Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Luz
Weirdo Shrine  (Hardly Art)  septembre 2015

Fort du succès critique de leur premier album, le quatuor de Seattle La Luz est de retour. Et autant dire qu’il revient de loin, après une série de concerts et de tournées au rythme démentiel, les quatre filles ont finalement ralenti leurs vitesse de croisière à leur corps défendant.

Ce n'est qu’après un accident de la route, aux effets traumatiques peu de temps après la sortie de leur premier né It’s Alive, elles reprenaient très vite les routes, puis le chemin du studio.

Guidé par une énergie renouvelée et bien plus palpable, Weirdo Shrine se positionne comme un second opus plein de promesse et surtout comme un album aux aspects multiples.

Si les déserts américains et leurs profils soniques sont encore de la partie entre rythmes arides et chants désolés, les rifts sont maintenant déformés par la chaleur et prennent des allures tordues, voir psychédéliques. Weirdo Shrine, joue donc la carte du caméléon, changeant de forme au gré des pistes et égarant volontiers les oreilles des premiers venus. Bien sûr, il intervient également comme une suite logique à son prédécesseur. De fait, la pluralité stylistique de ce nouvel opus est entièrement due aux expérimentations soniques exécutées lors des nombreuses dates qui nourrissent les quatre filles, comme le diesel un moteur.

Pas de panique, le charme opère à nouveau, même sur un format enregistré : les harmonies vocales ("True Love Knows"), les déchainements d’énergies frénétiques ("Hey Papi") et surtout la férocité avec laquelle certains titres s’emparent de vos oreilles ("Black Hole", "Weirdo Shrine"), procèdent presque de la magie noire. Avec une apothéose stylistique et très peu de retenue, le quatuor de Seattle, met les bouchés doubles et réussit à surpasser son premier né avec une apparente nonchalance.

Plus nerveux, mais également plus riche, l’opus plante définitivement ses racines dans une folk vintage, à la mécanique huilée et à la carrosserie pimpante. De quoi perdre quelques repères et se demander si l’année 2015 ne serait pas en réalité un roll back des années 70’s, pas de quoi vraiment se plaindre, à moins que vous ayez une dent contre les vêtements mal taillés !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album It’s Alive de La Luz
La chronique de l'album Floating features de La Luz

En savoir plus :
Le Facebook de La Luz


Stéphane El Menshawi         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=