Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du 13 au 16 juillet 2017
Jean Michel Jarre - Phoenix - Arcade Fire - Totorro - Renaud  (Carhaix)  du 13 au 16 juillet 2017

Lourde tâche que de résumer 4 jours de concerts dans le plus grand et le plus éclectique des festivals français. Complet depuis plus de 2 mois, les Vieilles Charrues n'ont plus rien à prouver en matière de professionalisme, de bonne communication et se posent une fois encore comme l'événement incontournable de l'été pour de nombreux jeunes bretons (et plus). La météo clémente sans une goutte de pluie rajoutera un point positif à cette édition mais ce qui nous importe avant tout est la programmation musicale. Et si les têtes d'affiche Manu Chao ou Renaud pouvaient faire hésiter les mélomanes exigeants, elle révélera de belles perles, et de très bonnes surprises pendant ce long week end du 14 juillet.

Dès le jeudi, tandis que -M- présentait son joli voyage à Bamako et que Manu Chao éblouissait la prairie de Kerampuilh avec ses mélodies entêtantes quoique franchement répétitives, il y avait la possibilité pour le rockeur curieux de découvrir la quatrième scène, installée sous le chapiteau, près de la world food et des délicieuses glaces bio et ayant malheureusement une fausse réputation de scène bretonnante.

Pour ce jour, point de scène en hauteur mais juste quelques planches sous le chapiteau, au niveau des spectateurs, comme un endroit improvisé, un concert dans un bar où le premier rang peut presque toucher les artistes. Ou recevoir les postillons comme dans le premier concert avec les anglais déchainés de Shame, qui avaient déjà fait sensation lors de la Route du Rock et dont le chanteur, mix crasseux entre Shaun Ryder et Ian Curtis, donnera toute son énergie pour le premier grand concert rock de la soirée avec ses musiciens montés sur ressort.

Sur cette scène, et dans cette ambiance intime avec quelques centaines de spectateurs seulement, leur succéderont les rennais très attendus de Totorro et leur joyeux post rock chaloupé qu'on ne présente même plus dans la capitale bretonne. Suivra la fanfare moderne de Meute, tous de rouge vêtus avec leurs grosses caisses électro et cuivres débonnaires.

Si on oubliera vite la prestation de PNL, les deux personnages autotunés à l'extreme, naviguant sur scène en fumant avec leurs copains sur de la musique enregistrée, il est à noter que parmi la sélection hip hop de cette année, c'est Georgio qui tirera son épingle du jeu, scène Graal le samedi, avec ses musiciens et ses textes sombres mais travaillés, plus proches de Programme que de Kery James.

Suivra un grand moment d'émotion avec le concert de Renaud. Plus de voix, peu de rythme, pas de look, pathétique diront certains, mais tellement émouvant. Peut être une des dernières tournées du chanteur fatigué mais dont les dizaines de tubes hanteront toujours les mémoires de fans très nombreux dans la prairie.

Phoenix, le méga-groupe français le plus méconnu dans son pays, fera un show incroyable en milieu de soirée avec une scénographie exceptionnelle, miroir incliné dans le dos et des jeux de lumières et vidéos de toute beauté pour une relecture du dernier album au milieu de leurs nombreux tubes. Un des meilleurs moments de ce festival.

Dans ce week end qui n'en finit pas, on laissera de côté la variété un peu fade de Vianney et la folie gonflante de Camille pour retourner sur la quatrième scène avec la charmante activiste turque Gaye Su Akyol. Dans sa cape de super héroïne et accompagné de son groupe, elle mélange musique orientale et rythmes rocks occidentaux. On retrouvera au même endroit le lendemain une découverte québécoise des surprenants Frères Berthiaume mélant musique moderne et chants traditionnels. Que de plaisirs sous ce chapiteau !

