Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rakia
Interview  (Par mail)  août 2015

Rakia, "La Chaleur" arrive de Normandie

Découvrez le nouveau clip de Rakia et l'interview accordée à Froggy's Delight pour nous en apprendre davantage sur ce "phénomène pas climatique" auquel vous ne pourrez échapper.

J’ai eu la chance de te découvrir en live, aux Francofolies de La Rochelle cette année et ta maturité sur scène m’a impressionnée ! Peux-tu me raconter quand a eu lieu ta rencontre avec la musique ?

Rakia : J'ai commencé la musique assez jeune, vers 6 ou 7 ans. J'ai fait le conservatoire puis des cours privés en guitare, piano et batterie. Pour ce qui est de ma "maturité sur scène", je pense que cela est dû à la pratique du théâtre. J'en ai fait longtemps et d'ailleurs, je voulais être comédienne plutôt que chanteuse ! C'est seulement après avoir fait plusieurs premières parties d'artistes connus comme Ben l'Oncle Soul au Cargö notamment (ndlr : Le Cargö est une salle de musiques actuelles de Caen qui soutient Rakia depuis 2014) que je me suis dit que j'allais plutôt me concentrer sur la musique.

Te sens-tu influencée, inspirée, par un type de musique ou un artiste en particulier ?

Rakia : J'écoute pas mal de hip-hop et de chanson française. Cela se ressent peut-être un peu dans ma musique, mais je n'ai pas d'artistes que je vénère particulièrement. J'écoute vraiment de tout (même des trucs pas terribles...) !

Peux-tu m’en dire plus sur les instruments qui t’accompagnent ? J’ai cru voir des percussions à tes pieds et d’autres choses sur scène….

Rakia : Sur scène, je joue du tambourin et du cajón au pied, en même temps que la guitare et j'ai un système de loop station qui me permet de faire tourner une mélodie en boucle pendant que je chante ou que j'en joue une autre.

Sur ton single, j’ai lu que tu avais écrit et composé les deux titres "Chaleur" et "Among the crowd", en est-il de même pour les autres morceaux sur scène ?

Rakia : Oui, jusqu'ici j'ai toujours écrit et composé seule. Il se peut que cela évolue pour ce qui est de la composition. En ce moment, je travaille avec un autre musicien. On compose sur ordinateur en ajoutant différentes pistes (boîte à rythme, basse, drums, chœurs...) qu'on joue sur le clavier ou en MIDI. Mais pour ce qui est de l'écriture, je pense continuer seule ! Mes paroles sont de plus en plus abouties. Elles évoluent en même tant que moi.

Quel est ton rapport intime avec l’écriture et la composition ?

Rakia : Dans mon esprit, créer une chanson c'est un peu se retrouver en soi-même. Je prends ma guitare, je trouve un thème et je chante n'importe quoi et j'enregistre. C'est très libérateur ! Ensuite, je réécoute quelques jours ou quelques semaines après et je prends de la distance avec ce que j'ai fait pour en tirer quelque chose de plus clair et de plus construit.

Peut-on espérer un album prochainement ?

Rakia : En ce moment, je suis en pleine phase de composition alors j'ai du mal à me projeter mais il y aura sans doute un album un jour ! Plusieurs professionnels ont déjà jeté une oreille sur mon projet, Sony et Warner notamment !

Dans tes textes, tu mélanges l’anglais et le français. Doit-on l’entendre pour une raison particulière ? L’anglais est-il un rideau de pudeur, un outil musical, les deux ?

Rakia : J'écris de plus en plus en français, mais c'est vrai que j'ai beaucoup mélangé les langues ! C'est le cas dans "La Chaleur" par exemple. Pour moi, l'anglais est à la fois un rideau de pudeur et un outil musical comme tu dis. Mais plus j'avance et plus je me rends compte que le français peut aussi être un outil musical. Il faut placer le son différemment quand on chante, mais il y a de la matière aussi. Après, pour ce qui est de la pudeur, c'est une autre histoire ! (rires)

Quand j’ai entendu ta voix pour la première fois, elle m’a raconté une histoire bien au-delà de tes textes, il y a une puissance évidente, une couleur et une énergie particulière… Ce titre "La Chaleur" nous raconte lui aussi une histoire, veux-tu en dire davantage ?

Rakia : Cela me fait rire qu'on me dise que ma voix dégage quelque chose ! Cela me rappelle toujours le moment où dans la cours de récré, qui n'est pas l'endroit le plus bienveillant sur Terre, tout le monde en conviendra, on m'avait dit que j'avais une voix moche ! Aujourd'hui, ça me surprend qu'elle puisse plaire, mais tant mieux ! Ensuite, pour ce qui est de "La Chaleur", les paroles sont en dessous du clip : libre à vous de les traduire... (rires)

Une phrase me surprend particulièrement : "La vie m’enlaidit"… pourtant, lorsqu’on te voit chanter, ton sourire est très lumineux et il transmet plus la beauté que la laideur. Comment peut-on écrire une telle phrase quand on a ton âge ? Mais au fait, quel âge as-tu ?

