Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival des Eurockéennes 2017 - Samedi 8 juillet
Vitalic - Fischbach - Rei - Her - HTMLD - Rocket from the Crypt - Meatbodies - Explosions in the sky - Dropkick Murphys  (Belfort)  du 6 au 9 juillet 2017

On arrive tranquillement sur le site du Malsaucy alors que Vitalic tente, sans grand succès apparent, de motiver les quelques festivaliers réunis devant la scène de la Plage. Il faut dire qu'il est encore tôt pour certains, et que le corps commence à tirer pour ce troisième jour de festival.


Fischbach ne pouvait pas mieux espérer que ce ciel définitivement menaçant pour illustrer, dans ce romantisme inopiné, la musique mi-kitsch mi-rock du groupe, et donner une profondeur quasi cosmique à la somptueuse voix de Flora Fischbach. Même si le style du groupe n'est pas vraiment ma tasse de thé, le regard énigmatique et sévère de la chanteuse l'emporte sur tout, et fascine immédiatement, faisant de ce live à la prose très travaillée la première valeur sûre de ce jour.


Et d'un seul coup : les yeux s'écarquillent et le cœur s'agite. Rei, c'est un duo féminin d'origine japonaise, qui dépote très sévèrement. Techniquement, cela tient du génie ; musicalement, ça rend hommage au blues-rock à la perfection (Rei, élevée à New York, idolâtre Johnny Winter) et ça réussit audacieusement à fusionner un grand nombre de styles (et de langues) pour produire un son tout à fait unique, entre pop et rock ; scéniquement, ça en impose par une présence monumentale. Rei a enflammé la Greenroom, point barre.


C'est alors que le premier dilemme du festival intervient (ce qui prouve aussi que c'est une excellent programmation et un – presque - parfait running order) : Her ou HMLTD ? Même si les premiers sont encensés par la critique, on opte pour les « Happy Meal Limited » et les rumeurs sur leur scénique de folie. Pas manqué, les jeunes – labellisés « Jive Epic » chez Sony – font (littéralement) péter les plombs au milieu de la première chanson. Stylistiquement, c'est plutôt indescriptible, même si le glam rock reste le repère central de compositions dont la bigarrure rappelle Zappa, la tonalité Nick Cave, le maquillage Bowie et la posture Lias Kaci Saoudi. A voir impérativement, en petites salles si c'est encore possible vu la notoriété folle que prennent les HMLTD en ce moment, histoire de bien savourer l'étroit rapport au public du tactile leader.


Les six compères de Rocket from the Crypt, créé en 1989, disparu en 2005, réapparu sur scène en 2013, prouvent que l'on peut prendre de l'âge sans perdre son âme de rockeur. Le groupe assume une ambiance « à l'ancienne », où les cuivres assurent les chœurs et les musiciens sont tous habillés pareil... Un rock tout ce qu'il y a de plus classique, mais finalement ça fonctionne plutôt bien !


Forcément, vu nos goûts musicaux, on file voir les Meatbodies, et on n'est vraiment (mais vraiment) pas déçue. C'est habilement construit et complexe, sans être prise de tête, chaque titre tournant autour d'un garage rock – « heavygroovy » dit le groupe - très plaisant à entendre (sans doute grâce au côté retro de certains titres). Il n'y a qu'à, pour cela, aller écouter « Alice » leur dernier album pour se faire une merveilleuse idée de ces petits génies de Los Angeles. On écoute déjà en boucle...


Et là, coup de foudre. Bien sûr, on connaissait quelques titres d'Explosions in the sky, sans vraiment avoir mis sérieusement l'oreille dedans. Pour faire bref, la beauté du set est assurée par une mise en scène exceptionnelle des lumières (qui n'ont pourtant pas vraiment plu aux photographes, tous partis – sauf deux, dont moi – après le premier titre joué), et une musique qui allie la beauté mélodique, la puissance d'un style progressif qui tend au cosmique, et la qualité technique. Exceptionnel !


Et on termine notre journée avec une valeur sûre : les Dropkick Murphys, qui, comme à leur habitude, produisent un show total et délirant sur fond de teen whistle, de cornemuse et de pichets de bière (qui volent, volent, et retombent dans la fosse dans un douloureux bruit d'appareil photo détrempé).

Même si nos Eurocks 2017 sont, pour des raisons personnelles, exceptionnellement amputées d'un pluvieux dimanche (oui, je sais, j'ai raté Royal Blood, Savages et Arcade Fire), on peut quand même affirmer que ce cru est encore une fois excellent : de la renaissance de la Loggia aux chouettes découvertes musicales (Archie and the Bunkers, All them Witches, Parcels, Rei et Meatbodies), en passant – détail non négligeable - par les conditions photos qui sont merveilleusement faciles pour un festival aussi conséquent.

