Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
Grand Parc - Grand Blanc - Jeanne Added - Jain - Lou Doillon - Beirut - PJ Harvey - Louise Attaque - Jurassic 5  (Hérouville St-Clair, Normandie)  du 30 juin au 3 juillet 2016

Quelques difficultés liées à l'informatique m'obligent à arriver tardivement sur le site. Je reste un peu à l'écart pour assister à la seconde partie du concert de Grand Parc, afin de ne pas sacrifier mon matériel photographique. Car le duo caennais, accompagné de deux autres musiciens, offre son spectacle sous une pluie battante. Leur rock pop psychédélique a réussi à scotcher les premiers festivaliers devant la grande scène. Il est agréable de se laisser porter dans les méandres mélodiques du groupe. Dans des conditions difficiles, ils remercient le public pour leur courage à affronter les éléments.

Grand Blanc est à classer entre Lescop, Bagarre, Crystal Fighters et les groupes réédités par le label Infrastition. Dès le premier morceau, "Degré Zéro", le public se masse sous la pluie, puis devient de plus en plus nombreux. Les basses sont mises en avant. Grosse prestation qui se termine par "Samedi La Nuit".

Jeanne Added a, en festival, un public plus mélangé et moins communautariste qu'à Paris. L'album, plutôt mal équilibré, trouve plus de cohérence en live. Le public découvre et commence à danser. Moins accaparée par ses instruments qu'auparavant depuis que Narumi Hérisson de Tristesse Contemporaine l'accompagne sur scène, Jeanne Added va chercher le public, se rapproche du devant de la scène, saute sur place. La pluie, qui s'est enfin arrêtée, entraîne néanmoins quelques problèmes électriques et des grésillements en son de façade. Professionnel, le résultat ne me fait cependant pas vibrer.

La bonne surprise de ce dimanche vient de Jain. Seule en scène, la jeune femme qui n'a qu'un album au compteur, entre reggae, électro et hip-hop, met le feu au festival. Peu d'effets de manche, juste une présence, des mélodies accrocheuses, de la bonne humeur et beaucoup de professionnalisme. Son style n'est pas ce qui me fait vibrer, mais le talent de la jeune femme est indéniable.

On laisse Lou Doillon miauler sur la grande scène et on revient pour Beirut. On avait aimé Gulag Orkestar sorti en 2006. Zach Condon revient avec un quatrième album, No No No, en 2015. Par contre, sur scène, le projet semble avoir peu évolué. La surprise n'est plus là. On continue à apprécier, à passer un bon moment, mais il manque une touche de nouveauté, peut-être dans les arrangements pour que Beirut nous embarque vraiment.

La vraie déception vient de PJ Harvey. Les critiques sur son récent concert à We Love Green était dithyrambiques. A Beauregard, tout semble sage et attendu. La voix est là, les huit musiciens qui l'accompagnent, dont les indeboulonnables Mick Harvey et John Parish, sont en ordre, l'ensemble est élégant mais la sauce ne prend pas. Est-ce la faute de l'horaire, ou du public, qui pourtant connait le nouvel album ? Deux fans, Laura qui a vu le concert parisien et François qui a assisté à la prestation à Glastonbury, l'expliquent que ce n'est pas le même, qu'elle est peut-être fatiguée ou que l'enjeu n'est pas le même pour elle. Peu importe, au final, PJ Harvey a, malgré la mise en scène et les costumes, donné une prestation qui a fait pschitt.

Louise Attaque a dans son escarcelle des hits et des tubes à n'en plus finir, même si tout le monde s'accorde à dire que l'album de leur retour est clairement dispensable. Le devant de la petite scène est noir de monde et il est difficile d'approcher. Alors que Gaëtan Roussel nous avait agréablement surpris à Beauregard en 2011, il semble moins à l'aise lors de cette huitième édition. D'ailleurs, sa voix est encore plus éraillée qu'à l'habitude. Les interprétations des morceaux sont scolaires. Même si le public est heureux d'entendre les hymnes qu'il connaît, mais, comme auparavant avec PJ Harvey, le concert ne tient pas ses promesses.

