Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Alexis HK
Conférence de presse  (Festival Solidays 2005)  9 juillet 2005

Sous ses apprences policées et nonchalantes, Alexis HK ne s'en laisse pas conter.

Alexis HK : Bonjour. Salut. Ça va ?

Que signifie pour vous votre participation au festival Solidays ?

Alexis HK : Il s'agit d'une scène importante car une scène utile. Quand on est chanteur, on n'est pas toujours sociologiquement utile à la société et là cela fait du bien de se dire que notre présence peut apporter quelque chose dans une énergie de solidarité. C'est très…"honorifiant"…c'est un mot qui n'existe pas …

Y a-t-il un message particulier que vous souhaitez adresser au public ?

Alexis HK : Je crois que tout le monde est ici pour dire que l'ennemi c'est l'indifférence et le but du festival est de rapprocher les esprits pour éviter l'indifférence.

Dans vos chansons vous abordez les thèmes comme la violence, la haine. Le sida pourrait-il en faire partie ?

Alexis HK : Oui. Mais il y a des sujets à manier avec délicatesse. Le sida est un thème qui ne peut être aborder que sous l'angle de l'information, pour dire que l'on a compris de quoi il s'agissait, ou de la morale en indiquant ce qu'il faut être, ce qu'il faut faire ou non.

Je pense que le dialogue et la pédagogie sont plus utiles et efficaces que les chanteurs. On n'a pas besoin des chanteurs pour tout. Alors bien sûr, après, les chanteurs viennent et en rajoutent parce qu'ils ont pignon sur rue et peuvent faire passer des messages.

Mais à mon sens, et pour ce que je fais, il y a des choses qui se chantent et d'autres moins. Pour ma part, je ne suis pas sûr de pouvoir traiter de ce sujet dans une chanson. Et je n'ai pas de leçon à donner. Le message est clair quant au port du préservatif et à l'accès aux médicaments en Afrique. Mon raisonnement binaire est là et la mise en conscience suffit.

La participation à ce genre de festival est-elle importante ?

Alexis HK : En fait, quand on commence à faire la tournée des festivals, on n'est pas certain d'être sollicité pour Solidays. Dans ce cas, on est content de le faire. Il est vrai que je réponds 2 fois plus présent quand le festival peut être utile pour une cause. Ainsi j'ai joué pour la Ligue contre le cancer. Cela me permet également à titre personnel de ne pas rester dans l'indifférence et de prendre directement et concrètement conscience des problèmes de société. Les artistes en apprennent et en reçoivent autant que les festivaliers.

Etes-vous nostalgique de la chanson poétique ?

Alexis HK : Je ne suis pas nostalgique car cela ne sert à rien à moins qu'il ne s'agisse de belle nostalgie, pour garder un souvenir beau des choses. Me retrancher dans le passé ne m'intéresse pas. Il est vrai que j'ai beaucoup écouté de chanson poétique, de chanson à texte et les mots sont un moyen de communication important entre les gens. Donc j'essaye de faire bien les choses.

Votre 2 ème album "L'homme du moment" vous utilisez davantage le "je". Est-ce une façon de vous dévoiler ?

Alexis HK : Je m'exprime en effet à la première personne du singulier parce qu'à un moment j'en ai eu marre des chansons narratives. Il est bien de varier les plaisirs et quand on veut exprimer certaines choses plus personnelles ou faire passer un personnage imaginaire, c'est mieux de s'investir dans la 1 ère personne. Grâce à ma mère, j'ai appris toutes les personnes dans la conjugaison et je n'hésiterai pas à les utiliser toutes.

Que ressentez-vous à être l'homme du moment ?

Alexis HK : Etre l'homme du moment, c'est un concept un peu dur car un moment passe vite et on peut très rapidement tomber dans l'oubli. C'est trop fort d'avoir sa photo couleur sur Télé Z. Mais on se dit : "Je ne le connais pas ce Grégory avec 3 y et 2 g dans son prénom". Ce côté jetable me fait un peu rire et un peu peur. C'est la raison pour laquelle j'en ai fait l'homme du moment qui ne rêve que de gloriole. Ce n'est pas parce que je me prends pour l'homme du moment. Mais je suis quand même posé la question et cette chanson a joué le rôle d'une thérapie. Du coup j'économise du psy.

Solidays étant un festival un peu particulier, votre set sera-t-il un peu différent ?

Alexis HK : Je vais essayer de faire quelque chose de chaleureux et d'assez énergique. Pour mes autres concerts, la scénographie a été faite par une personnage qui fait du théâtre donc, parfois, nous prenons des temps de sociétaire ce que je ne ferais pas ici car je n'ai pas envie que les gens s'endorment sous mes yeux. Je vais jouer l'énergie et la convivialité.

Quels sont vos projets pour le 2 ème semestre 2005 ?

Alexis HK : Je continue la tournée. Je vais faire des dates à l'étranger en Egypte, en Syrie. Et puis je continue à écrire des chansons pour progressivement pour renouveler mon stock et avoir de la matière pour un autre album. C'est une spirale …infernale…cette histoire (sourires)

Vous écrivez mieux sur la route ?

Alexis HK : En ce moment, je suis chez moi, j'y suis bien et j'arrive à écrire des chansons. Parfois, j'ai besoin de bouger et parfois, j'ai besoin de me poser car je suis fatigué. Et j'ai une hygiène de vie très axée sur le sommeil. En ce moment j'alterne entre le home studio, l'écriture et la sieste, et parfois de vautrage intense devant la télévision. Mais je n'oserai pas vous raconter ce que j'ai regardé hier soir.

Cela peut vous inspirer ?

Alexis HK : Ça peut être une source d'inspiration mais là, les chevaliers de Koh Lanta….

Cela peut aider à s'endormir ?

Alexis HK : Quand on s'endort devant les chevaliers de Koh Lanta, on se dit que tout est relatif…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Belle ville de Alexis HK
La chronique de l'album L'homme du moment de Alexis HK
La chronique de l'album Les Affranchis de Alexis HK
La chronique de l'album Le Dernier Présent de Alexis HK
La chronique de l'album Comme un ours de Alexis HK
Alexis HK en concert à l'Espace Vauban (29 avril 2005)
Alexis HK en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Alexis HK en concert au Festival Les Inrocks 2005
Alexis HK en concert à Denfert Rochereau (dimanche 21 juin 2009)
Alexis HK en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - jeudi
Alexis HK en concert au Festival des Oreilles en Pointe 2011 (21ème édition)
Alexis HK en concert au Casino de Paris (mercredi 19 juin 2013)
L'interview de Alexis HK (29 avril 2005)

Crédits photos : MM


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=