Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Michèle Bernard - Cyrille Gallais - Elsa Gelly
Café de la Danse  (Paris)  mardi 18 octobre 2016

Voir Michèle Bernard sur scène est toujours roboratif. Il y a bien sûr ses chansons dont la poésie, la musicalité et l'humanité nous prennent chaleureusement la main mais il y aussi l'énergie que cette interprète déploie sans compter et que sa voix cristalline transporte jusqu'à nous, aujourd'hui comme il y a trente ans lorsque l'auteur de ces lignes la vit pour la première fois au TLP Déjazet.

Les lundi 17 et mardi 18 octobre 2016, Michèle Bernard se produisait au Café de la Danse, pas loin de la rue de Lappe à Paris, pour deux concerts de lancement de son nouveau disque, Tout' Manières. Nous avons assisté au second de ces concerts. Les 250 places assises de la salle étaient occupées, ce qui est tout à fait réjouissant pour une artiste dont on entend malheureusement trop peu parler, alors qu'elle a une activité chansonnière impressionnante (une vingtaine d'albums) depuis 40 ans. Autre sujet de satisfaction : on pouvait apercevoir dans la salle, au milieu de ceux que nous devinions être des amateurs de la première heure, des grappes de nouveaux convertis, dont la présence démontrait, une fois de plus, et quoi qu'on en dise, le profond besoin de poésie chez l'homo sapiens.

Pour l'occasion, Michèle Bernard avait fait les choses comme il faut puisqu'un orchestre de six musiciens l'accompagnait, un luxe offert au public par une artiste qui n'a pourtant pas la possibilité de jouer tous les soirs dans un des Zéniths de France. Je crois pouvoir dire que la salle a particulièrement apprécié cette attention.

Si la chanteuse ne s'est pas abstenue d'interpréter quelques-uns de ses grands standards comme "Maria Szusanna" ou "Je t'aime", chaussant ou déchaussant son fidèle accordéon au gré des partitions, ce sont surtout les chansons de son dernier album qui ont donc été mises en avant. Les thèmes qui y sont traités n'étonneront pas les connaisseurs de l'artiste piraillonne. On a ainsi retrouvé des portraits, comme celui de cette fille de salle de "Quand j'passe la serpillère" qui s'interroge sur la (méta-) physique et qui pourrait bien être copine avec une certaine dame pipi de la rue des quatre perdrix, ou celui d'"Yvette", une vieille dame qui aspire à ce que les gens et les choses restent à portée de conversations et de visites comme quand on avait un peu de temps, avant notre époque de gain de productivité et de télé-vie imposée par l'informatisation omniprésente (phénomène auquel il est également fait allusion dans "Je clique").

La chanson "Peppone et Don Camillo" évoque, quant à elle, la disparition par manque d'entretien de ces petites salles, paroissiales ou municipales, nécessaires notamment à l'expression de la chanson française... L'artiste parle ici d'expérience, tant depuis plusieurs décennies elle a déroulé sa vie sur des routes grises pour les atteindre. Pas mal de mélancolie comme on voit, aussi avec l'évocation des "P'tites boîtes" de Graeme Allwright. Du lyrisme également avec "La Rivière", une très belle chanson sur la beauté du monde, ainsi qu'annoncé par son sous-titre. Revoilà la métaphysique : notre univers a-t-il autant de charme sans un regard pour l'apprécier ?

Mais la chanson de Michèle Bernard ne se coupe pas non plus de la dure réalité du monde contemporain. A cet égard, on notera par exemple ce "Savon d'Alep" évoquant les meurtrissures actuelles de la Syrie. En invitée surprise le temps de deux refrains, Anne Sylvestre a rejoint Michèle Bernard (on les savait amies toutes les deux) pour chanter "Madame Anne", une chanson-hommage de la seconde à la première. A tout seigneur tout honneur, finissons avec la chanson qui a donné son titre à l'album, peut-être justement parce que c'est une chanson à portée universelle. Il s'agit encore d'une chanson profonde malgré son déguisement musical en chanson entraînante, une habitude chez cette auteure. Une vraie belle chanson, au caractère pessimiste combatif comme seuls les véritables optimistes peuvent chanter : "Demain on s'ra vieux, demain on s'ra morts, serrons-nous plus forts".

