Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
Fury  (Simple Music For Sumple Mind)  avril 2016

Dans la vie, il y a des choses difficiles à faire, par exemple les pâtes à la carbonara, l’amour et chroniquer des disques de groupe que tu as vu en concert et qui ont un tel dispositif scénique que tu te dis : "non mais tu vois quoi sur disque ça ne sera pas pareil, j’veux dire, ça ne va rien rendre du coup".

Et finalement, les pâtes à la carbonara, ce n’est pas si compliqué que ça on fait comme on veut, avec de la crème ou pas suivant les goûts, faire l’amour ce n’est pas si compliqué non plus, il faut juste apprendre le laisser-aller, l’écoute de l’autre avec de la crème ou pas suivant les goûts et c’est comme pour la chronique de disque de groupe que tu as vu sur scène en fait, il suffit d’écouter ce que le disque a à dire, respecter ses paroles et ses silences, l’appréhender, sentir son corps vibrer et le… heu je crois que je ne parle plus vraiment de musique là, pardon mais le printemps tout ça… mais reprenons.

TOOOD est un acronyme de That Obscure Object Of Desire. Toood est un duo mais l’histoire ne dit pas qui est l’objet et qui est le désir. En tout cas, si leur musique est sombre, planante, obsédante elle n’a rien d’obscur. Le fameux dispositif scénique est simple, un homme et une femme face à face, Laurent Morelli et Astrid Karoual, lui aux machines, elle à la voix. Elle chante, lui lance des loops, crée des rythmes et joue avec sa voix à elle en live, lui appliquant des effets, des boucles, bref lui il joue de sa voix à elle, comme d’un instrument de musique, le tout dans des chorégraphies envoûtantes où les mouvements de leur corps semblent se répondre en parade amoureuse pour le public. Cela donne un résultat souvent étonnant et toujours inspiré, c’est donc avec une certaine curiosité et appréhension qu’on l’on découvre leur premier album.

La première chose qui frappe dès le morceau d’ouverture "Dédale", c’est qu’ils ont osé le choix de faire quelques textes en français, exercice louable mais ô combien casse-gueule, et ils s’en tirent plutôt bien. Ce choix d’alterner plus ou moins chansons en français et en anglais va permettre de découvrir l’étendue de la voix d’Astrid, allant plus dans les graves en français qu’elle ne se le permet en anglais, restant sur tous les tons plus que jamais captivante. Ce qui rend cette voix aussi ensorcelante, c’est également les compositions, l’écrin parfait, un trip-hop parfois minimaliste comme on savait le faire dans les années 90. Minimaliste mais pas sans panache ni énergie, les chansons vont à l’essentiel sans être noyées sous des milliers de couche d’effet et de production. Elles tombent dans le mille à chaque fois c’est-à-dire être sensuelles envoûtantes, entraînantes, loin de jouer avec une libidinerie de pacotille. La musique de TOOOD est un appel à laisser son corps aller dans des mouvements ondulatoires, à se laisser porter, à se laisser aller, à s’oublier.

Ce n’est sans doute pas un hasard s’ils ont choisi une image qui semble issue d’un test de Rorschach comme pochette, chacun est libre de son interprétation, il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Chacun verra son propre imaginaire se refléter dans cette musique, chacun est libre de se perdre dans ses méandres, dans ses fils qu’elle tend. Les seules conditions sont d’écouter ce disque à un volume sonore que les voisins réprouvent, et de se laisser aller, il n’y a rien de honteux à danser seul ou à deux chez soi, il n’y a rien de honteux à se laisser porter par cette musique qui allie à la perfection la verticalité de la danse et l’appel à de plaisirs horizontaux. Comment ne pas être fasciné par les envolées de voix de "Honestly", par l’entêtant refrain de "Eros / Thanatos", par les cordes de "Fleurs de l’abîme".

