Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Chantal Laxenaire & the Gang
Prison’s blues  (Autoproduit)  mars 2016

"A ces anonymes, ces femmes, ces hommes, ces prisonniers, chantant sur les digues du Mississippi, dans les geôles, dans les champs, dans tous ces endroits improbables et inventant une musique populaire, porteuse d’humanité."

Atlas, le mec qui portait le monde sur ses épaules. Voilà à qui m’a fait penser cette dédicace. Existe-t-il une musique plus chargée d’histoire et de larmes que le blues ? Prison’s blues respire l’originel, le solennel blues voix du chagrin, de l’espoir, de l’humanité. Chantal Laxenaire s’est entourée de son gang, composé d’Eric Legrand, Freddy Holleville et Jean-Pierre Fourment pour ressusciter ces titres enfouis.

Les uchronies disent-elles ce qu’il serait advenu du blues si l’homme blanc n’avait pas eu soif d’espèces sonnantes et trébuchantes ? Je me demande si le respect qu’inspire le blues ne vient pas de là. Né dans les champs de coton, sorti de la gorge d’esclaves restés dignes jusqu’au bout, magnifié par des voix mélancoliques et des souvenirs perdus, le blues résonne dans nos âmes comme un hymne universel à la folie des hommes.

Prison’s blues, onze titres, onze retours dans le passé, onze histoires puissantes à crever. Chantal Laxenaire & the gang réussissent à transcender les époques et à porter la conquête de l’ouest dans mon saloon… hum, de mon salon je voulais dire. Ce que je sais c’est que je n’en sais rien, je ne sais rien des sentiments qui ont habité les années blues du commerce triangulaire au Ku-Klux-Klan. Et maintenant… Restent les enregistrements et les voix vibrantes des chanteurs aux coffres impressionnants d’émotions.

Les seuls qui n’ont pas besoin d’en faire des caisses, qui n’ont besoin ni de paillettes, ni de spots pour briller, ce sont les artistes blues. Hommes ou femmes, peu importe. Tout devient évident en les écoutant, la lumière au bout du tunnel, le calme après la tempête, la nostalgie et le souffle de vie, il vient de là, il vient du blues…

De la guitare qui n’en peut plus de gémir sur "Rolled and Tumbled", de la douceur veloutée de "It’s better to be born lucky", de la contrebasse jazzy-sexy de "Worried mind", de la corde qui se déhanche dans son fourreau rouge corbeau de "Strange man", de la guitare électrisée de "Five long years", des silences recueillis de "Prison Blues"… L’histoire du blues dans Prison’s blues.

Avez-vous déjà remarqué comme un feu de bois hypnotise les regards ? A quel point le feu fascine notre inconscient collectif ? Comme si nous partagions toujours le sentiment du premier préhistorique qui se fit griller une côtelette ? Le blues parle au même intérieur. Avez-vous remarqué les pauses silencieuses d’une salle bondée quand trois notes de blues passent au-dessus de nos têtes ? Nous portons en nous la subtile harmonie de cette musique ancestrale.

Un album qui rend poète, donne des envies de pardon et de voyages dans des coins isolés, des chants qui puisent leur énergie aux sources de la passion, une musicalité qui fait vibrer plus d’un auditeur averti… Il en faut peu pour être heureux, un peu de blues et de verdure.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Chantal Laxenaire
Le Soundcloud de Chantal Laxenaire
Le Facebook de Chantal Laxenaire


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=