relève haut la main le challenge. Il terminera en invitant les Water Babies sur scène, tout comme il avait été invité lors de leur set, pour reprendre "The Peanut Specialist" issu du Split single dont il fêtait ce soir-là la sortie, vous voyez je vous avais dit qu’on y reviendrait, je tiens parole.

Pour les plus néophytes d’entre vous, un split single c’est en général mais pas toujours un vinyle où deux groupes se partagent une chanson, sur chacun une face comme le fameux split single de 1999 de Saint-Etienne et de Fugu ou encore le non moins fameux entre Fugu et Stereolab de 1997. "What you talkin' bout, Willis ?", oui vous voyez où je veux en venir, mais c’était facile. C’est d’ailleurs, en découvrant il y a peu, il n’y jamais trop tard, ce split single que l’idée est venue à Orouni, de demander en mode "t’es pas cap" à ses amis de Water Babies d’en réaliser un ensemble à leur tour. Le résultat est à la hauteur, à la fois représentatif et pourtant différent de ce qu’ils font d’habitude, parce qu’ils ont vraiment travaillé ensemble, Orouni laissant même le chant aux filles de Water Babies, parce que chacun y a apporté ses petites obsessions, le côté spontané pour Water Babies, le côté plus travaillé pour Orouni et au final, cela donne deux bonnes chansons dans la plus grande tradition Fulab ou Sterogu si vous préférez. Ne reste plus qu’à espérer que ce split devienne aussi culte que peuvent l’être ses prédécesseurs.

PS : Je sais que vous vous posez la question : mais pendant le concert d’Orouni, personne n’avait de marinière ? Si, je vous rassure, c’était le batteur.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Jump out the window de Orouni
La chronique de l'album Grand Tour de Orouni
Orouni parmi une sélection de singles (novembre 2017 )
La chronique de l'album Partitions de Orouni
Orouni en concert aux Trois Baudets (mercredi 11 janvier 2017 )
L'interview de Orouni (lundi 30 juin 2014)
L'interview de Orouni (11 juillet 2019)

En savoir plus :
Le site officiel de Orouni
Le Soundcloud de Orouni
Le Bandcamp de Orouni
Le Facebook de Orouni
Le site officiel de Lascaux
Le Soundcloud de Lascaux
Le Bandcamp de Lascaux
Le Facebook de Lascaux
Le Soundcloud de Water Babies
Le Bandcamp de Water Babies
Le Facebook de Water Babies


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances
- La Mare Aux Grenouilles #05
- 28 juin 2020 : Nouvelle Vague ?
- 21 juin 2020 : la Fête de la Musique Sanson
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=