Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The National - Flotation Toy Warning - That summer
Café de la Danse  (Paris)  25 avril 2005

Au Café de la Danse, trois concerts fort attendus pour une soirée qui pourrait s'intituler "Découvertes de Talitres". En effet, The National, Flotation Toy Warning et That Summer font partie des groupes découverts par le label Talitres à la tête duquel Sean Bouchard fait preuve d'un flair et d'une clairvoyance singulières.

En première partie, That Summer, le groupe mené par David Sanson, précurseur de la scène "dark-folk" française, qui vient de réaliser Clear, un album ambitieux et particulièrement réussi.

Entre folk, new wave, rock progressif et post rock atmosphérique, David Sanson propose des morceaux courts comme "The More I Think The More I Dream", joué en ouverture qui saisit le public.

Mais aussi comme " Where you are" ou "Heroinogirl", qui s'ingénient à créer des ambiances entêtantes dont le brusque arrêt, notes presques suspendues dans l'air, plonge l'auditeur dans la surprise puis dans une certaine frustration qui le rend d'autant plus demandeur du morceau suivant.

Il se dégage du groupe, composé de Vincent Touchard (batterie), Olivier Cavaillé (violoncelle-guitare) et Nicolas Orio (basse-guitare) une telle sérénité et harmonie que le public est vite conquis.

That summer officie aussi dans les formats plus classiques comme dans "True Light" alternant des passages doux et planants avec des envolées plus soniques sur lesquels se pose la voix atypique de David Sanson, au clavier et à la guitare, une voix traînante, lasse, presque lascive.

Le set s'achève par un puissant et éblouissant "Brand new scar".

En août 2004, Bluffer's Guide to the Flight Deck, le premier album du quintet anglais Flotation Toy Warning avait quelque peu défrayé la chronique allant jusqu'à émouvoir les Inrocks. Leurs points forts : un son planant, mélancolique, des mélodies accrocheuses, la voix particulière du chanteur qui flirte avec l'opéra et un format long plutôt atypique.

Leur concert à la Route du Rock, malgré quelques faiblesses mises sur le compte du stress et d'une programmation difficile dans le cadre festif d'un après-midi ensoleillé, avait néanmoins emporté l'adhésion du public.

Nous les avions revus à la Guinguette Pirate en novembre 2004 où quelques soucis techniques et les problèmes de voix de Paul Carter posaient les limites du groupe : un live qui se veut trop fidèle à la version album et la prégnance d'une voix qui peut comporter des faiblesses.

Nous attendions donc beaucoup de ce concert, le premier de leur tournée française 2005, et force est de constater une amère déception qui laisse a croire que Flotation Toy Warning n'est peut être pas un groupe de scène.

L'ambiance est molle, flottante (sic!) mais pas planante, le groupe ne semble pas complètement "dedans" trop concentré sans doute à force de vouloir bien faire et reproduire le son de l'album.

Fâché avec la technologie comme le répète à plusieurs reprises Paul Carter, le groupe se laisse déstabiliser par les bandes facétieuses qui cassent l'ambiance qui a dû mal à perdurer.

Paul Carter quant à lui éprouve bien des difficultés à assurer la partie vocale avec une voix pour le moins incertaine, nettement en dessous de celle enregistrée en studio.

Or, ce sont les variation de voix qui contribuaient pour beaucoup à l'originalité des morceaux comme le psychédélique "Made from tiny boxes", les trémolos de "Happy 13", l'impériale "Even fantastica" ou l'épique "Donald Pleasance".

Entrent enfin en scène les membres de The National, l'un des meilleurs groupes actuels.

Fils de Leonard Cohen et de New Order, petit frère de Nick Cave et des Tindersticks, leur second album, Sad songs for dirty lovers, avait révélé au public français son rock déraciné, entre rock américain et pop-rock british, enveloppant la voix atypique de Matt Berninger qui oscille du murmure au cri.

Leur EP tout en douceur Cherry Tree nous a fait patienter jusqu'à ce 3ème album Alligator, réalisé avec le concours de Peter Katis, le producteur d'Interpol et Paul Mahajan qui a travaillé avec les Yeah Yeah Yeah, d'un aboutissement et d'une densité qui consacrent leurs talents.

La qualité de The National tient à la symbiose totale d'instrumentistes dotés d'une forte personnalité musicale autour d'un chanteur charismatique. La quadrature du cercle. Petit miracle pour un groupe qui, avec Alligator, gravit un échelon supplémentaire vers l'excellence en confiant l'orchestration à Padma Newsome, compositeur australien, violoniste et leader des Clogs au sein duquel officie Bryce Dressner, et qui désormais les accompagne.