Voilà ce que nous propose TOOOD : une volupté entre la pulsion de vie et la pulsion de mort, se perdre, se noyer dans le plaisir pour oublier que la fin est proche.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Honestly de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Dédale / Up to the clouds 45T de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Transparence de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
La chronique de l'album Interview de That Obscure Object Of Desire (TOOOD)
That Obscure Object Of Desire en concert à L'Espace B (mardi 11 juin 2013)
L'interview de That Obscure Object Of Desire (TOOOD) (mai 2013)
L'interview de That Obscure Object Of Desire (TOOOD) (samedi 4 octobre 2014)

En savoir plus :
Le site officiel de TOOOD
Le Bandcamp de TOOOD
Le Soundcloud de TOOOD
Le Facebook de TOOOD


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 22 novembre 2020 : Le Froggy's Nouveau

L'arrivée du Beaujolais nouveau sera moins festive qu'à l'habitude cette année. Qu'à cela ne tienne la nouvelle édition de Froggy's Delight et le replay de la nouvelle Mare Aux Grenouilles est là pour vous tenir chaud ! Voici le programme :

Du côté de la musique :

"Sweet roller" de Al Pride
"After the great storm" et "How beauty holds the hand of sorrow" de Ane Brun
"Bisolaire" de Fredda
"Stillness" de Laetitia Shériff
"Un soir d'été" de Aurore Voilqué Trio
"Warning bell" de Daniel Trakell
"Trip" de Lambchop assortie de la nouvelle émission de Listen in Bed "Lambchop's Trip"
"Glo" de Manuel Bienvenu
"Serpentine prison" de Matt Berninger
"Je ne vous oublierai jamais" de Morgane Imbeaud
"Lockdown care bundle EP" de Nadeah
"Nashville tears" de Rumer

et toujours :
"Pursue a less miserable life" de Saffron Eyes
"Reborn" de Aldo Romano
"Dear mademoiselle" de Astrig Siranossian
"Lignes futures" de Brazzier
"Song machine, season one : Strange timez" de Gorillaz
"Mémoire d'un enfant de 300 000 ans" de Imbert Imbert
"Perspectives & avatars" de Laura Perrudin
"Aux amis qui manquent" la 4eme émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Frédéric Chopin" de Roustem Saitkoulov
"Beethoven, un nouveau manifeste" de Simon Zaoui
"Any day now" de The Brooks

Au théâtre at home :
avec les captations vidéo de :
"Douze Hommes en colère" de Reginald Rose
"Phèdre!" par François Gremaud
"La Dame de chez Maxim" de Georges Feydeau
"Comme s'il en pleuvait" de Sébastien Thiéry
"La journée de la jupe" de Jean-Paul Lilenfeld
"Hier est un autre jour" de Sylvain Meyrac et Jean-François Cros
"10 ans de mariage" d'Alil Vardar
"Ils s’aiment" de Pierre Palmade et Muriel Robin
"Le Professeur Rollin se re-rebiffe" de François Rollin
et un malicieux air d'opéra avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir l'exposition commentée "Soleils Noirs" au Louvre-Lens
en virtuel :
"Miro "Bleu I, Bleu II, Bleu III" au Centre Pompidou
"Gregory Crewdson - An Eclipse of Moths" à la Galerie Templon
voir ou revoir l'exposition "Les costumes font leur show !" au Centre national du costume de scène à Moulins
parcourir les collections de la National Gallery of Denmark à Copenhague
du Palais de Schönbrunn à Vienne
du Museu Imperial de Petropolis au Brésil et en Thaïlande
et du Museum of Contemporary Art à Bangkok
et "Les petites histoires des chansons coquines" du Musée de la Sacem

Cinéma :

at home en steaming gratuit :
"Les bien-aimés" de Christophe Honoré
"L'exercice de l'Etat" de Pierre Schoeller
"Jimmy Rivière" de Teddy Lussi-Modeste
"Peur de rien" de Danielle Arbid
"The Bookshop" de Isabel Coixet

Lecture avec :

"Lire les morts" de Jacob Ross
"La mer sans étoiles" de Erin Morgenstern
"Les filles mortes ne sont pas aussi jolies" de Elizabeth Little
"Batailles" de Isabelle Davion & Béatrice Heuser
"De Gaulle et les communistes" de Henri Christian Giraud
et toujours :
"Histoire politique de la roue" de Raphael Meltz
"Inépuisables" de Vivian Gornick
"Kudos" de Rachel Cusk
"Se cacher pour l'hiver" de Sarah St-Vincent
"Histoire navale de la seconde guerre mondiale" de Craig L. Symonds

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 17 janvier 2021 : Voir le bon côté des choses
- 10 janvier 2021 : En route pour l'aventure
- 3 janvier 2021 : Tous nos voeux de santé et d'année moins pire que l'autre
- 27 décembre 2020 : Pas de vaccin contre la culture !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=