Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Livre de Dina
Théâtre de l'Union  (Limoges)  février 2017

Comédie dramatique d'après la trilogie romanesque éponyme de Herbjørg Wassmo, mise en scène de Lucie Berelowitsch, avec Armande Boulanger, Jonathan Genet, Thibault Lacroix et Malya Roman.

Sur la grand serre translucide imaginée par Pierre-Guilhem Coste, et qui occupe tout le fond de la scène, une des Dina trace des lettres blanches. "Il manque un cheval" pourra-t-on lire quand elle aura terminé.

S'il manque le cheval blanc qui apparaissait lors du Festival des Boréales à Caen, "Le Livre de Dina" n'en demeure pas moins un récit épique exhalant un souffle puissant, celui des grandes sagas et des histoires âpres, celui des grands espaces enneigés et solitaires du Nord boréal.

Quand on découvre l'univers d'Herbjorg Wassmo, une des plumes norvégiennes les plus célèbres, par l'intermédiaire de la mise en scène foisonnante de Lucie Berelowitsch, on s'en veut de ne pas avoir - encore - plongé dans cet univers post-biblique.

Comparaison n'est pas raison, mais on a l'impression en découvrant l'adaptation de Lucie Berelowitsch de la même puissance surréelle que certains maîtres sud-américains, tels Gabriel Garcia Marquez avec "Cent ans de solitude".

Difficile, voire inutile, de résumer une trilogie romanesque narrée au pas de charge et incarnée avec puissance par quatre personnages, deux féminins et deux masculins. Les deux femmes sont toutes les deux Dina, la "Femme" avec un immense "F" qui a quelque chose d'une Scarlett O'Hara qui aurait un appétit décuplé pour son domaine et centuplé pour les hommes.

Pétroleuse, rebelle, le cuir dur, Dina est la Calamity Jane d'un "Eastern" mythique. Elle a la sensualité enfantine et musicale d'Armande Boulanger, tout de blanc vêtue, et la rudesse pulpeuse de Malya Roman, tout en noir, et vouée à la mort. Elle fait écho à la "Lucrèce Borgia", jouée par Marina Hands dans la version donnée à l'Athénée par Lucie Berelowitsch où étaient déjà présents Jonathan Genet et Thibault Lacroix, ici, père et partenaires de Dina.

Eux aussi semblent sortis d'une ruée vers l'or dans un album de Blueberry, le premier, visage émacié, a le staccato d'un Stanislas Nordey appliqué, le second, alter ego de Vincent Macaigne, porte en lui le fatum d'un éternel Antonin Artaud.

Tout comme on avait trouvé un côté "Matrix" à sa "Lucrèce Borgia", "Le Livre de Dina" de Lucie Berelowitsch penche vers la bédé voire vers le story-board. On a l'impression paradoxale qu'elle aime les moments où l'action fait place à la composition photographique, à l'arrêt sur images. Elle en profite alors pour se risquer sans filet à ces élans lyriques qui fourmillent dans les grandes œuvres vraiment populaires.

Certains penseront qu'elle devrait encore plus lâcher la bride et foncer vers un genre qui n'attend qu'elle : le mélo, peut-être même celui qu'on qualifie de "flamboyant". "Le Livre de Dina" est une étape de son travail à découvrir en attendant qu'elle s'empare totalement d'autres genres et trouve son style propre encore en gestation.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 3 novembre 2019 : Ivan, Boris et elle

Comédienne, chanteuse, Marie Laforêt était une de ces artistes françaises iconiques et laisse une empreinte indélébile dans le monde de la culture. Pour le reste de l'actualité culturelle, c'est dans le sommaire au travers de notre sélection hebdomadaire.

Du côté de la musique :

"A l'oblique" de Phôs (Catherine Watine & Intratextures)
"So cold streams" de Frustration
"Liszt : O Lieb !" de Cyrille Dubois & Tristan Raes
"Au revoir chagrin" de Da Silva
"Ca" de Pulcinella
"Roseaux II" de Roseaux
"Symphonic tales" de Samy Thiébault
"Ca s'arrête jamais" de The Hyènes
"Ils se mélangent" de Djen Ka
Rencontre avec Joséphine Blanc accompagnée d'une session 3 titres acoustiques
"Funkhauser" de My Favorite Horses
Oiseaux Tempête et Jessica Moss au Grand Mix de Tourcoing
et toujours :
"Offenbach 6 cellos duos" de Anne Gastinel & Xavier Phillips
"Sauvre le monde" des Wampas assortie d'une petite interview de Didier Wampas
"Out in the dark" de Magon
"Departures" de Melatonin
"La cadence" de Cléo Marie
"Concorde" de Corde
"Florilège baroque" de Ensemble Amarilis, Héloise Gaillard
"Clameurs" de Hamon Martin Quintet
"Sphère, le lac & vagues" de Patrick Burgan
"Million years" de The Verge

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fêtes Galantes" au Théâtre Essaion
"Il faut qu'une porte soit ouverte ou fermée" au Théâtre Essaion
"Tigrane" au Théâtre Le Lucernaire
"Jeunesse" au Théâtre La Flèche
"L'Amie" au Studio Hébertot
"Samia" à la Scène Libre
"Le 20 novembre" au Théâtre La Flèche
"La Passe imaginaire" à la Comédie Saint-Michel
"Le Tourneseul" au Théâtre Les Déchargeurs
"Dans les yeux de Jeanne" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Zize - La Familia Mammia Mia" à la Comédie de Paris et en tournée
des reprises :
"Kean" au Théâtre de l'Atelier
"Le Viol de Lucrèce" au Théâtre du Nord-Ouest
"L'Histoire d'une femme" au Théâtre du Rond-Point
"Le Journal d'un fou" au Théâtre Les Déchargeurs
"Le Cercle de Whitechapel" au Théâtre Le Lucernaire
"François Morel - J'ai des doutes"à La Scala
"Cabaret Louise" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Délivrés de famille" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en novembre

Expositions avec:

Vincenzo Gemito (1852-1929) - Le sculpteur de l'âme napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Furie" de Olivier Abbou
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"A comme Eiffel" de Xavier Coste & Martin Trystam
"Demain est une autre nuit" de Yann Queffélec
"L'extase du selfie et autres gestes qui nous disent" de Philippe Delerm
"La frontière" de Don Winslow
"Les quatre coins du coeur" de Françoise Sagan
"Miracle" de Solène Bakowski
"N'habite plus à l'adresse indiquée" de Nicolas Delesalle
"Une vie violente" de Pier Paolo Pasolini
et toujours :
"1969, année fatidique" de Brice Couturier
"Danse du destin" de Michel Vittoz
"L'expérience" de Alan Glynn
"La fabrique des salauds" de Chris Kraus
"La planisphère Libski" de Guillaume Sorensen
"Le siècle rouge" de Jean Christophe Buisson
"Monde en guerre, tome 1, De la préhistoire au moyen âge" de Giusto Traina

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?
- 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux
- 24 novembre 2019 : Black Friday culturel
- 17 novembre 2019 : 4 ans déjà
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=