Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Salt and Fire
Werner Herzog  décembre 2016

Réalisé par Werner Herzog. Etats Unis/Allemagne/Mexique/Bolivie/France. Thriller. 1h33 (Sortie le 7 décembre 2016). Avec Michael Shannon, Gael García, Veronica Ferres, Werner Herzog, Anita Briem, Lawrence Kraus, Volker Michalowski et Danner Ignacio Marquez Arancibia.

Difficile de juger le dernier film d’un cinéaste qui fit une œuvre comme s’il s’agissait d’un film en soi. Objectivement, "Salt and Fire" de Werner Herzog n’est pas le meilleur film de son auteur qui en a déjà signé près de 75, fictions et documentaires confondus !

N’empêche qu’il s’inscrit dans un corpus cinématographique désormais quasi-incontestable et qu’on y retrouvera toutes les thématiques chères à ce grand romantique de la pellicule, ce dernier représentant du grand cinéma allemand.

Comme tous les héros de Herzog, Matt Riley (Michael Shannon) a une vision du monde qui fait de lui un "albatros" aux ailes de géant dans un monde de nains. Filmant un décor époustouflant, celui d’un désert bolivien censé représenter métaphoriquement un lac asséché suite au dérèglement climatique et donc à l’action néfaste des hommes, à l’image de la Mer d’Aral en Asie centrale, Werner Herzog met à nu une fois de plus l’essence des passions humaines.

C’est beau et c’est naïf comme le sont toujours les ultimes films des grands cinéastes. Il faudra le recul de quelques années pour ne pas être tenté de rigoler devant les figures de style que Werner Herzog ose mettre en scène aujourd’hui.

Peut-être que sa démonstration, que l’on risque de trouver en 2016 simpliste aura alors une grande résonance. La catastrophe écologique qu’il pressent ne prendra pas forcément la forme imaginée dans le film, mais ceux qui l’auront vu se souviendront à ce moment-là de ses enfants jumeaux mutants et de ses paysages d’une pureté inouïe.

"Salt and Fire" de Werner Herzog ne cherche ni à être moderne ni postmoderne. Ce qui s’y conte, c’est une leçon de survie dans laquelle renaît quelque chose que l’ère industrielle avait cru éradiquer à jamais .

A l’époque où le rationnel et le religieux ne se combattent plus, mais participent de concert à la confusion généralisée, Werner Herzog exalte une troisième voie perdue, celle de l’épopée épique, celle où l’esprit triomphe du reste s’il a pour arme la beauté poétique.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Jean-Louis Zuccolini
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Paola Simeone
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=