Retour ensuite vers la scène Graal pour voir le local Robert le Magnifique accompagné par les Totorro pour un set electro-post-rock de toute beauté, tout en désinvolture, comme un concert privé destiné à la petite foule ayant abandonné les grosses scènes pour venir se détendre avec des samples, des vieilles machines et des grosses guitares.

Pour la soirée, passage du chaud au froid en allant du joli concert d'Arcade Fire, autrement moins intéressant que son dernier passage à Carhaix mais qui a plu à tous les fans attendant avec impatience leur groupe canadien préféré, puis le mini concert de M.I.A. où il fallut attendre 15 minutes au début et qu'elle quitta 15 minutes avant la fin. Peut être le seul petit raté de l'année.

Puis retour à la grâce avec l'excellent concert de Jean Michel Jarre. Ce qui semblait un gros risque de programmer le maestro de l'électro des eighties en haut de l'affiche se transforme sur scène en magnifique spectacle. Ecrans géants, jeu de LED gigantesque, artiste qui va au devant du public, tout y est. Tout y est sauf peut être le public justement qui a du mal à remuer sur Oxygène ou autres titres de Zoolook.

Déjà le dernier jour de festival avec une entrée en matière electro-trash avec La Femme tout en costumes traditionnels basques. Concours de mauvais goût avec les danseuses (et danseur), intermède Paquito dans le public. Comme le diront les membres du groupe en conférence de presse, après quatre jours de tente et de bière, le public veut se détendre avec un concert moins sérieux. De ce côté là c'est mission réussie.

Plus sérieux, Seasick Steve fera son excellent job de bluesman américain terminant même son set avec ses fans en plein milieu du public. Un public accroché aux barrières du premier rang pour attendre le grand retour de Matmatah aux Vieilles Charrues. Avec un nouvel album fidèle à la réputation du groupe Brestois, ils étaient nombreux à attendre leur retour sur scène. Réussi mais parfois un peu mou. On préférera peut être réécouter les disques, dont le dernier bien sûr.

Après deux détours pour revoir Octave Noire et Radio Elvis déjà appréciés à Art Rock, on terminera avec le calme et l'excellence de Paolo Conte et son orchestre. Tout en subtilités le maître italien régale le public de Kerouac de toutes ses chansons inoubliables en cette fin d'après midi ensoleillée.

Une fois de plus, une édition quasi parfaite de ce très grand festival qui parvient à provoquer tous les mélanges et tous les rapprochements.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Lean that way forever de Ai Phoenix
La chronique de l'album The driver is dead de Ai phoenix
La chronique de l'album Phoenix de The Warlocks
La chronique de l'album I've been gone - Letter One de Ai Phoenix
La chronique de l'album It's never been like that de Phoenix
La chronique de l'album The lights shines almost all the way de Ai Phoenix
La chronique de l'album Wolfgang Amadeus Phoenix de Phoenix
La chronique de l'album I, Vigilante de Crippled Black Phoenix
La chronique de l'album Buffalo de The Phoenix Foundation
La chronique de l'album Ti Amo de Phoenix
Phoenix en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
Phoenix en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (samedi)
Phoenix en concert à La Cigale (25 mai 2009)
Phoenix en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
Phoenix en concert à La Malterie (samedi 21 mai 2011)
Phoenix en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2013
Phoenix en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #25 (2013) - Samedi
Phoenix en concert au Festival Rock en Seine 2013 (samedi 24 août 2013)
Phoenix en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017)
Phoenix en concert au Festival Beauregard #9 (édition 2017) - samedi 8 juillet
Phoenix en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
L'interview de Ai Phoenix (Avril 2003)
La conférence de presse de Phoenix (août 2004)
La chronique de l'album Come to Mexico de Totorro
Totorro en concert au Festival Art Rock 2013 - vendredi, samedi et dimanche
Totorro en concert au Festival Art Rock 2014 - samedi 7 juin
La chronique de l'album Fuck the Hell Yeah ! de Robert Le Magnifique
Paolo Conte en concert au Sentier des Halles (janvier 2011)
La chronique de l'album Plates coutures de Matmatah
La chronique de l'album You're here now what ? de Matmatah
Matmatah en concert au Vauban (21 octobre 2004)
Matmatah en concert au Festival Solidays 2005 (dimanche)
Matmatah en concert au Festival Les Rockeurs ont du coeur 2005
Matmatah en concert au Festival des Vieilles Charrues 2008
Matmatah en concert au Transbordeur (jeudi 16 mars 2017)
Matmatah en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2017 - du vendredi au dimanche
Manu Chao parmi une sélection de singles (juillet 2007)
La chronique de l'album La Radiolina de Manu Chao
Manu Chao en concert au Zénith (18 juin 2008)
Manu Chao en concert au Festival Le Cabaret Vert #8 (jeudi 23 août 2012)
La chronique de l'album Rouge sang de Renaud
La chronique de l'album Un Renaud pour moi tout seul de Monsieur Lune
La chronique de l'album La gueule de l'emploi de Lénine Renaud
Renaud en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2007 (Samedi et dimanche)
Renaud en concert à La Cigale (29 septembre 2007)

