Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Fnac Indétendances 2005
Bjorn Berge - Wraygunn  (Paris Plage)  23 juillet 2005

Découvert cet hiver au Nouveau Casino et par la même occasion sur disque avec ST Slide, son premier album réellement distribué en France, Bjorn Berge nous revient à l'occasion de la 2ème édition du festival d'été Festival Fnac Indétendances qui se déroule sur les quais dans le cadre de l'opération Paris Plage.

Au programme, gratuit pour le public de passage sur Paris Plage de la musique live et particulièrement des groupes issus de labels indépendants.

Ce samedi soir proposait donc une double affiche dans deux registres totalement différents, le grand norvégien placide Bjorn Berge et les petits portugais agités de Wraygunn. C'est ça aussi la diversité culturelle.

Solidement ancré sur son tabouret, Bjorn Berge, seul en scène avec ses guitares et son couvercle métallique comme percussion, ouvrira la soirée pour un set d'une trop courte heure.

Les doigts armés d'étranges ongles métalliques, les mains magiques du colosse au sourire d'enfant accompagnées d'une voix puissante et grave, mais qui sait aussi se faire caressante, Bjorn Berge jouera nombre de ses compositions présentes sur son dernier album.

"Trains" ou "Thirteen stories to catch the girls" déchaînent l'enthousiasme.

Il nous offrira aussi des reprises comme le fabuleux "Thursday" de Morphine mais également "Ace of Spades" de Motorhead (morceaux présents sur ST Slide) dans une version totalement débridée sur laquelle il se lâche complètement en hurlant dans un micro saturant sa voix.

Plein d'humour, il s'amuse entre les chansons, se désole de son piètre français qui ne doit pas être plus mauvais que notre norvégien, qu'il est le seul à pouvoir faire 3 choses à la fois : jouer, fumer et…reste cool ! Le public est conquis !

Bjorn Berge, le gros dur tatoué au sourire d'enfant et aux doigts d'or, fait preuve d'une virtuosité sans limite pour un blues acoustique imparable qui dès le premier morceau scotche le public qu'il tiendra sous son emprise une heure durant et qui demandera un rappel.

Ne le ratez pas s'il passe près de chez vous, vous le reconnaîtrez facilement !

Courte pose bière saucisse, on est quand même sur la "plage" et voilà que débarquent les 7 portugais de Wraygunn. Artillerie lourde donc comparée à Bjorn Berge accompagné de son seul tabouret. Ici c'est guitare, basse, batterie, percussions, Choriste, chanteuse et même DJ qui forment un melting-pot assez hétroclite.

Le rock des Wraygunn est très largement teinté et inspiré du rock garage US tant à la mode ces derniers temps.

On frôle souvent la parodie des Whites Stripes sur certains titres (et la chanteuse est d'ailleurs vêtue d'une petite robe très 60/70 rayée de blanc et … noir).

Presque aussi tatoué que Bjorn Berge, le chanteur n'a pourtant pas le même gabarit ni le même charisme et il a beau s'évertuer à courir en tout sens, gesticuler et même tenter un grand écart, ses poses semblent trop calculées, pas assez spontanées et il semble qu'il fait plus attention à ce qu'il fait qu'à ce qu'il joue.

D'ailleurs la vraie puissance de ce groupe vient bien de cette petite chanteuse à rayures dont la voix réussit tant bien que mal à s'imposer sur le son trop chargé du groupe.

La choriste quant à elle force trop la sienne dans des intonations souls (note aux webmasters de la ville de Paris : et non pas "saoul"), voir gospeliennes, ce qui gâche un peu ce qui aurait pu être une vraie trouvaille, à savoir le mix de la musique black des années 60 et de musique blanche des années 70.

Il y a pourtant des bons moments lors de ce concert et on sent que les morceaux ont un gros potentiel mais qu'ils pêchent par excès de zèle.

Concert en demie teinte mais qui a eu le mérite grâce à l'énergie du groupe de faire venir, rester et bouger le public. Ce qui n'est pas rien et que l'on voudrait voir plus souvent dans les salles lors de concerts de rock indépendant !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm the antipop de Bjorn Berge
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Fretwork de Bjørn Berge
La chronique de l'album Blackwood de Bjørn Berge
La chronique de l'album Who else ? de Bjørn Berge
Bjorn Berge en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
Bjorn Berge en concert au Nouveau Casino (21 mars 2005)
Bjorn Berge en concert à l'Espace Vauban (12 mai 2005)
Bjorn Berge en concert à L'Européen (31 mars 2008)
Bjorn Berge en concert au New Morning (15 octobre 2008)
Bjorn Berge en concert à Sunset (lundi 16 novembre 2009)
Bjorn Berge en concert au New Morning (samedi 20 novembre 2010)
Bjorn Berge en concert au New Morning (mardi 26 novembre 2013)
L'interview de Bjorn Berge (27 février 2008)
L'interview de Bjørn Berge (lundi 16 novembre 2009)
L'interview de Bjørn Berge (13 octobre 2011)
La chronique de l'album Eclesiastes 1.11 de Wraygunn
Wraygunn en concert au Nouveau Casino (8 novembre 2005)
Wraygunn en concert à La Maroquinerie (20 juin 2008)

Crédits Photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)

David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent
- 02 juin 2024 : En attendant l'été
- 26 mai 2024 : On prépare le summer brain
- 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été
           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=