Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Und
Théâtre des Abbesses  (Paris)  avril 2016

Monologue dramatique de Howard Barker interprété par Natalie Dessay dans une mise en scène de Jacques Vincey.

Et si Natalie Dessay était tout simplement l'une des plus grandes actrices françaises ?

Après l'avoir vu pendant soixante-dix minutes, seule, portant un texte d'Howard Barker aux relents beckettiens et aux accents bernhardiens, affrontant des pains de glace suspendus au-dessus de sa tête, quittant sa longue robe rouge sublime pour une combinaison grisâtre de vieille Cendrillon apeurée, le doute n'est plus permis.

Ceux qui s'attendaient à la voir chanter ne seront pas déçus de ne l'entendre que murmurer quelques notes avant un final d'une brutalité époustouflante.

"Und" est un texte aux multiples entrées. Droite comme un i, comme si sa longue robe rouge dissimulait un tabouret qui lui permettait cette irréelle longueur de jambes, cette aristocrate authentique ou fantasmée, qui attend l'arrivée improbable de son amant, cache une femme persécutée par l'amour ou par les hommes. Est-ce qu'on peut d'ailleurs se fier à ce qu'elle raconte ? N'en est-elle pas la dupe ou la mystificatrice ?

Off, il y a une domestique elle aussi à l'existence mouvante à qui la femme réclame un mouchoir ou du thé alors que surgissent du ciel, outre la fine pluie ruisselant des blocs de glace, des plateaux remplis de théière ou de fleurs.

Entre le blanc plastique de la bâche qui recouvre la scène et la robe rouge de Natalie Dessay s'établit un contraste puissant, renforcé par ses épées de Damoclès constituées par ces pains de glace. Dans un coin de la scène, le magistral Alexandre Meyer crée une ambiance musicale où seuls quelques sons contribuent encore à altérer la superbe du personnage.

Prise dans le tourbillon irrésistible d'une chute annoncée, Natalie Dessay passe de l'arrogance à la souffrance. Elle est incomparablement belle dans la douleur. Dans la mise en scène incisive de Jacques Vincey, elle porte peu à peu le malheur et la peur de l'inconnu. Jusqu'au dernier de ses mots, elle ne livrera pas ses secrets. En a-t-elle d'ailleurs ?

Portrait d'une star déchue ou retour au réel pour une malheureuse inconnue, "Und" est un moment de théâtre d'une force inquiétante. Si l'on a été captivé par ce monologue, par cette attente infinie et sans espoir, on ressentira certainement cette puissance qu'a le théâtre quand il fonctionne à plein régime.

Quand on aura canalisé son émotion devant l'exceptionnelle prestation fournie par Natalie Dessay, on ne pourra que répondre "oui" à la question liminaire. Natalie est une immense artiste, c'est une évidence qu'on a plaisir à répéter.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout
- 2 août 2020 : Une petite pause s'impose
- La Mare Aux Grenouilles #08
- 26 juillet 2020 : Que le spectacle (re)commence
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=