Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Savages
Adore Life  (Matador)  janvier 2016

J'ai découvert Savages peu avant leur enthousiasmant premier album Silence Yourself. Ce disque explosif fait partie de ceux qui ont imprimé une belle trace dans ma vie. Une claque en pleine face qui m'a laissée un moment étourdie, provoquant un quasi bonheur orgasmique. La rage nerveuse qui s'en dégageait m'a littéralement fascinée, l'univers noir et tendu captivée, l'imaginaire suggéré par cette bande de filles hurlantes, vêtues de noir m'a séduite. Le choc a été tellement puissant qu'après m'en être relevée, et avoir digéré cette découverte, je n’espérais pas grand chose de la suite. Il faut avouer qu'après une telle réussite, le cap du second album est on ne peut plus périlleux.

Savages est un quatuor franco-britannique, composé de la chanteuse Jehnny Beth, de Gemma Thompson à la guitare, d'Ayse Hassan à la basse et de  Fay Milton à la batterie. Le groupe a beaucoup tourné cet été, et ses apparitions ont fait sensation lors des festivals estivaux (notamment en France à la Route du Rock). Le charisme débordant de Jehnny Beth a littéralement emballé un public comblé, au bord de l'hystérie. Mes craintes un peu dissipées, et ma curiosité titillée, j'ai osé espérer un deuxième album à la hauteur de ce que j'avais pu entendre lors des concerts.

Venons-en au fait. Adore Life donc, le deuxième album, a été produit par Johnny Hostile, le compagnon de Beth, avec la participation de Richard Woodcraft au son et de Anders Trentemöller au mixage. Le groupe raconte l'avoir envisagé plus positif et plus apaisé que le précédent, avec un thème central : l'amour. Jusque là rien de bien original, sachant qu'il s'agit du thème commun d'à peu près 90% de la production pop/rock.

C'est avec une certaine fébrilité, à la fois inquiète et impatiente, que j'ai abordé la première écoute de Adore Life. Une chose est sûre : l'énergie est là, belle et brute. Cette énergie héritée du post-punk, dont Savages ne cache pas sa filiation. L'ombre de Siouxsie plane toujours invariablement en arrière-plan et aussi un peu celle de Joy Division que l'on retrouve dans quelques moments de l'album, un peu subrepticement. La basse est omniprésente, les guitares incendiaires, et le chant terriblement habité. Tout cela c'est un peu leur marque de fabrique depuis le début. Mais si l'urgence se fait effectivement moins sentir que sur Silence Yourself, la tension est toujours là, bien présente, derrière cet apaisement précaire. Des chansons d'amour d'où se dégagent, de la noirceur mais aussi une réelle sensualité et une tension sexuelle presque palpable. Adore Life a cette ambivalence délicieuse de la douceur électrique, comme un velours qui piquerait un peu la peau. Pas de fragilité ni de mièvrerie dans ce récit de l'amour non, mais une sensibilité sombre et froide.

La pochette est sublime, avec ce gris glacé et ce poing levé, symbole du combat, de la résistance, de la lutte. Mais ce poing évoque aussi le choc ou la claque (pour en revenir au début) qui atteint en plein cœur ou en plein visage.

Du bruit, de la douceur, de la beauté pour cette belle réussite qui ne demande qu'une suite pour asseoir véritablement Savages dans la cour des très grandes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Savages parmi une sélection de singles (juillet 2012)
La chronique de l'album Silence Yourself de Savages
Savages en concert au Festival La Route du Rock #22 (samedi 11 août 2012)
Savages en concert au Festival Rock en Seine 2013 (vendredi 23 août 2013)
Savages en concert à Pitchfork Music Festival Paris #3 (édition 2013)
Savages en concert au Festival La Route du Rock #25 (dimanche 16 août 2015)
Savages en concert au Festival La Route du Rock #26 (dimanche 14 août 2016)

En savoir plus :
Le site officiel de Savages
Le Facebook de Savages


Rita Zarai         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-08-02 :
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)

• Edition du 2020-07-26 :
Crack Cloud - Pain Olympics
We hate you please die - Waiting room
 

• Archives :
Cheyenne - Surprends-moi
Listen in Bed - Nina Simone 1/2 (Mix #20)
La Mare Aux Grenouilles #06 - Talk Show Culturel
L'éclair - Noshtta EP
Toybloïd - Modern Love
Listen in Bed - Jimmy Cobb (Mix #19)
Divers artistes - INTENTA Experimental & Electronic Music from Switzerland 1981-93
Thibault Noally & L'ensemble Les Accents - Alessandro Scarlatti : Il Martirio di Santa Teodosia
Benoît Menut - Les îles
Musica Nigella & Takénori Némoto - Chausson le littéraire
Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet - Echange
Marianne Piketty, Le Concert Idéal - L'Heure bleue
Silas Bassa - Silas
Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay - Eivind Groven Symphonies N°1 & 2
Jean-Efflam Bavouzet - The Beethoven Connection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wölfl
Benjamin Biolay - Grand Prix
Merakhaazan - Veines
Marion Cousin & Kaumwald - Tu rabo par'abanico
Cie Guillaume Lopez - Anda-Lutz
François Club - Cobra
Yadam - Safeplace EP
Hailey Tuck - Coquette EP
Austyn - Désordres EP
Volo - Avec son frère
Daniel Jea - A l'instinct A l'instant
Epilexique - Cérébro Dancing
Fugu - As Found
Magic Malik - Fanfare XP, volume 2
Listen in Bed - Springtime With No Harm (Mix #18)
Listen in Bed - Two Lovers (Mix #17)
- les derniers albums (6111)
- les derniers articles (158)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=