Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alex Cameron
Jumping the shark  (Secretly Canadian)  août 2016

Hey Alex Cameron sort un disque, Jumping the shark… Ah ouais ? C’est qui ce mec ? Puis c’est quoi cette pochette de disque ? Cette tronche ? Il n’avait pas de budget pour la pochette ou quoi ? Il faut bien avouer que cela ressemble quand même à une pochette des années 80, tout ça !

Bon OK, c’est qui cet Alex Cameron ? Il sort d’où lui ?

Alex Cameron est un australien qui faisait partie d’un groupe Seekae, trois albums au compteur, jamais écoutés, avant qu’il ne se décide à partir en solo pour composer son premier album, Dancing the Shark.

Cet album, sorti en fait il y a deux ans, était en téléchargement gratuit sur le site de l’artiste, Cameron assurant que de nombreuses personnes l’ont téléchargé (ça rassure) sans évidemment donner de chiffres. Il signe ensuite avec un label canadien, Secretly Canadian, le retire de son site et l’album sort en août dernier. Pour Cameron, si tu veux que les gens t’écoutent, il faut leur donner envie… Alors OK, on va écouter celui que certains nomment déjà le génie oublié de 2016.

Pour la pochette c’est fait, le mec a ce que l’on appelle une tronche, une gueule de rocker. Charisme sur scène dit-on ! A voir. Pour l’album, 8 titres, moins de 30 minutes d’odyssée, ça sent les années 80, le synthé, la batterie synthétique qui va avec, une voix de vieux crooner looser, un ensemble très curieux, surprenant, encore jamais rencontré.

A la fin du premier titre, bizarrement, je n’arrive pas à savoir si j’aime bien ou pas, je reste dubitatif devant cet OVNI musical. Deuxième écoute, direct, il faut trancher, c’est quoi bordel ce truc ? Plus de doute, la musique m’entraîne. Pourtant, je n’aime pas les années 80. Visionnage des clips sur internet ! Le mec est embarqué, c’est sûr. En concert, ça doit donner Alex Cameron. "She’s mine", chanson sombre, électrifié et électronique est l’exemple parfait pour illustrer le personnage.

Mais Alex Cameron, c’est aussi des belles envolées New Wave, une voix de crooner envoûtante et envoûtée, parfois inquiétante que l’on rencontre avec surprise sur "Take care of business".

Que dire de "The comeback", chanson une fois de plus entraînante au possible avec pourtant une musique d’une simplicité consternante et un clip qui sort de nulle part.

Disque complètement atypique, il fait, à mon avis, partie de ceux qu’on adore ou que l’on déteste, sans juste mesure et sans vraiment savoir pourquoi. On entre dans l’univers de ce crooner synthétique, de ce looser magnifique ou bien alors on traverse le disque sans sentiment. Bref, impossible de vous dire ou de vous certifier que vous allez adorer cet album. Impossible aussi de vous convaincre ou d’essayer de vous convaincre que cet album fait partie des disques de l’année. Je ne le sais pas moi-même. Reste qu’il faut, à mon avis, écouter d’urgence cet album pour se faire une idée et découvrir cet artiste à l’univers si particulier.

Allez aussi voir son site internet, il est fabuleux, à l’image du bonhomme, totalement décalé, je ne savais pas qu’on trouvait encore aujourd’hui des sites internet comme le sien.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

L'interview de Alex Cameron (septembre 2016)
Une 2ème interview de Alex Cameron (septembre 2016)

En savoir plus :
Le site officiel d'Alex Cameron
Le Bandcamp d'Alex Cameron
Le Soundcloud d'Alex Cameron
Le Facebook d'Alex Cameron


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-04-05 :
Listen in Bed - Shut up (Mix #13)
Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev - Shostakovich : Symphony No. 8
Muzi - Zeno
Lesneu - Bonheur ou tristesse
MAALERS - Super Lache EP
Volin - Cimes
Tropical Mannschaft - Chapter 3 EP
Popa Chubby - It's a mighty hard road
Artús - Cerc
Eskimo - Que faire de son coeur ?
Christophe Chassol - Interview

• Edition du 2020-03-29 :
Daniel Roméo - The Black Days Session #1
Robin McKelle - Alterations
We are Birds - No return
Vincent Courtois - Robin Fincker - Daniel Erdmann - Love of Life
Bernard Minet - Metal Band
Faut qu'ça guinche - Sixième sens
Caesaria - Connection Loss EP
Hailu Mergia - Yene Mircha
François Puyalto - 44
Jean-Baptiste Soulard - Le silence et l'eau
Péroké - Coco Bans - Al-Qasar - Sélection de clips
Pearl Jam - Gigaton
 

• Archives :
GoGo Penguin - Atomised Single
KOKOROKO - Single Carry me home
Michael Fine - Five for Five
Bon Voyage Organisation - La course
Duplessy & The Violins of the World - Brothers of String
Valentin Vander - Mon étrangère
Ceylon - Où ça en est ?
Julie Campiche Quartet - Onkalo
Coralie Royer - Blossom EP
Lion's Law - The Pain, the Blood and the Sword
Listen in Bed - A Milli (émission 11)
Goodbye Moscow - L'univers
Panic Party - Ep1
Klub des Loosers - Single / clip Champion
Monophonics - It's only us
Elodie Vignon - D'ombres
Laurianne Corneille - Robert Schumann : L'hermaphrodite
Manuel Anoyvega Mora - Cuba Cuba
Chassol - Ludi
Un Poco Loco - Ornithologie
Ludivine Issambourg - Outlaws
Diana Damrau - Richard Strauss : Lieder
Jordan Rakei - Origin (Deluxe Edition)
Coeur - Kawaii karma
BEBLY - ULDO EP
Pearl Jam - Viagra Boys - The National - SLIFT - Toybloïd - En bref cette semaine
Cabane - Grande est la maison
King Biscuit - Hammer It !
Pierre de Bethmann Trio - Essais Volume 3
Jean-Louis Murat - Baby Love
- les derniers albums (5994)
- les derniers articles (149)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1087)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=