Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Stavanger
Studio Hébertot  (Paris)  mai 2016

Comédie dramatique de Olivier Sourisse, mise en scène de Quentin Defalt, avec Sylvia Roux et Thomas Lempire.

Première pièce jouée d’un nouvel auteur qui compte déjà. Le titre accroche, d’emblée. Le g doux évoque l’avalanche, le "vengeur". Le g dur, le vent et la guerre. Stavanger, escale norvégienne de l’Express côtier, survient comme un nom de code. Est-ce un Thulé imaginaire ? Le nom, choisi simplement pour sa sonorité, d’un débarcadère de neige ?

Un soir, une avocate "lancée", maître Bernstein, Florence pour ceux dont elle accepte de faire des intimes, ramène chez elle un jeune homme qui voulait se jeter sous le train.

Vulnérable, maladroit, impressionné par le décor et le champagne qu’elle débouche, amusée, séductrice, Simon résiste au charme, à la griserie, à la danse d’approche de la jeune femme. Puis, emportés par la nuit, les deux réfugiés du port d’angoisse, acceptent de décliner leur identité, de révéler leurs blessures, de se mettre à nu. La réalité fléchit, l’aube attend, la vérité s’invite, voyeuse, narquoise.

Tout, même l’impossible, peut surgir : Un voyage à Stavanger, rêvé ou réel, avec ou sans corps, comme on part tout à coup, avec ou sans bagage ?

Au service du texte puissant, poétique, étonnant, au sens premier du terme, d’Olivier Sourisse, la mise en scène de Quentin Defalt (assisté d’Alice Faure et d’Agnès de Palmaert) choisit la délicatesse, la suggestion, "l’entre deux mondes", éclairée par les lumières inventives d’Olivier Oudiou et les sonorités de Ludovic Champagne.

Deux comédiens portent l’œuvre d’Olivier Sourisse avec l’autorité du métier et la foi dans le choix de ce texte : Sylvia Roux incarne Florence, inventant sa métamorphose, montant en puissance comme on monte en voix, troublante, tandis que Thomas Lempire s’empare du rôle du jeune désespéré, tout à la fois pas assez du monde et voulant en découdre avec le passé. L’échange émeut, secoue, ravage.

Audacieuse, moderne, "Stavanger" ouvre un tunnel de lumière, naissance violente d’une invention du monde. Danger : beauté.

 

C-L. Morel         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=