Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Déjeuner chez Wittgenstein
Théâtre L'Atalante  (Paris)  janvier 2016

Comédie dramatique de Thomas Bernhard, mise en scène de Agathe Alexis, avec Agathe Alexis, Emmanuelle Brunschwig, Yveline Hamon et Hervé Van der Meulen.

Orchestré par Agathe Alexis, ce "Déjeuner chez Wittgenstein" séduit, porte, emporte et transporte tant sa proposition, soutenue par un discernement aigu, résulte d'un abouti décryptage de la partition polysémique du dramaturge autrichien Thomas Bernhard.

Inscrite dans le théâtre de l'intime et le registre du théâtre de la dérision, celle-ci, incluant nombre des récurrents thèmes bernhardiens tels la haine de la famille, la folie, les travers bourgeois, repose sur les topiques certes classiques de la famille et du repas mais déclinés de manière ambivalente sous l'aune de la satire féroce.

Le grand mérite de la mise en scène de Agathe Alexis, au demeurant comme toujours rigoureuse et limpide, tient, outre le fait qu'elle dégage tout le le potentiel comique de cette "comédie philosophique", à ce qu'elle décrypte les différentes strates de cette pièce complexe sous son apparence de tragi-comédie bourgeoise et propose une grille de lecture exhaustive laissée à l'appréciation, la sensibilité et la sagacité du spectateur.

En effet, se combinent de manière métamorphique, une satire de la bourgeoisie déliquescente et véhicule d'un monde de décomposition, un psychodrame, sur le mode du rituel régressif des chamailleries de fratrie, et une tragédie, celle de l'homme et de sa quête métaphysique, celle du sens de la vie, qui, en l'espèce, se déroule dans "un caveau exquis où l’on sert des profiteroles", dont les protagonistes sont faits de cette pâte humaine pétrie de tensions et de contradictions.

Par ailleurs, Agathe Alexis n'oublie pas que l'opus a été écrit pour les trois comédiens de prédilection de l'auteur dont les prénoms constituent son titre original, "Ritter, Dene, Voss", et scrute également la voie du méta-théâtre et du simulacre de la représentation théâtrale.

Dans la demeure-mausolée familiale, deux soeurs attendent l'arrivée, ou le retour, du frère interné volontaire dans un asile. Descendants sans talent et ultimes rejetons de la bourgeoisie industrielle aspirant à l'ultime promotion sociale avec les emblèmes aristocratiques que sont le lignage, avec les fameux portraits de famille, et l'appartenance à une élite intellectuelle et artistique, ces quinquagénaires handicapés sociaux et névrosés vivent reclus dans un passé ressassé au regard d'un présent et d'un monde qui ne leur inspire que dégoût, ecoeurement et répugnance.

Entre médiocrité et vacuité, ces enfants gâtés et otages de leur enfance, une enfance trouble et passionnelle, les soeurs, femmes inaccomplies et déchirées par leur rivalité d'actrice et de soeur préférée et le frère maniaco-dépressif, égotiste, destructeur et autodestructeur et manipulateur, se livrent à un délire à l'improbable catharsis.

Dans une scénographie sobre au mobilier art déco/baroque de Robin Chemin et une direction d'acteur au cordeau, trois comédiens excellent à camper les protagonistes équivoques de cette splendide machine à jouer tout aussi dramatique - un judicieux parallèle judicieux avait été suggéré entre les personnages et les figures de la fameuse gravure "Le Chevalier, le Diable et la Mort" de Dürer lors de la mise en scène de Jacques Rosner au Théâtre de la Colline au début des années 1990 - que jubilatoire.

En vases communicants rythmant ce jeu infernal, entre jeu de massacre et illusion théâtrale, Yveline Hamon, superbe, campe l'aînée obsédée par le cérémonial domestique qui masque ses failles sous l'allure d'une reine-mère aussi infantilisante que rigoriste, face à Agathe Alexis, magnifique entre provocation et désenchantement.

Au centre, arbitre et maître du jeu, Hervé Van der Meulen livre une prestation ébouriffante en bouffon infantile alternant plaintes, vitupérations et cocasseries entre deux bris d'assiettes qui ne sauraient entamer la richesse de la vaisselle familiale. Et demain sera un autre et même jour.

 

 

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-03-17 :
Apocalypse bébé - Théâtre Paris-Villette
Eldorado Dancing - La Ferme de Bel Ebat
En se couchant il a raté son lit - Théâtre Gérard Philippe
Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse - Théâtre Le Lucernaire
Anaïs Nin, une de ses vies - Théâtre Athénée-Louis Jouvet
La Mort (d')Agrippine - Théâtre Dejazet
Le Pays lointain - Théâtre national de l'Odéon
Qui a tue mon pere - Théâtre de la Colline
Café Polisson - Théâtre de l'Epée de Bois
Veillée de famille - Théâtre du Rond-Point
Madame Pink - Théâtre du Rond-Point

• Edition du 2019-03-10 :
Oncle Vania - Théâtre du Nord-Ouest
Papa est libre - Théâtre Le Guichet-Montparnasse
La Danseuse du crépuscule - Théâtre Le Funambule-Montmartre
Bells and Spells - Théâtre de l'Atelier
Les Rivaux - Artistic Théâtre
Sandra Colombo - Instagrammable et cervelée - Comédie des 3 Bornes
La Collection - Théâtre des Bouffes du Nord
Oncle Vania fait les trois-huit - Théâtre de Belleville
La Double Inconstance - Théâtre 14
Darling - Studio Hébertot
Alice - Théâtre du Nord-Ouest
Trumperie sur la marchandise - Théâtre des Deux Anes
 

• Archives :
La Place du Diamant - Théâtre L'Atalante
Les Grands Rôles - Théâtre Le Lucernaire
Migrando - Théâtre Montmartre-Galabru
Et ma cendre sera plus chaude que leur vie - Théâtre Le Lucernaire
La Grande petite Mireille - Théâtre du Petit Montparnasse
Sherlock Holmes et le mystère de la vallée de Boscombe - Le Grand Point Virgule
Au temps des chevaliers - Théâtre de Nesle
La Statue de temps - Théâtre de Nesle
Comment j'ai dressé un escargot sur tes seins - Théâtre Le Bout
Ca reste entre nous - Théâtre du Gymnase
Jean-Louis XIV - Théâtre des Béliers parisiens
Les beaux ardents - Théâtre de l'Opprimé
Edna, délinquante - Manufacture des Abbesses
Les Mousquetaires au couvent - Théâtre Saint-Léon
Marie Tudor, God save the Queen - Espace Beaujon
Hors Jeu - Théâtre de la Reine Blanche
Qui va garder les enfants ? - Théâtre de Belleville
Cabaret décadent - Revue électrique N°69 - Cirque électrique
Les couteaux dans le dos - Théâtre Les Déchargeurs
Je ne me souviens pas - Théâtre Les Déchargeurs
22 novembre 1963 - Théâtre des Béliers parisiens
Interview - Manufacture des Abbesses
Le bois dont je suis fait - Théâtre de Belleville
J'ai pris mon père sur mes épaules - Théâtre du Rond-Point
Aux Délices - Lavoir Moderne Parisien
Maria Dolores y Habibi Starlight - Théâtre Essaion
Barber Shop Quartet - Chapitre IV - Théâtre Essaion
Matin et Soir - Théâtre de l'Aquarium
Merci - La Folie Théâtre
Les membres fantômes - Théâtre La Flèche
- les derniers (3)
- les derniers albums (3)
- les derniers articles (3)
- les derniers concerts (8)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (3)
- les derniers spectacles (6447)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=