Pour les remerciements terminaux, la liste va s'avérer bien longue : merci mille fois à Catherine et Marion de me faire confiance depuis 2011, merci à David et Marie de publier mes petits papiers dans Froggy's Delight, merci à mes amis photographes pour la reconnaissance qu'ils m'accordent et les nombreux compliments dont mes images ont été l'objet dans le pit, merci aux « pilotes » et aux mecs de la sécu, qui sont vraiment indispensables et toujours aussi cools d'année en année.
Voilà, les Eurocks 2017, c'est déjà fini, et, bien entendu, on attend déjà de pieds fermes l'édition de l'année prochaine, pour en profiter encore plus, et encore mieux.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Vitalic parmi une sélection de singles (été 2006)
Vitalic en concert au Festival de Dour 2004 (jeudi)
Vitalic en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005
Vitalic en concert au Festival Le rock dans tous ses états 2005 (vendredi)
Vitalic en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2008 (Samedi)
Vitalic en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2008
Vitalic en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Vitalic en concert au Festival Rock en Seine 2009 (vendredi 28 août 2009)
Vitalic en concert au Festival Art Rock 2010
Vitalic en concert au Festival Beauregard #5 (2013) - Samedi
Vitalic en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Vitalic en concert au Festival Nancy Jazz Pulsations #44 (édition 2017)
Vitalic en concert à RUSH Festival #4 (édition 2019)
La chronique de l'album Red Talk de Seagull screaming, kiss her kiss her
La chronique de l'album The young machines de Her Space Holiday
La chronique de l'album No more music by the suckers de Bernadette Seacrest and Her Yes Men
La chronique de l'album XOXO Panda and the New Kid Revival de Her Space Holiday
La chronique de l'album Her river raves recollections de François and the Atlas Mountains
La chronique de l'album The Side Of Her Inexhaustible Heart de Dakota Suite & Quentin Sirjacq
La chronique de l'album No Goodbye at all de Lady Linn and her magnificent seven
Her en concert à La Flèche d'Or (15 novembre 2005)
Her en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - vendredi 7 juillet
La chronique de l'album The earth is not a dead cold place de Explosions in the sky
La chronique de l'album All Of A Sudden I Miss Everyone de Explosions in the sky
La chronique de l'album Take care, take care, take care de Explosions in the Sky
Explosions in the sky en concert au Trabendo (27 février 2007)
Explosions in the sky en concert au Festival Primavera Sound 2008
L'interview de Explosions in the sky (janvier 2007)
La chronique de l'album Going Out In Style de Dropkick Murphys
Dropkick Murphys en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #24 (2012) - samedi
Dropkick Murphys en concert au Fil (lundi 3 juillet 2017)
Dropkick Murphys en concert à Hellfest Open Air Festival #14 (édition 2019)

En savoir plus :
Le site officiel du Festival des Eurockéennes
Le Facebook du Festival des Eurockéennes

Crédits photos : Sophie Hébert (toutes les séries sur son site)


Sophie Hébert         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-11-17 :
Listen in Bed - What's In It For Me ? (Mix #4)
Alma Forrer - L'année du loup
Casagrande - Lucane EP
Emily Jane White - Immanent fire
Ludiane Pivoine - Femme Idéale EP
David Sztanke - Air India
Jae-Hyuck Cho - Bach, Liszt, Widor : Organ Works at la Madeleine

• Edition du 2019-11-10 :
Listen in Bed - Women (émission 4)
Holy Bones - Silent Scream
Tim Linghaus - We were young when you left home
Bazar Bellamy - Jusqu'ici tout va bien
Rich Deluxe - Glam Shots
Manuel Etienne - Imago
Gilia Girasole & Ray Borneo - Stregata / Stregato
David Kadouch - Révolution
Lysistrata - It It Anita - The Eternal Youth - Le Normandy
 

• Archives :
Magon - Out in the dark
Melatonin - Departures EP
The Verge - Millions Years
Les Wampas - Sauvre le monde
Cléo Marie - La Cadence EP
Corde - Concorde EP
Matéo Langlois - Décoder les cases EP
Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard - Florilège Baroque
Hamon Martin Quintet - Clameurs
Patrick Burgan - Sphère, Le Lac & Vagues
Anne Gastinel & Xavier Phillips - Offenbach 6 cellos duos
Listen in Bed - Déluge (Mix #3)
Listen in Bed - Vinyles, suite (émission 3)
Kaori - A ciel ouvert
Hugo Lippi - Comfort Zone
Flyin' Saucers Gumbo Special - Nothin' But
Yosta - Hybrid
Lunt - Phantom Solids
Festival Nancy Jazz Pulsations #46 (édition 2019) - Dom La Nena - Sarah McCoy
Jean Felzine - Hors l'amour EP
Adam Green - Engine of Paradise
Lady Arlette - Interview
Nilok 4tet & Daniel Zimmermann - A wonder plante to...
Éric Legnini - Six Strings Under
Tahiti 80 - Fear of an acoustic planet
Orouni - Interview
Listen in Bed - The Sopranos (Mix #2)
Listen in Bed - Vinyles (émission 2)
Vanille - Amazona
Parlor Snakes - Disaster Serenades
- les derniers albums (5808)
- les derniers articles (132)
- les derniers concerts (2317)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1079)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=