Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Mexique 1900-1950
Grand Palais  (Paris)  Du 5 octobre 2016 au 23 janvier 2017

Organisée par la Réunion des Musées Nationaux- Grand Palais, le Secrétariat mexicain de la Culture, l'Institut National des Beaux-Arts et le Musée National de l'Art sis à Mexico, l'exposition "Mexique 1900-1950" propose de découvrir la production artistique de l'Ecole mexicaine bornée par l'académisme de la peinture élitaire du 19ème siècle et la "Ruptura" substituant la réflexivité à la discursivité normative

Elle en présente un panorama exceptionnel et, hors les artistes cités dans son sous-titre "Diego Rivera, Frida Kahlo, José Clemente Orozco et les avant-gardes", largement méconnu et non seulement du grand public.

De plus, l'intérêt de la monstration de ce conséquent corpus d'oeuvres en provenance essentiellement de collections mexicaines et américaines, s'avère double dans la mesure où elle illustre une double fusion intervenue dans le cadre d'une politique culturelle menée par le Mexique post-révolutionnaire.

La Mexicanidad, de l'art d'Etat à l'art engagé

En effet, l'art moderne mexicain résulte d'une novation politique, corollaire de l'institution républicaine, qui soutient les artistes finançant des voyages en France puis aux Etats Unis pour prendre le pouls de la création contemporaine, prône un art public et pilote un art d'Etat, souvent qualifié de nationaliste, en vue d'une construction identitaire commune pouvant fédérer la mosaïque ethnique et culturelle caractéristiique du pays.

Quant à la symbiose, elle tient, d'une part, en un métissage de deux cultures, celle des civilisations précolombiennes et la culture hispanique importée par les colons, et, d'autre part, celle de la tradition et de la modernité avec une hybridation esthétique entre les arts primitifs et les avant-gardes européennes.

Par l'ampleur de la période considérée et son foisonnement artistique, la "Renaissance Mexicaine" qui est aussi celle des renaissances, la structuration tant didactique que réflexive s'avère difficile et le parcours conçu par le commissaire, Agustín Arteaga, historien d'art et directeur du Musée National de l'Art, navigue entre sections historiques, monographiques et thématiques.

Quatre pôles se dégagent avec, en premier lieu, la figuration narrative patriotique, qui ressort à la peinture d'histoire, avec une ébouriffante immersion dans le panthéon mexicain de ces cinq "glorieuses", dont l'Olympe est représenté par la trinité picturale de "Los tres grandes", les chantres du muralisme et du réalisme social que sont Diego Riviera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros.

Bien évidemment, la monstration propose une ébouriffante immersion dans le panthéon mexicain de ces cinq "glorieuses", dont l'Olympe est représenté par la trinité picturale de "Los tres grandes", les chantres du muralisme et du réalisme social que sont Diego Riviera, José Clemente Orozco et David Alfaro Siqueiros.

Chacun a sa fonction et son style, respectivement, comme l'indiquent les sections qui leur sont consacrées, la ligne claire et chatoyante de l'utopie sociale ("La Rivière Juchitán", "La barque fleurie")", la révolution des hommes à l'expressionnisme vibrant ("Têtes fléchées", "L'Indienne") et le baroquisme appliqué à la lutte des classes ("Accident dans la mine", "Mère prolétarienne").

Ce panthéon a ses déesses, telles Nahui Olin et María Izquierdo ("Autoportrait", "L'enfant indifférente", "Rêve et pressentiment"), placées sous l'égide de Frida Khalo et un étonnant autoportrait aux cheveux coupés, que le commissaire compare aux femmes fortes de la Bible et qui oeuvre dans un registre, autocentré et/ ou protoféministe, et une esthétique du naïf au réalisme magique.

Par ailleurs, la monstration fait la part belle aux artistes, comme Agustin Lazlo, dont l'engagement politqiue se manifeste de manière dissente par une peinture figurative imaginative et des thématiques ruraliste ou indigéniste se traduisant dans des scènes de genre affectionnées par Olga Costa ("La marchande de fruits") Luis Martínez ("Les musiciens"), Francisco Diaz de Leon et Ramon Cano Manilla.

Troisième axe, la spécificité du stridentisme, customisation à la mexicaine du futurisme, du cubisme et du dadaïsme phagocyté par la culture populaire pour exalter le modernisme avec des oeuvres de Miguel Covarrubias, Gabriel Fernandez Ledesma ("La Passerelle"), Ramon Alval de La Canal, Jorge Gonzalez Camarena ("Les Baigneurs") et Francisco Eppens.