En savoir plus :
\r\nLe site officiel

\r\n

Crédits photos : Frédéric Villemin


Fred         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-12-08 :
Listen in Bed - Une certaine urgence (émission 6)
Mata Hari - Building Site EP
Lofofora - Interview
Lofofora - Vanités
A Winged Victory for the Sullen - The Undivided Five
Fred Perreard Trio - Romantic Sketches
Orkester Nord - Martin Wåhlberg - Grétry : Raoul Barbe Bleue
Hasse Poulsen - Not Married Anymore
Bodh'aktan - De temps et de vents
Les Nus - Enfer et paradis
Céline Bonacina - Fly Fly

• Edition du 2019-12-01 :
Quintana Dead Blues eXperience - Older
Francoeur - D'où vient le Nord EP
Zimmer - Zimmer
Lion Says - Other Side Effects
Vilde Frang & Michail Lifits - Paganini, Schubert
The glossy sisters - C'est pas des manières
Love Fame Tragedy - I don't want to play the victim, but I'm really good at it EP
Octave Noire - Los Angeles
Moonchild - Little Ghost
Half Moon Run - A blemish in the great light
Listen in Bed - Black Cofvefe (Mix #5)
 

• Archives :
Kosh - Les Trois Baudets
Robert Forster - Interview
Listen in Bed - Broadcast (émission 5)
Match - Dark Shade
Christophe Panzani - Les Mauvais Tempéraments
Duo Ypsilon - Pulsions
Ultra Vomit - Interview
Beatrice Rana - Ravel : Miroirs, la valse, Stravinsky : Petrushka, The Firebird
Grèn Sémé - Poussière
Igor and the Hippie Land - Love and chaos
Enik - The deepest space of now
Geysir - Malsamaj
Lau Ngama - Interview
Listen in Bed - What's In It For Me ? (Mix #4)
Alma Forrer - L'année du loup
Casagrande - Lucane EP
Emily Jane White - Immanent fire
Ludiane Pivoine - Femme Idéale EP
David Sztanke - Air India
Jae-Hyuck Cho - Bach, Liszt, Widor : Organ Works at la Madeleine
Listen in Bed - Women (émission 4)
Holy Bones - Silent Scream
Tim Linghaus - We were young when you left home
Bazar Bellamy - Jusqu'ici tout va bien
Rich Deluxe - Glam Shots
Manuel Etienne - Imago
Gilia Girasole & Ray Borneo - Stregata / Stregato
David Kadouch - Révolution
Lysistrata - It It Anita - The Eternal Youth - Le Normandy
The Hyènes - Ça s'arrête jamais EP
- les derniers albums (5834)
- les derniers articles (135)
- les derniers concerts (2319)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1083)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=