Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Antoine Zebra
Plus rien ne m'arrête  (Théâtre Essaïon, Paris)  du 21 mai au 2 juillet 2017

Seul-en-scène / théâtre musical conçu, interprété et mis en scène par Antoine Zebra.

Cinq mois, c’est le temps qu’il aura fallu à Antoine Zebra entre l’idée de ce spectacle et sa réalisation. Antoine Zebra ? Mais si vous connaissez, peut-être mieux sous le nom de "DJ Zebra", bassiste de Billy Ze Kick et les Gamins en folie, DJ donc, créateur de bootlegs, animateur radio, auteur, compositeur, chanteur et donc désormais acteur dans un seul-en-scène rock’n’roll, où justement il raconte son parcours de sa Picardie natale aux plus grandes et heu… aux plus petites scènes de France…

Donc s’il a fallu cinq mois pour monter ce spectacle, on sent bien que ça fait beaucoup plus longtemps qu’il le porte en lui, il a fallu du temps pour qu’il lève le voile, pour qu’il montre ce qui se cache sous sa peau de zèbre, qu’il s’accepte d’une certaine manière. Lui le guitariste devenu bassiste par accident, lui le chanteur devenu DJ par circonstance… Se dévoiler, c’était déjà le cas lors de son album (en tant que chanteur donc) Plaisirs et Dissidence, là il pousse le curseur encore plus loin… C’est comment déjà le nom du spectacle ? Plus rien ne m’arrête, je vous l’annonce la promesse est tenue.

Vous l’aurez compris le spectacle est personnel sans être égocentrique pour autant, armé d’une guitare et d’une platine - on ne se refait pas - il rejoue l’histoire de sa vie, en sélectionnant des anecdotes, des rencontres drôles ou pitoyables, les rendez-vous avec les gens des maisons de disque sont d’ailleurs un pur régal, presque autant que ceux avec les programmateurs radio.

Entrecoupant le récit de chansons de son répertoire qui semblent avoir été composées pour le spectacle, Antoine Zebra montre l’étendue de ses talents, en parfait show man il réussit à faire quasiment danser le public, et quand le public ne danse pas (pas facile quand on est assis en même temps), ce n’est pas grave Zebra danse pour lui, avec une énergie folle il occupe la scène, comme électrisé à la moindre note, comme prêt à mettre le feu.

On rit beaucoup du petit monde de la musique, des trous perdus, des galères de musiciens, de l’enfer d’être un DJ qui ne sauve pas les vies, ou de jouer avec bagad, mais attention cela ne s’adresse pas à un public d’happy few féru d’histoires sur le petit milieu de la musique, parce que Zebra n’oublie pas non plus de rire lui-même et donc d’un peu de nous tous, de son incapacité à rester sage, à ne pas se faire virer, à ne pas être un sale gosse. Il ose aussi se moquer du public que ce soit via les chanteurs chaudasses, ou avec la plus troublante des déclarations d’amour faite à un public (je vous laisse savourer et ne vous en raconte pas trop).

Et s’il porte ce spectacle depuis bien plus longtemps c’est aussi sans doute qu’il a enfin compris qu’il pouvait être touchant, drôle, fin, sensible et un poil barré, qu’il devait s’accepter tel qu’en lui-même, protéiforme en animal impulsif.

D’ailleurs, une des forces du spectacle est justement cet aspect protéiforme, tant dans l’écriture osant les allitérations, la discussion de comptoir, la poésie, une certaine théâtralité, que dans sa mise en scène, chansons jouées live, disques, extraits sonores, mais aussi dans les émotions qu’il suscite en nous, du rire évidemment, beaucoup même, il parvient aussi à être touchant parfois même sur de petits détails, que ce soit l’ado qui se cherche ou l’adulte qui se perd.

Il réussit même à faire qu’en sortant de la salle on n’a qu’une envie c’est de danser, de chanter et d’écouter de la musique à un volume indécent, oui ça fait trois envies en fait, car c’est avant tout plus qu’un simple spectacle, c’est une formidable déclaration d’amour à la musique, à toutes les musiques !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Plaisirs et Dissidence de Antoine Zebra

En savoir plus :
Le site officiel d'Antoine Zebra
Le Facebook d'Antoine Zebra

Crédits photos : Thomy Keat (Toute la série sur Taste of Indie)


sy!         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2018-10-14 :
Oscar et la Dame rose - Comédie Bastille
La Nostalgie du futur - Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine
Queen Mary - Théâtre Athénée-Louis Jouvet
Le Pouvoir - Théâtre de Ménilmontant
Le Banquet - Théâtre du Rond-Point
Laïka - Théâtre du Rond-Point
La Cantate à trois voix - Théâtre de l'Epée de Bois
Jean-François Dérec - Le jour où j'ai appris que j'étais juif - Théâtre L'Archipel
Les spectacles - Octobre 2018

• Edition du 2018-10-07 :
Le Cirque des Mirages - Delusion Club - Bal Blomet
L'Eveil du Printemps - Théâtre de Belleville
King Arthur - Théâtre Athénée-Louis Jouvet
L'Occupation - Théâtre de l'Oeuvre
Un petit mètre carré pour exister - Théâtre Les Déchargeurs
Tous les enfants veulent faire comme les grands - Théâtre Les Déchargeurs
Eh bien, dansez maintenant - Théâtre Mouffetard
La Machine de Turing - Théâtre Michel
Atelier - Théâtre de la Bastille
La Convivialité - Monfort Théâtre
Coup de foudre dans un wagon-bar - Théâtre Montmartre-Galabru
Happy Birthday Sam ! - Espace des Arts
 

• Archives :
Les Carnets de Harry Haller - Théâtre Le Guichet-Montparnasse
Au plus noir de la nuit - Théâtre de la Tempête
En réalités - Théâtre 13/Seine
Pasolini en forme de rose - Studio Hébertot
Misery - Théâtre Hébertot
Voyage au bout de la nuit - Théâtre de la Huchette
Cabaret Louise - Théâtre Le Funambule-Montmartre
Les mots pour le dire - Théâtre L'Archipel
Le bateau pour Lipaïa - Comédie Italienne
Les Enivrés - Théâtre de la Tempête
Love Me Tender - Théâtre des Bouffes du Nord
Qui a peur de Virginia Woolf ? - Théâtre 14
Callisto et Arcas - Théâtre des Bouffes du Nord
Le Père - MC 93
Galilée, le Mécano - Théâtre de la Reine Blanche
4.48 Psychose - Théâtre La Croisée des Chemins
Solaris - Théâtre de Belleville
Dialogue aux Enfers - Théâtre de Poche-Montparnasse
Signé Dumas - Théâtre La Bruyère
1830 Sand Hugo Balzac : tout commence... - Théâtre Essaion
Infidèles - Théâtre de la Bastille
Le C.V. de Dieu - Théâtre La Pépinière
Vipère au poing - Théâtre Le Ranelagh
L'éternel premier - La Pépinière Théâtre
Ich bin Charlotte - Théâtre de Poche-Montparnasse
La Ménagerie de verre - Théâtre de Poche-Montparnasse
Toxique - Studio Hébertot
Le Roi Arthur - Théâtre de l'Epée de Bois
Quelque chose - Théâtre de Belleville
Irrésistible - A La Folie Théâtre
- les derniers (3)
- les derniers albums (3)
- les derniers articles (3)
- les derniers concerts (8)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (3)
- les derniers spectacles (6204)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=