Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Andréel
Que du feu  (Station Anvers / Believe)  mars 2017

Un cinquième album pour Andréel, une invitation à plonger les doigts dans la confiture de groseilles  et la tête dans une piscine azurée : Que du feu. Frais et sucré.

C’est armé d’un bâton de pluie et de maracas aux lentilles qu’Andréel nous emporte dans une danse du soleil sur un sable chaud magique (le sable magique ne colle pas ET il sent le frangipanier). Damned, je ne pensais pas que le soleil me manquait autant. Voilà qu’il me prend l’envie de traverser ce petit marché des vacances, acheter des melons qui pèseront une tonne au bout de la jetée, et dont la dégustation fera oublier tous les tics et les tocs de l’existence.

La musique flirte avec les vagues, les percussions chuchotent des avances, la démarche se fait chaloupée, évidemment que je tortille du fessier, le flow caribéen m’a transportée au pays des matières souples et des rêves idylliques. A bas les slims effilochés, viva la chemise hawaïenne !

L’amour avec la voix d’un Léo Ferré, sensuelle et un tantinet rocailleuse, la mélodie s’accrochant aux mots comme les galets détournent les lois de la physique pour ricocher : "Quand je n’aurai plus d’amour à te donner, je serai si triste, je serai si triste, j’irai jusqu’au bout du monde te chercher pour que tu existes". Pauline Croze lui répond, languissante et veloutée : "Quand je n’aurai plus ta voix pour m’apaiser, je serai si seule, j’irai jusqu’au bout de la ville crier pour que tu me veuilles, pour que tu m’accueilles" ("Pour que tu existes").

Et après la séparation des corps, Andréel rêve les femmes, les dessine et les imagine, les regarde et les admire comme on s’éternise devant l’évanescence de tableaux idylliques formées de vallons et de forêts merveilleuses : "Y a des couleurs dans tes toiles, des ciels, des voiles et des fleurs, y a des tatouages sur ton cœur, des regrets, des pleurs et parfois le bonheur, petite femme au joli cœur, parfois ton âme me parle" ("Petite femme").

Attention, Andréel n’est pas un sirupeux gluant pressé d’endormir son public avec ses déclarations d’amour éternel sous le soleil, il sort la trompette pour envoyer un bien joli vent aux courbettes et aux politiques : "Aux vœux de Monsieur le maire, on se presse pour serrer la louche à des rombières, des potiches au cul coincé, de vieux maîtres d’école, des crache-dents qui rigolent au regard vermoulu et à l’haleine qui pollue, on se bouscule au buffet, non pas pour de la bière mais du champagne s’il vous plaît" ("Aux vœux de Monsieur le Maire").

Brazil brazil tralala, Que du feu remplume les rayons et vous les refourgue en plein sur la biface, le "Jardin d’hiver" de Salvador et la moustache de Nougaro (comment ça, il ne porte pas de moustache ? Mais bien sûr que si, c’est obligé). Apparemment plus écouté hors métropole que dans les paysages qui l’ont vu naître, il est temps de rétablir l’équilibre de la chaleur dans les tympans chers amis. Andréel a fabriqué ce petit bijou pour le plaisir de notre bien-être, avec du soleil et des clins d’œil. Va chercher bonheur mon Chico, vay vay. Oh mince, il a oublié les plumes, je vais le rejoindre, youhouuuouou, Chiiicccoooo !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album L'étrangère de Andréel

En savoir plus :
Le site officiel de Andréel
Le Soundcloud de Andréel
Le Facebook de Andréel


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-03-29 :
Daniel Roméo - The Black Days Session #1
Robin McKelle - Alterations
We are Birds - No return
Vincent Courtois - Robin Fincker - Daniel Erdmann - Love of Life
Bernard Minet - Metal Band
Faut qu'ça guinche - Sixième sens
Caesaria - Connection Loss EP
Hailu Mergia - Yene Mircha
François Puyalto - 44
Jean-Baptiste Soulard - Le silence et l'eau
Péroké - Coco Bans - Al-Qasar - Sélection de clips
Pearl Jam - Gigaton

• Edition du 2020-03-22 :
GoGo Penguin - Atomised Single
KOKOROKO - Single Carry me home
Michael Fine - Five for Five
Bon Voyage Organisation - La course
Duplessy & The Violins of the World - Brothers of String
Valentin Vander - Mon étrangère
Ceylon - Où ça en est ?
Julie Campiche Quartet - Onkalo
Coralie Royer - Blossom EP
Lion's Law - The Pain, the Blood and the Sword
 

• Archives :
Listen in Bed - A Milli (émission 11)
Goodbye Moscow - L'univers
Panic Party - Ep1
Klub des Loosers - Single / clip Champion
Monophonics - It's only us
Elodie Vignon - D'ombres
Laurianne Corneille - Robert Schumann : L'hermaphrodite
Manuel Anoyvega Mora - Cuba Cuba
Chassol - Ludi
Un Poco Loco - Ornithologie
Ludivine Issambourg - Outlaws
Diana Damrau - Richard Strauss : Lieder
Jordan Rakei - Origin (Deluxe Edition)
Coeur - Kawaii karma
BEBLY - ULDO EP
Pearl Jam - Viagra Boys - The National - SLIFT - Toybloïd - En bref cette semaine
Cabane - Grande est la maison
King Biscuit - Hammer It !
Pierre de Bethmann Trio - Essais Volume 3
Jean-Louis Murat - Baby Love
Noëmi Waysfeld - Guillaume de Chassy - Un voyage d'hiver / Eine Winterreise
Caravaggio - Caravaggio : Tempus Fugit
Cocanha - Puput
Listen in Bed - The party of special things to do (Mix #12)
Dora Dorovitch - Dora Dorovitch
Cyrille Dubois & Tristan Raës - Lili & Nadia Boulanger : Mélodies
Courtney Barnett - MTV Unplugged (Live in Melbourne)
Xavier Thollard Trio - (Re)Compositions
Wajatta - Don't Let Get You Down
Thundercat - Dragonball Durag
- les derniers albums (5985)
- les derniers articles (148)
- les derniers concerts (2323)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1086)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=