Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Amant
Théâtre Essaion  (Paris)  novembre 2016

Comédie dramatique de Harold Pinter, mise en scène de Mitch Hooper, avec Delphine Lalizout et Olivier Foubert.

C'est dans le salon de Richard et de Sarah que tout va se passer. Lui, c'est le mari, elle, c'est la femme. Entre eux, de l'amour et de l'ennui. Du temps passé ensemble et du passé tout court.

Entre eux, il y a Harold Pinter, qui a écrit cette pièce adaptée d'un téléfilm écrit pour sa femme Vivien Merchant.

Jamais le mot "non-dit" n'aura eu autant de sens dans ce moment banal qui va s'avérer singulier. Car Richard part travailler comme tous les matins et lance une phrase rituelle : "Ton amant, vient aujourd'hui ? " à laquelle Sarah répond traditionnellement : "Oui ". Quand il revient du travail, quelques heures plus tard, elle lui confirme sa venue en partageant un whisky avec lui.

On pourrait en rester là, dans une répétition perpétuelle de ce couple à perpétuité. Mais, dans une seconde partie, Sarah quitte ses vêtements sans intérêt de simple ménagère pour revêtir une robe d'un rouge percutant qui fait d'elle une créature plantureuse et sexy.

Car l'amant va rentrer en piste et la surprise est totale : à l'exception du port d'une casquette qui le rend vaguement canaille, l'amant est le portrait craché du mari...

Dès lors, "L'Amant" prend une direction imprévue, d'autant que le jeu ne semble plus amuser le mari... jaloux de lui-même.

Il faudra être attentif aux mots prononcés par les deux protagonistes et à la manière dont ils les prononcent pour tirer le suc de cette tragi-comédie conjugale aux accents beckettiens. Sous la houlette de Mitch Hooper, fin connaisseur du Maître anglais, Delphine Lalizout et Olivier Foubert s'adonnent à cette partie subtile de non-dits.

Ce qui, raconté, pourrait paraître un jeu long, répétitif et vain, prend sur scène l'allure d'un suspense quasi-hitchcockien dont il ne faudra pas - tout de même - attendre qu'il se résolve par un coup de théâtre.

Dans un décor de meubles clairs, la maison paraît lumineuse et cet enfermement volontaire d'un couple autarcique prend une force inattendue.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=