Cyrille Gallais, en lever de rideau, avec quatre titres extraits de son récent album, Le Dessein, puis Elsa Gelly, en vedette américaine, avec un long extrait de son spectacle à voix nue (des reprises sous forme de chansons-sketchs) avaient ouvert l'appétit de la salle dans une agréable et très fournie première partie.

On se réjouit d'avoir pu passer une soirée en compagnie de Michèle Bernard et ses invités. Que ceux qui n'ont pas pu y être se consolent en écoutant son disque qui démontre, s'il en était besoin, la place centrale de cette artiste au cœur de l'archipel "chanson française".

 

En savoir plus :
Le site officiel de Michèle Bernard
Le Facebook de Michèle Bernard
Le site officiel de Cyrille Gallais
Le Soundcloud de Cyrille Gallais
Le Facebook de Cyrille Gallais
Le site officiel de Elsa Gelly
Le Facebook de Elsa Gelly

Chronique réalisée par Alexandre Pavin


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2021-02-28 :
Listen in Bed - In A Silent Way (Saison 2 MIX 14)
Acquin - Bareback
Andréel - Tu m'apprends
Dye Crap - My Shits
Meril Wubslin - Alors quoi
Django Django - Glowing in the dark
Arman Méliès - Roden Crater - Basquiat's Black Kingdom - Laurel Canyon
Foo Fighters - Medicine at midnight
Archie Shepp et Jason Moran - Let My People Go
Nico Chona & the Freshtones - Old Western Star
Mansfield.TYA - Monument Ordinaire

• Edition du 2021-02-21 :
Listen in Bed - If you know, you know (Saison 2 MIX 13)
La Mare Aux Grenouilles #21 - Talk Show Culturel
Dynah - Dynah EP
L (Raphaële Lannadère) - Paysages
Christophe Sturzenegger - Richard Strauss : An Eisamer Quelle - A une source solitaire
Beyries - Encounter
Thomas Cousin - Debbie et moi
Pascal Contet - Tango
Wassailer - I, the bastard
Emmanuel Tugny & John Greaves - Les Molécules fidèles
Smith & Burrows - Only Smith & Burrows Is Good Enough
Brisa Roché & Fred Fortuny - Freeze Where U R
 

• Archives :
Listen in Bed - Road Of The Lonely Ones (Saison 2 MIX 12)
Ensemble Tic-Toc-Choc - Michel de La Barre : Suites et sonates
Rosie Valland - Blue
Dalva - Lumen
Sleaford Mods - Spare Ribs
Ben Lupus - La beauté du jour EP
RoSaWay - Belfour - Ni Vus Ni Connus
Black Country, New Road - For the first time
MED - Interview
Armande Ferry-Wilczek - Qui naît dort plus
The Notwist - Vertigo Days
Karen Lano - Muses
La Mare Aux Grenouilles #20 - Talk Show Culturel
Les Talens Lyriques & Christophe Rousset - Antonio Salieri : Armida
Vincent Touchard & Stephen Binet - Happy Hours
Hot Sugar Band & Nicolle Rochelle - Eleanora - the Early Years of Billie Holiday
Dalhia - Hide my face
Damien Ventula, Gilles Colliard & Orchestre de chambre de Toulouse - Concertos Saint-Saëns - Huillet - Ravel
Christine Salem - Mersi
Weezer - OK Human
Sam Mangwana - Lubamba
Joseph d'Anvers - Doppelgänger
Tue-Loup - La peau des arbres
Listen in Bed - Blue Hawaiian (Saison 2 MIX 11)
San Salvador - La grande folie
James Yorkston & The Second Hand Orchestra - The Wide, Wide River
Carm - Carm
Atine - Persiennes d'Iran
Surprise Chef - Daylight Savings
Whico Skyla - Seeds are Back
- les derniers albums (6345)
- les derniers articles (195)
- les derniers concerts (2326)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1098)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=