Impossible de ne pas reconnaître le son de The National dès les premières notes.

S'ils reprennent des titres phares comme "Murder me Rachel", "Cherry Tree", "Available" ou "Slipping husband", The National nous donne également un bel aperçu de leurs nouvelles compositions hantées par le désir, la violence, la passion et la folie.

Le concert démarre avec "All the wine" qui annonce la couleur ("I'm a perfect piece of ass/Like every californian/And all the wine is all for me").

.Enchaînement direct sur "Secret meeting" au pop rock mid tempo densifié par des choeurs hurlants (" Didn't anybody tell you how to gracefully disappear in a room / I know you put in the hours to keep me in sunglasses/I know/I'm sorry I missed you/I had a secret meeting in the basement of my brain").

Des paroles souvent sulfureuses, des guitares incisives et rageuses comme sur le rock tout en énergie pure de "Abel" nick cavien qui démarre à fond les manettes avec la voix éructuante de Matt Berninger, chanteur investi, comme possédé sur scène.

Chanteur et auteur des textes pétris d'introspection, de doute et de force vive tels "The geese of Beverly road" ("Oh, come be my waitress and serve me to night/Serve me the sky tonight/Oh come, come be my waitress and serve me tonight/Serve me the sky with a big slice of lemon") ou "Baby we'll be fine" ("I put off your jeans and you spill jack and coke in my collar/I melt like a witch and scream/I'm so sorry for everything").

Sur la rythmique imparable, sobre, nette et rigoureuse de Bryan Devendorf, se greffent des guitares virtuoses (Bryce Dessner et Scott Devendorf), une basse ravageuse (Aaron Dessner) et un violon frénétique (Padma Newsome qui transcende un "Lit up" vertigineux et irradie "Cherry Tree" ) pour un "Mr November" rageur et féroce ("I'm Mr November, I won't fuck us over/I wish that I believed in fate/I wish I didn't sleep so late/I used to be carried in the arms of cheerleaders").

Un concert excellent qui s'achève un peu brutalement après un court rappel avec le diktat du régisseur de la salle . Il est 22h38 !

Si The National passe près de chez vous, ne le ratez pas !

 

"Nervous energy and psychotic collapse create good music, and this band is one step away from a weekend pass to an asylum. Indulge the National. They are as American as apple pie, Prozac and serial murder." Tualla Turner

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sad songs for dirty lovers de The National
La chronique de l'album Cherry Tree de The National
La chronique de l'album Kicking the national habit de Grand National
La chronique de l'album Alligator de The National
La chronique de l'album Boxer de The National
La chronique de l'album High Violet de The National
La chronique de l'album The National Health de Maximo Park
La chronique de l'album Trouble Will Find Me de The National
La chronique de l'album Sleep Well Beast de The National
The National en concert à La Guinguette pirate (22 juin 2003)
The National en concert à Mains d'Oeuvres (3 novembre 2003)
The National en concert au Nouveau Casino (11 juin 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004)
The National en concert à Bowery Ballroom (3 octobre 2004) - 2ème
The National en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2005 (jeudi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2005 (vendredi)
The National en concert au Trabendo (24 novembre 2005)
The National en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (mercredi)
The National en concert au Festival La Route du Rock 2007 (jeudi)
The National en concert au Festival Furia Sound 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008
The National en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
The National en concert au Festival La Route du Rock 2010 (dimanche)
The National en concert au Festival Pukkelpop 2010 (samedi 21 août 2010)
The National en concert au Festival BIME Live! 2014 (édition #2) - samedi 1er novembre
L'interview de The National (22 juin 2003)
L'interview de The National (3 novembre 2003)
L'interview en VO de The National(11 juin 2004)
L'interview de The National (11 juin 2004)
L'interview de The National (5 mai 2007)
L'interview de The National (avril 2010)
La chronique de l'album Bluffer's Guide to the Flight Deck de Flotation Toy Warning
La chronique de l'album The Machine Made Us de Flotation Toy Warning
Flotation Toy Warning en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Flotation Toy Warning en concert à La Guinguette Pirate (3 novembre 2004)
La conférence de presse de Flotation toy warning (août 2004)
L'interview de Flotation Toy Warning (décembre 2004)
La chronique de l'album Clear de That summer
La chronique de l'album Near Miss de That Summer

Crédit photos : David

Plus de photos sur Taste of Indie


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=