Heureusement, Jurassic 5 vient clôturer le festival. Même si, pour des raisons techniques, le concert commence avec une demi-heure de retard, ceux qui sont partis ont eu tort. En milieu de scène, une platine géante sert à faire des scratchs. Les quatre rappeurs et les deux DJ's s'en donnent à coeur joie. Sur un sample de "Another one bites the dust" de Queen, ils esquissent même quelques pas de danse à la manière d'un boys band. Jurassic 5, dinosaures du rap US, a donc offert un des concerts les plus ludiques de cette édition 2016 de Beauregard.

Malgré les conditions difficiles, Beauregard a accueilli sur quatre jours 88.000 spectateurs, établissant ainsi son record d'affluence. On remercie cette année encore l'organisation pour son accueil et les conditions de travail qui nous sont offertes. Et on félicite encore une fois les bénévoles pour leur travail.

 

En savoir plus :
Le site officiel du Festival Beauregard
Le Facebook du Festival Beauregard

Photos crédits : Laurent Coudol


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-05-24 :
Quintet Bumbac - Miroirs
Maîtrise Notre-Dame de Paris - Notre-Dame, Cathédrale d'émotions
Gary Bartz & Maisha - Night Dreamer Direct-To-Disc Sessions
Antoine Hénaut - Par défaut
Jean Daufresne & Mathilde Nguyen - Miroir
Isabel Sörling -  Mareld 
Larkin Poe - Self Made Man
Marie Oppert - Enchantée
Miro Shot - Interview
Eldad Zitrin - Three old Words

• Edition du 2020-05-17 :
Anne de Fornel - Jay Gottlieb - Cage Meets Satie
Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce - Love is everywhere
Les Enfants d'Icare - Hum-Ma
Sébastien Forrester - Spirals EP
Duñe & Crayon - Hundred Fifty Roses
Facteurs chevaux - Chante-nuit
Ezra Furman - Sex Education
Hermetic Delight - F.A. Cult
Pierre - 9 songs
Batist & the 73' - Interview

• Edition du 2020-05-10 :
Match - Superficial please EP
TV Party - Dark Heart EP
InRed - Brute Art
The Eternal Youth - Nothing is never over
Alexis Kossenko, Anna Reinhold & Emmanuel Olivier - Soir Païen
Morgane Imbeaud - Interview
Philippe Cassard - Schubert, Sonates pour piano D.845 & D.850
Other Lives - For Their Love
Myriam Barbaux-Cohen - Enrique Granados : Oeuvres pour Piano
 

• Archives :
Cuareim Quartet & Natascha Rogers - Danzas
Benoit Bourgeois - Invisible
Bertrand Betsch - La traversée
Bambara - Stray
Miro Shot - Content
Batist and the 73' - Love Songs EP
Babx - Les Saisons Volatiles
Grand Palladium - Grand Palladium
Féloche - Féloche and the Mandolin' Orchestra
Maghreb K7 Club Synth Raï, Chaoui & Staifi 1985-1997 - Divers
Tristan Pfaff - Tableaux d'Enfance
The HeadShakers - The Headshakers
Foehn Trio - Highlines
Gaëtane Prouvost & Éliane Reyes - D'Indy - Dupuy : Sonates
Les Tit'Nassels - Le live des 20 ans
Fiona Apple - Fetch the Bolt Cutters
Fabien Martin - Interview
Listen in Bed - I LIke You (Mix #14)
Lazy Flow - Global Warming EP
Gemma & Pierre Rochefort - Les Autres single
Koki Nakano - Pre-choreographed
Tom Poisson - Se passer des visages
Brian Fallon - Local Honey
Claude Tchamitchian Trio - Poetic Power
Jak's - Act 1 EP
Soccer Mommy - Color Theory
Jeremy Cunningham - The weather up There
Yves Tumor - Heaven To a tortured Mind
NNAMDÏ - BRAT
Christophe Marguet Quartet - Happy Hours
- les derniers albums (6055)
- les derniers articles (150)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1093)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=