Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Orso Jesenska - Matthieu Malon - Erik Arnaud
3 EP  (Monopsone Records)  janvier 2017

Si vous êtes ici, c’est que sûrement vous cultivez la même passion pour la musique que nous. Cette passion dévorante et parfois même coûteuse ! Ici tout ne sera donc que question de passion et donc d’amour, d’élan et d’affection, et puis surtout, surtout de musique. De la façon de l’écouter, d’en parler, de la transmettre, de la produire, de l’illustrer, et puis naturellement de la faire. Tout cela participant à la création d’une grande chaîne, comme une grande famille en quelque sorte (le milieu de la musique indépendante en France est, soyons franc, assez resserré, les ventes de disques faméliques en sont la résultante directe).

Depuis longtemps, le génial photographe aptonyme Stéphane Merveille fait bien plus que mettre en image les groupes du label Monopsone (Erik Arnaud, Matthieu Malon, Fragments : la série de 10’’ avec Epic45, Violens, The Declining Winter, Darko, Microcircuits (A Movement Of Return, Nezumi (& Fox)…), il est l’un des éléments moteurs du label. Il le prouve encore une fois avec cette série. C’est en se promenant sur la dune du Pilat et en prenant en photo sa dimension poétique (en retrouvant des thèmes qui lui sont chers comme la désolation, la beauté crue des choses…) qu’il a pensé au triptyque avec des musiciens français proposé par Monopsone. Le résultat est donc superbe tant dans la forme que dans le fond.

Dans la forme : trois EP disponibles en digipack, en vinyles 30 cm, trois tirages magnifiques (il est possible de se les procurer en haute qualité et signées) qui, reliés ensemble, forment un ensemble cohérent.

Dans le fond : trois façons d’envisager la musique avec, comme fil conducteur, les lignes mélodiques, travaillées de trois manières différentes, et quelques reprises. Il y a Orso Jesenska (quelle belle image que ce sable qui reste après que la mer se soit effacée…) qui joue sur les cordes (notes) sensibles, Matthieu Malon qui mélange le feu et la glace et enfin Erik Arnaud très pop électrique. Trois univers donc mais qui ne sont pas si éloignés que cela, nous retrouvons dans tous les cas cette envie de trousser de belles mélodies, de trouver les justes mots, une exigence dans l’écriture.

Le fond et la forme sont tellement liés qu’il est impossible de ne pas vouloir avec les trois EP, la voici donc la découverte et l’amour du partage, les fans de Matthieu Malon font découvrir Orso Jesenska et Erik Arnaud, les fans d’Erik Arnaud vont découvrir… et cætera et vice-versa.

Dans Les variations d’Ombre, Orso Jesenska s’accompagne de Thomas Jean Henry, de Claire Vailler et du guitariste Mocke (dont on reconnaît les arabesques, les syncopes et les suites harmoniques immédiatement) et offre à ses textes lettrés un superbe écrin musical.

C’est simple de toute beauté. Il se permet même de reprendre Gianmaria Testa, chanteur italien trop peu connu ici, et le classique "Winter Moon" de Hoagy Carmichael, en osant crooner avec une délicatesse rare.

Dans Peu d’ombre près des arbres morts, Matthieu Malon prouve qu’il est un compositeur des plus intéressants. Son romantisme crépusculaire se joue d’une new-wave moderne et délicate. Pourtant, on sent et l’on sait que le volcan est prêt à exploser. Seul regret : une voix un tantinet sous mixée.

Cerise sur le gâteau, deux reprises madeleine de Proust pour le musicien : une formidable version française de "Come Back and Stay" qui devient "Reviens et reste" de Jack Lee mais popularisé par Paul Young, et "Dansons les larmes aux yeux" d’Ultravox, c’est d’ailleurs un parfait résumé de ce disque, le mélange de tristesse et d’énergie, du rock, de la chanson et de la pop.

Dans le genre reprise convaincante, on a de quoi être agréablement surpris par la version de "Tous les cris les SOS" de Daniel Balavoine par Erik Arnaud qui arrive à en faire une bonne chanson, c’est dire. Et quel plaisir de voir le musicien de retour et de cette si belle manière.

L’air de rien, "Golden Homme" et "Golden Femme" sont deux sommets de pop, et établit, s’il en était besoin, le talent indéniable d’écriture d’Erik Arnaud. En griotte sur la galette, deux versions démo des classiques "Ma Chanson Française" et "Comment Je Vis", où tout est déjà là, en version plus sec et plus brut, mais tout aussi poignante.

Trois EP sans rien à jeter, mis bout à bout c’est plus d’une heure de musique, certains albums durent moins longtemps que ça et n’ont pas cette qualité. Trois EP qui ouvrent d’autres portes à la chanson d’ici, qui prouve que ce n’est pas un gros mot "chanson française". Trois EP qui donnent envie d’encore. Trois EP qui font sécher la pluie. Trois EP qui font que l’on aime encore plus Monopsone, alors qu’on ne pensait pas ça possible.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Un courage inutile de Orso Jesenska
La chronique de l'album Effacer la mer de Orso Jesenska
Orso Jesenska en concert à Erik Arnaud - Orso Jesenska - Matthieu Malon - Fontaine Wallace (dimanche 29 janvier 2017)
La chronique de l'album Peut-être un jour de Matthieu Malon
La chronique de l'album Désamour de Matthieu Malon
La chronique de l'album Le pas de côté de Matthieu Malon
Matthieu Malon en concert au Festival Rockomotives #26 (édition 2018) - Vendredi
Erik Arnaud en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2010 (mardi 13)

En savoir plus :
Le site officiel de Monopsone Records
Le Facebook de Monopsone Records


Le Noise (Jérôme Gillet) & sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Matthieu Malon (17 octobre 2015)


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=