Enfin, une section consacrée au surréalisme s'imposait pour le Mexique qualifié de "miroir magnétique du surréalisme" par le poète Octavio Paz et pays vers lequel nombre de surréalistes français firent le voyage et où s'installera Leonora Carrigton ("La Dame ovale", "Fine mouche") proche de Amado de la Cueva, Juan O’Gorman, Wolfang Paalen ("Toison d'or") et José Horna.

Mais déjà se profile les abstraites "Pyramides mexicaines" de Mathias Goeritz annonciatrices d'un temps nouveau.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Grand Palais

Crédits photos : MM (Plus de photos sur La Galerie)
avec l'aimable autorisation du Grand Palais


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 1er juin 2020 : Retour à la réalité

Le monde d'après ne sera sans doute pas mieux que celui d'avant. Ces 2 mois de répit n'auront sans doute servi qu'à amplifier les frustrations en tout genre. Sans prétendre y remédier voic de quoi vous détendre un peu avec notre sélection culturelle de la semaine.

vous pouvez également revoir notre première émission "La mare aux grenouilles" sur la Froggy's TV. Suivez la chaine pour ne pas rater émissions et concerts en direct.

Du côté de la musique :

"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society
et toujours :
Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

les créations contemporaines :
"Le Mardi à Monoprix" de Emmanuel Darley
"Lucide" de Rafael Spregelburd
"Le Royaume des animaux" de Roland Schimmelpfennig
"Délivre-toi de mes désirs" de María Velasco
"L'étudiante et Monsieur Henri" de Yvan Calbérac
de la comédie signée Pierre Palmade:
"Ma soeur est un chic type" de Pierre Palmade
"Pièce montée" de Pierre Palmade
"10 ans de mariage" de Alil Vardar
Au Théâtre ce soir :
"On dînera au lit" de Marc Camoletti
"Le canard à l'orange" de William Douglas Home
"L'Or et la Paille" de Barillet et Grédy
les classiques par la Comédie française :
"L'Avare" de Molière
"Les Rustres" de Goldoni
du côté des humoristes :
un spécial Christophe Alévêque à l'occasion de son inédit 2020 "Le trou noir"
avec
"Christophe Alévêque - Super rebelle... et candidat libre"
"Christophe Alévêque revient bien sûr"

"Christophe Alévêque - Debout"
et du théâtre lyrique revisité:
"Le Postillon de Lonjumeau" d'Adolphe Adam par Michel Fau
"Turandot" de Puccini par Robert Wilson
et de la caricature joyeuse avec "The Opera Locos"

Expositions :

découvrir la visite en ligne d'expositions virtuelles annulées :
"Giorgio de Chirico. La peinture métaphysique" au Musée de l'Orangerie
"Pompéi" au Grand Palais
et "Plein air, de Corot à Monet" au Musée des Impressionnismes de Giverny
s'évader en un clic en direction de la province :
à Nice pour une visite virtuelle du Musée Magnin et celle de l'exposition "Soulages, la puissance créatrice" à la Galerie Lympia
de l'Europe :
en Espagne vers le Musée Carmen Thyssen à Málaga
et en Allemagne avec la visite des 3 niveaux de la Kunsthalle de Brême
et plus loin encore aux Etats-Unis vers le Musée Isabella Stewart Gardner à Boston
et le Musée d'Art de Caroline du Nord à Raleigh
avant le retour sur Paris pour découvrir les éléments décoratifs de L’Opéra national de Paris

Cinéma at home avec :

de l'action :
"Code 211" de York Alec Shackleton
"Duels" de Keith Parmer
de la comédie : "Le boulet" de Alain Berbérian et Frédéric Forestier
du drame :
"Marion, 13 ans pour toujours" de Bourlem Guerdjou
"Happy Sweden" de Ruben Östlund
de la romance :
"Coup de foudre à Jaïpur" de Arnauld Mercadier
"Marions-nous !" de Mary Agnes Donoghue
du thriller :
"The Watcher" de Joe Charbanic
"Résurrection" de Russell Mulcahy
du fantastique : "Godzilla" de Masao Tamai
les années 40 au Ciné-Club :
"Boule de suif" de Christian Jaque
"Le carrefour des enfants perdus" de Léo Joannon
et un clin d'oeil au début du cinéma avec "Le Voyage dans la Lune" de Georges Méliès

Lecture avec :

"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld
et toujours :
"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 1er juin 2020 : Retour à la réalité
- 24 mai 2020 : Culture pour tous !
- 17 mai 2020 : le joli mois de mai
- 10 mai 2020 : Sortez Masqués !
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=