Rakia : J'ai été bercée avec de la chanson française (Gainsbourg, Barbara, Bashung...) et je pense qu'avoir entendu des paroles pas toujours très enjouées m'a influencée dans l'écriture. Quand j'écris que la vie m'enlaidit, je pense au fait que non seulement tu t'enlaidis physiquement en attrapant une cerne par-ci ou une dent déchaussée par-là, mais aussi au fait que tu t'enlaidis mentalement. Tu n'es plus touché pas les mendiants dans la rue. Tu t'endurcis. Et en même temps, il y a quand même des fissures entre les pierres ! T'assumes de plus en plus le fait de pleurer quand le maître abandonne son chien dans un film par exemple...

Quand je chante "la vie m'enlaidit", les "i" font sourire. Cela transmet sans doute de la lumière, et puis je ne viens pas sur scène pour déprimer les spectateurs, mais au fond le texte reste le même... C'est un peu paradoxal ! (rires)

Après, je ne suis pas sûre que l'âge importe beaucoup quand il s'agit de ressenti ou d'émotion. Tu peux être naïf à 40 ans et désillusionné à 20. J'en ai 19 et je n'ai sans doute pas tout compris, mais je me dis que si c'est sincère et que ça me touche moi, ça touchera les gens. C'est l'essentiel !

La rakia est aussi une "eau de vie", le savais-tu ? En tout cas, ta musique est porteuse de vie, de lumière et de couleurs et je souhaite à tous de pouvoir en goûter l’ivresse. Quant à toi, je te souhaite une longue et belle route musicale… qu’elle puisse nous enchanter longtemps !

Rakia : Oui, je savais ! Quand j'ai tapé Rakia dans Google, je suis tombée sur la page Wikipédia de cette eau de vie bulgare ! Du reste, il y a peu j'ai joué dans un festival et un groupe de punk bulgare m'a offert un t-shirt avec écrit Rakia en énorme dessus... Il avait l'air d'en avoir bu un peu avant de venir me voir, c'était une belle rencontre ! (rires)

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Rakia en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #31 (édition 2015)
Rakia en concert à La Bellevilloise (samedi 26 septembre 2015)
Rakia en concert au Festival Les Francofolies de La Rochelle #32 (édition 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Rakia
Le Soundcloud de Rakia
Le Facebook de Rakia


Marie Destouet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !

Ce bel été indien se termine sur des orages, du tonnerre et des inondations terribles. Décidément 2020 ne nous épargne rien. Dans l'espoir de jours meilleurs et se faire plaisir au milieu de tout cela, voici notre sélection culturelle de la semaine.

Du côté de la musique :

"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses
et toujours :
"Transience of life" de Elysian Fields
"Cerna vez" de Thomas Bel
"Bandit bandit" de Bandit Bandit
"Twins" de Collectif La Boutique
"Run run run (hommage à Lou Reed" de Emily Loizeau
Emily Loizeau en concert au CentQuatre
"Papillon blanc" de Gabriel Tur
"Dix chansons naturelles et sauvages" de Hugo Chastanet
"Both sides" le spectacle de Jeanne Added au CentQuatre

Au théâtre :

les nouveautés :
"Aux éclats..." au Théâtre de la Bastille
"Onéguine" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Surprise parti" au Théâtre de la Reine Blanche
"Mademoiselle Else" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Killing Robots" au Théâtre Paris-Villette
les reprises :
"Marie des Poules" au Théâtre du Petit Montparnasse
"Hector Obalk - Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures" au Théâtre de l'Atelier
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" au Studio Hébertot
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Jos Jouben - L'Art du rire" à La Scala
"Mudith Monroevitz" à la Nouvelle Seine
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec "Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris
la dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - La collection de Madame" au Musée du Quai Branly
et toujours :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Ailleurs" de Gints Zilbalodis
at home :
"Caramel" de Nadine Labaki
"Tomboy" de Céline Sciamma
"Peur" de Danielle Arbid
"La Cour de Babel" de Julie Bertucelli
"La Bataille de Solférino" de Justine Triet

Lecture avec :

clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi

"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel
et toujours :
"Apeirogon" de Colum McCann
"Ce lien entre nous" de David Joy
"Dans la vallée du soleil" de Andy Davidson et "Les dynamiteurs" de Benjamin Whitmer
"Ensemble, on aboie en silence" de Gringe
"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz
"Mes fous" de Jean-Pierre Martin et "Et si on arrêtait de faire semblant" de Jonathan Franzen

Froggeek's Delight :

"A short hike" sur Windows, Mac, Linux, Switch

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !
- 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras
- La Mare Aux Grenouilles #10
- 6 septembre 2020 : On danse au bal masqué
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=