Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marie-Antoinette, la dernière heure
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  juillet 2015

Monologue dramatique écrit et interprété par Bunny Godillot dans une mise en scène de Catherine Chevallier.

Depuis 2006, la comédienne Bunny Godillot revient régulièrement sur scène avec le personnage de Marie-Antoinette, figure historique qui la fascine et qu'elle souhaite évoquer en montrant l'envers du décor d'un destin de reine.

Puisant dans la biographie écrite par Stephan Zweig et la correspondance de Marie-Antoinette, Bunny Godillot s'est attachée à dresser, avec "Marie-Antoinette, la dernière heure", un portrait intime de la femme qui existait sous le titre, de la jeune archiduchesse d’Autriche adulée par les Français, de la dernière reine de France haïe par le peuple et de la veuve Capet rapidement exécutée.

Le portrait d'une jeune fille étrangère brutalement déracinée, séparée de sa famille et mariée à quinze ans, d'une femme qui aspirait à l'amour et au bonheur, d'une épouse qui a dû faire face aux vicissitudes de cet état et d'une mère dévouée et attentionnée, tel qu'il résulte des souvenirs exhumés d'un journal imaginaire.

Alors, certes, ainsi énoncée, la partition pourrait s'enliser dans la lénifiance ou le mélodrame mais, sous la direction de Catherine Chevallier qui hybride le réalisme de la situation présente et son opposé qui émane de la réminiscence, Bunny Godillot joue efficacement, dans le registre de l'émotion, la carte de l'incarnation.

Et la petite salle en sous-sol du Théâtre Les Déchargeurs, une cave en pierre dotée d'un soupirail, suffit à signifier la geôle dans laquelle Marie-Antoinette passe ses derniers jours et quelques inserts scénographiques, tels le parfum qui embaume le lieu et les petites brioches distribuées aux spectateurs, s'ils peuvent paraître d'anachroniques artifices scénographiques, constituent des allusions à la frivolité et à l'irresponsabilité reprochées à la souveraine.

L'élégant habillage lumineux conçu par Stanislas Morelle permet tant de transcender le lieu pour s'en abstraire et voguer au gré des différents épisodes de ce biopic rétrospectif que de sublimer, le visage de la comédienne, en agissant, et compte tenu de sa proximité de cette dernière avec le public, à la manière du cadrage cinématographique en gros-plan.

Ainsi Bunny Godillot, habitée, réussit-elle son entreprise.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=