Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Fnac Indétendances 2005
Bjorn Berge - Wraygunn  (Paris Plage)  23 juillet 2005

Découvert cet hiver au Nouveau Casino et par la même occasion sur disque avec ST Slide, son premier album réellement distribué en France, Bjorn Berge nous revient à l'occasion de la 2ème édition du festival d'été Festival Fnac Indétendances qui se déroule sur les quais dans le cadre de l'opération Paris Plage.

Au programme, gratuit pour le public de passage sur Paris Plage de la musique live et particulièrement des groupes issus de labels indépendants.

Ce samedi soir proposait donc une double affiche dans deux registres totalement différents, le grand norvégien placide Bjorn Berge et les petits portugais agités de Wraygunn. C'est ça aussi la diversité culturelle.

Solidement ancré sur son tabouret, Bjorn Berge, seul en scène avec ses guitares et son couvercle métallique comme percussion, ouvrira la soirée pour un set d'une trop courte heure.

Les doigts armés d'étranges ongles métalliques, les mains magiques du colosse au sourire d'enfant accompagnées d'une voix puissante et grave, mais qui sait aussi se faire caressante, Bjorn Berge jouera nombre de ses compositions présentes sur son dernier album.

"Trains" ou "Thirteen stories to catch the girls" déchaînent l'enthousiasme.

Il nous offrira aussi des reprises comme le fabuleux "Thursday" de Morphine mais également "Ace of Spades" de Motorhead (morceaux présents sur ST Slide) dans une version totalement débridée sur laquelle il se lâche complètement en hurlant dans un micro saturant sa voix.

Plein d'humour, il s'amuse entre les chansons, se désole de son piètre français qui ne doit pas être plus mauvais que notre norvégien, qu'il est le seul à pouvoir faire 3 choses à la fois : jouer, fumer et…reste cool ! Le public est conquis !

Bjorn Berge, le gros dur tatoué au sourire d'enfant et aux doigts d'or, fait preuve d'une virtuosité sans limite pour un blues acoustique imparable qui dès le premier morceau scotche le public qu'il tiendra sous son emprise une heure durant et qui demandera un rappel.

Ne le ratez pas s'il passe près de chez vous, vous le reconnaîtrez facilement !

Courte pose bière saucisse, on est quand même sur la "plage" et voilà que débarquent les 7 portugais de Wraygunn. Artillerie lourde donc comparée à Bjorn Berge accompagné de son seul tabouret. Ici c'est guitare, basse, batterie, percussions, Choriste, chanteuse et même DJ qui forment un melting-pot assez hétroclite.

Le rock des Wraygunn est très largement teinté et inspiré du rock garage US tant à la mode ces derniers temps.

On frôle souvent la parodie des Whites Stripes sur certains titres (et la chanteuse est d'ailleurs vêtue d'une petite robe très 60/70 rayée de blanc et … noir).

Presque aussi tatoué que Bjorn Berge, le chanteur n'a pourtant pas le même gabarit ni le même charisme et il a beau s'évertuer à courir en tout sens, gesticuler et même tenter un grand écart, ses poses semblent trop calculées, pas assez spontanées et il semble qu'il fait plus attention à ce qu'il fait qu'à ce qu'il joue.

D'ailleurs la vraie puissance de ce groupe vient bien de cette petite chanteuse à rayures dont la voix réussit tant bien que mal à s'imposer sur le son trop chargé du groupe.

La choriste quant à elle force trop la sienne dans des intonations souls (note aux webmasters de la ville de Paris : et non pas "saoul"), voir gospeliennes, ce qui gâche un peu ce qui aurait pu être une vraie trouvaille, à savoir le mix de la musique black des années 60 et de musique blanche des années 70.

Il y a pourtant des bons moments lors de ce concert et on sent que les morceaux ont un gros potentiel mais qu'ils pêchent par excès de zèle.

Concert en demie teinte mais qui a eu le mérite grâce à l'énergie du groupe de faire venir, rester et bouger le public. Ce qui n'est pas rien et que l'on voudrait voir plus souvent dans les salles lors de concerts de rock indépendant !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm the antipop de Bjorn Berge
La chronique de l'album Live in Europe de Bjorn Berge
La chronique de l'album Fretwork de Bjørn Berge
La chronique de l'album Blackwood de Bjørn Berge
La chronique de l'album Who else ? de Bjørn Berge
Bjorn Berge en concert au Festival Les Transmusicales de Rennes 2004 (jeudi)
Bjorn Berge en concert au Nouveau Casino (21 mars 2005)
Bjorn Berge en concert à l'Espace Vauban (12 mai 2005)
Bjorn Berge en concert à L'Européen (31 mars 2008)
Bjorn Berge en concert au New Morning (15 octobre 2008)
Bjorn Berge en concert à Sunset (lundi 16 novembre 2009)
Bjorn Berge en concert au New Morning (samedi 20 novembre 2010)
Bjorn Berge en concert au New Morning (mardi 26 novembre 2013)
L'interview de Bjorn Berge (27 février 2008)
L'interview de Bjørn Berge (lundi 16 novembre 2009)
L'interview de Bjørn Berge (13 octobre 2011)
La chronique de l'album Eclesiastes 1.11 de Wraygunn
Wraygunn en concert au Nouveau Casino (8 novembre 2005)
Wraygunn en concert à La Maroquinerie (20 juin 2008)

Crédits Photos : David (Plus de photos sur Taste of Indie)

David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-09-27 :
Romain Humeau - Echos
Luc Spencer - Oiseau(x) scratch
Ensemble Triptikh - Grand Ecran
The Flaming Lips - American Head
Quatuor Ardeo - XIII
Philippe Bianconi - Debussy
Pogo Car Crash Control - Tête Blême
Fabrizio Chiovetta - Beethoven : Op. 109, 110, 111
Listen in Bed - B.O. d'une scène de meurtre (Saison 2 Emission 1)

• Edition du 2020-09-20 :
The Apartments - In and out of the light
La Caravane Passe - Nomadic Spirit
Babylon Circus - State of Emergency
Atrisma - Chrone EP
Orchestre national d'Auvergne & Roberto Forés Veses - Berg, Webern, Schreker
Marie-Gold - Règle d'or
 

• Archives :
Thomas Bel - Cerna Vez
Bandit Bandit - Bandit Bandit
Jeanne Added - Both Sides
Gabriel Tur - Papillon Blanc
Emily Loizeau - Run Run Run (Hommage à Lou Reed)
Emily Loizeau - Le Centquatre
Collectif La Boutique - Twins
Hugo Chastanet - Dix chansons naturelles et sauvages
Elysian Fields - Transience of life
Théo Fouchenneret - Beethoven : Waldstein & Hammerklavier
Inflatable Dead Horse - Love Songs
Lisza - Charango
Alexis HK - Comme un ours (Live)
Morgane Ji - Woman Soldier
Feldup - A thousand doors, just one key
Vladimir Torres - Inicial
Creeper - Sex, Death & The infinite Void
Fantastic Negrito - Have You Lost Your Mind Yet ?
Plumes - Oh Orwell
Rue de Tanger - Simone
Anna Aaron - Pallas Dreams
Biffy Clyro - A Celebration of Endings
All We Are - Providence
Ana Carla Maza - La Flor
Listen in Bed - Lazy Lagoon (Mix #22)
Neil Young - Homegrown
Vertige - Populaire
Talisco - Inner songs
Listen in Bed - Nina Simone 2/2(Mix #21)
Crack Cloud - Pain Olympics
- les derniers albums (6150)
- les derniers articles (160)
- les derniers concerts (2325)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1095)
- les derniers livres (8)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=