Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mexique 1900-1950
Grand Palais  (Paris)  Du 5 octobre 2016 au 23 janvier 2017

Organisée par la Réunion des Musées Nationaux- Grand Palais, le Secrétariat mexicain de la Culture, l'Institut National des Beaux-Arts et le Musée National de l'Art sis à Mexico, l'exposition "Mexique 1900-1950" propose de découvrir la production artistique de l'Ecole mexicaine bornée par l'académisme de la peinture élitaire du 19ème siècle et la "Ruptura" substituant la réflexivité à la discursivité normative

Elle en présente un panorama exceptionnel et, hors les artistes cités dans son sous-titre "Diego Rivera, Frida Kahlo, José Clemente Orozco et les avant-gardes", largement méconnu et non seulement du grand public.

De plus, l'intérêt de la monstration de ce conséquent corpus d'oeuvres en provenance essentiellement de collections mexicaines et américaines, s'avère double dans la mesure où elle illustre une double fusion intervenue dans le cadre d'une politique culturelle menée par le Mexique post-révolutionnaire.

La Mexicanidad, de l'art d'Etat à l'art engagé

En effet, l'art moderne mexicain résulte d'une novation politique, corollaire de l'institution républicaine, qui soutient les artistes finançant des voyages en France puis aux Etats Unis pour prendre le pouls de la création contemporaine, prône un art public et pilote un art d'Etat, souvent qualifié de nationaliste, en vue d'une construction identitaire commune pouvant fédérer la mosaïque ethnique et culturelle caractéristiique du pays.

Quant à la symbiose, elle tient, d'une part, en un métissage de deux cultures, celle des civilisations précolombiennes et la culture hispanique importée par les colons, et, d'autre part, celle de la tradition et de la modernité avec une hybridation esthétique entre les arts primitifs et les avant-gardes européennes.

Par l'ampleur de la période considérée et son foisonnement artistique, la "Renaissance Mexicaine" qui est aussi celle des renaissances, la structuration tant didactique que réflexive s'avère difficile et le parcours conçu par le commissaire, Agustín Arteaga, historien d'art et directeur du Musée National de l'Art, navigue entre sections historiques, monographiques et thématiques.

Quatre pôles se dégagent avec, en premier lieu, la figuration narrative patriotique, qui ressort à la peinture d'histoire, avec une ébouriffante immersion dans le panthéon mexicain de ces cinq "glorieuses", dont l'Olympe est représenté par la trinité picturale de "Los tres grandes", les chantres du muralisme et du réalisme social que sont Diego Riviera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros.

Bien évidemment, la monstration propose une ébouriffante immersion dans le panthéon mexicain de ces cinq "glorieuses", dont l'Olympe est représenté par la trinité picturale de "Los tres grandes", les chantres du muralisme et du réalisme social que sont Diego Riviera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros.

Chacun a sa fonction et son style, respectivement, comme l'indiquent les sections qui leur sont consacrées, la ligne claire et chatoyante de l'utopie sociale ("La Rivière Juchitán", "La barque fleurie")", la révolution des hommes à l'expressionnisme vibrant ("Têtes fléchées", "L'Indienne") et le baroquisme appliqué à la lutte des classes ("Accident dans la mine", "Mère prolétarienne").

Ce panthéon a ses déesses, telles Nahui Olin et María Izquierdo ("Autoportrait", "L'enfant indifférente", "Rêve et pressentiment"), placées sous l'égide de Frida Khalo et un étonnant autoportrait aux cheveux coupés, que le commissaire compare aux femmes fortes de la Bible et qui oeuvre dans un registre, autocentré et/ ou protoféministe, et une esthétique du naïf au réalisme magique.

Par ailleurs, la monstration fait la part belle aux artistes, comme Agustin Lazlo, dont l'engagement politqiue se manifeste de manière dissente par une peinture figurative imaginative et des thématiques ruraliste ou indigéniste se traduisant dans des scènes de genre affectionnées par Olga Costa ("La marchande de fruits") Luis Martínez ("Les musiciens"), Francisco Diaz de Leon et Ramon Cano Manilla.

Troisième axe, la spécificité du stridentisme, customisation à la mexicaine du futurisme, du cubisme et du dadaïsme phagocyté par la culture populaire pour exalter le modernisme avec des oeuvres de Miguel Covarrubias, Gabriel Fernandez Ledesma ("La Passerelle"), Ramon Alval de La Canal, Jorge Gonzalez Camarena ("Les Baigneurs") et Francisco Eppens.

Enfin, une section consacrée au surréalisme s'imposait pour le Mexique qualifié de "miroir magnétique du surréalisme" par le poète Octavio Paz et pays vers lequel nombre de surréalistes français firent le voyage et où s'installera Leonora Carrigton ("La Dame ovale", "Fine mouche") proche de Amado de la Cueva, Juan O’Gorman, Wolfang Paalen ("Toison d'or") et José Horna.

Mais déjà se profile les abstraites "Pyramides mexicaines" de Mathias Goeritz annonciatrices d'un temps nouveau.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=