Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Darren Cross
Interview  (Paris)  lundi 13 février 2017

Le rendez-vous avec l'équipe Froggy's Delight est fixé à 20h, en bas d'un immeuble dans le 20ème. Notre musicien arrive content, sa guitare sur les épaules. "I came by feet from République... it's not that far", me confie-t-il après avoir vu mon regard étonné. Il s'appelle Darren Cross, un australien qui aime Paris, et qui semble être devenu a real Parisian (mais avec une bonne dose de bonheur !), tellement il est heureux d'être dans cette ville, comme il aime le faire remarquer.

Mais Darren est juste de passage à Paris, sa musique, fragile et puissante en même temps, est un vrai projet indépendant, du vrai lo-fi, avec lequel il fait le tour de l'Europe en mood on the road.

Quand on monte à l'étage avec lui, accompagnés par Romain Lannoy, son ally - comme il aime l'appeler - fondateur de Rockers Die Younger, on voit dans la salle un t-shirt des Hanson (ndlr : un trio boy band des années 90's) sur lequel il y a marqué Nirvana. "I feel like Kurt Cobain...", me dit-il en souriant, après avoir avoué que pour jouer, pour faire connaître sa musique, il n'a pas besoin de grande chose, juste une guitare, sa voix, et parfois sa drum machine.

On a discuté de folk, de la scène française, de celle australienne et Darren nous a recommandé ses groupes préferés, lisez pour découvrir...

Comment ton projet a commencé ? Quand as-tu compris qu'il était temps de quitter les Gerling pour jouer en solo ?

Darren Cross : J'était très jeune, j'avais environ 12 ans, j'ai commencé à jouer de la guitare, je faisais surtout du blues et depuis, c'est devenu une obsession. Je ne me suis jamais arrêté.

Avec les Gerling noous avons été ensemble pendant 14 ans et il arrive toujours un moment où l'esprit du groupe me manque. On faisait de l'électro, c'était une espèce de grosse production à la Pink Floyd qui m'avait ennuyée et je me suis dis que je ne voulais plus jouer comme ça.

Ta musique, c'est du old school folk, très simple et très intimiste. Quand tu joues sur scène, parfois tu es accompagné par une drum machine, pourquoi as-tu décidé d'ajouter cette touche d' électro ?

Darren Cross : Quand je travaillais sur mon album (ndlr : Xantastic, No Drums Records, 2016), je savais déjà ce que je voulais. J'étais inspiré par les Kraftwerk, Brian Eno et je voulais le nouvel album comme un livre, avec plusiers chapitres et parfois, je laisse juste faire aux morceaux ce qu'ils veulent. Quand je joue live, j'essaie toujours de prendre la meilleure façon dont je peux me servir de mon ordinateur. Je développerai ça mieux dans le prochain album... (rires)

Qui sont les musiciens qui t'inspires le plus ?

Darren Cross : Il y a vraiment beaucoup à dire... J'essaie toujours de découvrir des trucs cool. Ça dépend de mon mood, il y a des journées où j'écoute un bootleg live des Pearl Jam. J'ai découvert Jansch (ndlr : Bert Jansch), un songwriter folk des années 60's qui a influencé Johnny Marr ou Paul Simon. Je suis très fan de Bill Callahan depuis ses débuts et de Neil Young, of course !

Comment as-tu connu Rockers Die Younger ou est-ce plutôt eux qui t'ont découvert ?

Darren Cross : Je les avais découverts avec mon ancien projet Jep And Dep, un duo avec Jessica Cassar. On était aux Balades Sonores, Romain (ndlr : Lannoy, le fondateur) était là, il nous a bien aimés et... on est devenu amis. En plus, j'apprecie beaucoup un autre projet dont il s'occupe, les Italiens She Owl.

J'adore travailler avec Rockers Die Younger, Romain est super, il est vraiment old school. On a travaillé dur ensemble, on a fait 25 concerts dans 30 jours et dans 5 pays. Je pense que l'on partage la passion et l'idéologie, tous les deux nous sommes contre les majors... Spotify, i-Tunes ! On est vraiment... old school !

Est-ce que tu connais la scène musicale française ? Qu'en penses-tu ? Est-ce qu'il y a des différences avec la scène australienne ?

Darren Cross : Je connais évidemment les Phoenix, les Daft Punk, mais j'aime bien aussi découvrir des nouveaux groupes, comme les Opium Dream Estate, j'ai connu Sebastien (le chanteur) qui a produit un des mes morceaux sur son petit label. J'adore la musique française et j'essaie d'apprendre le plus que je peux. La scène australienne est très petite, il arrive qu'il y ait des artistes qui deviennent super connus à l'étranger, notamment aux US.

J'ai lu que tu avais un studio d'enregistrement en Australie (ndlr : Bernstein studios). Comment te sens-tu d'enregistrer "chez toi" ? Et pourquoi le choix d'enregistrer sur vinyl ?

Darren Cross : C'est juste à l'étage, chez moi. J'ai la chance de pouvoir enregistrer quand je veux, même à 4h du matin, je n'ai pas de pression, je peux prendre mon temps.

Quand je travaillais sur l'album, j'avais déjà prévu l'idée d'un enregistrement sur vynil. J'ai écrit un album qui sonne mieux sur vynil, tu comprends mieux mon message. Chez moi, avec ma copine, on a deux tourne-disques, dans la chambre et dans la cuisine et parfois, on écoute en même temps des choses différentes, on est un peu fous ! (rires)

Conseille-nous un groupe australien à écouter absolument !

Darren Cross : Mon groupe australien préféré, ce sont les Dirty Three. Warren Ellis, le violiniste et fondateur du groupe, joue aussi avec les Bad Seeds de Nick Cave. Warren habite à Paris avec sa femme. Ils sont super live ! Ils jouent souvent mais... écoute tout ce qu'ils ont fait, tout est super !

Thank you so much Darren !

Darren Cross : Thank you !

Retrouvez Darren Cross
en Froggy's Session
pour 4 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Darren Cross en concert à Melodica Acoustic Festival #3 (vendredi 27 janvier 2017)

En savoir plus :
Le site officiel de Darren Cross
Le Bandcamp de Darren Cross
Le Soundcloud de Darren Cross
Le Facebook de Darren Cross

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Paola Simeone         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Darren Cross (13 fevrier 2017)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=