Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Dernier Jour d'une Condamné
Studio Hébertot  (Paris) 

Monologue dramatique d'après l'oeuvre éponyme de Victor Hugo interprété par William Mesguich dans une mise en scène de François Bourcier.

Seul dans sa cellule au lendemain de son procès, celui que le tribunal a condamné à mort laisse son cerveau vagabonder et tâche d’écrire ses dernières pensées.

A mesure qu’il s’approche de la fin, sa dernière journée lui fait apparaître, comme des hallucinations, des moments passés et imaginaires qui se mélangent.

Roman publié d’abord anonymement en 1829 et revendiqué trois ans plus tard lorsqu’il fut sûr que sa pensée avait été comprise, "Le Dernier Jour d’un Condamné" est le plaidoyer de Victor Hugo pour l’abolition de la peine de mort.

Adapté par François Bourcier et David Lesné, le texte resserré le rend dynamique et colle au plus-près des derniers instants de celui qui voit et respire encore, tout en se sentant frôler par les ailes de la mort.

William Mesguich, à la présence magnétique, parvient dans un jeu plutôt contenu, dans l’espace restreint d’un carré de quelques mètres, à restituer toute l’évolution des pensées de ce personnage (dont on ne sait quasiment rien sinon qu’il a une petite fille) et montre une impressionnante métamorphose.

La mise en scène de François Bourcier, aux effets volontairement appuyés, créé avec l’aide de la scénographie et des lumières magnifiques une ambiance onirique, dominée par une musique et une lumière un peu trop répétitives cependant. A moins que l’on considère que cela corresponde aux idées ressassées par le condamné…

Toujours est-il que William Mesguich livre une nouvelle fois une éclatante prestation entièrement au service d’un auteur et d’un texte, qu’il donne à entendre avec beaucoup de passion et de générosité.

Un texte d’une force inouïe en forme de réquisitoire auquel le court extrait final d’un discours de Robert Badinter demandant la suppression de la peine capitale en 1981, donne toute sa valeur universelle.

 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

Abonnez vous à la Newsletter pour recevoir, outre les mises à jour en avant première, des infos de première importance et peut être des choses dont vous n'avez même pas encore imaginé l'existence et l'impact sur votre vie... et nous non plus.

se désabonner, changer son mail ... c'est ici!


» Contacter un membre ou toute
   l'équipe (cliquez ici)


Afficher les chroniques d'un membre :

Liste des chroniques... Cécile B.B.
Liste des chroniques... David
Liste des chroniques... Didier Richard
Liste des chroniques... Fred
Liste des chroniques... Julien P.
Liste des chroniques... LaBat’
Liste des chroniques... Laurent Coudol
Liste des chroniques... Le Noise (Jérôme Gillet)
Liste des chroniques... Margotte
Liste des chroniques... MM
Liste des chroniques... Monsieur Var
Liste des chroniques... Nathalie Bachelerie
Liste des chroniques... Nicolas Arnstam
Liste des chroniques... Philippe Person
Liste des chroniques... Rickeu
Liste des chroniques... Séb.T

 

Les articles de ce site sont la propriété de froggydelight.com et de leurs auteurs.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=