Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Dame de chez Maxim
Théâtre 13/jardin  (Paris)  septembre 2017

Comédie d'après l'oeuvre éponyme de Georges Feydeau, mise en scène de Johanna Boyé, avec Vanessa Cailhol, Florian Choquart, Arnaud Dupont, Lauri Lupi, Garlan le Martelot, Pamela Ravassard, Vincent Viotti et le musicien Mehdi Bourayou.

Voilà un Feydeau épatant grâce aux parti-pris réussis de Johanna Boyé. Ayant tout d'abord sous-titré "sa" Dame de chez Maxim "Cabaret Burlesque", elle installe un climat libéré des contraintes d'une lecture littérale d'une des œuvres parmi les plus échevelées de Georges Feydeau, ce qui souvent, paradoxalement, nuit à la mécanique de précision du roi du quiproquo.

Mais ce climat cabaret qui constitue un préambule à la pièce, elle n'en abuse pas comme on en avait, un bref instant, la crainte. Ainsi, si avant qu'apparaissent la Môme crevette et les bien lunatiques Petybon, Mongicourt et compagnie, on n'a le droit à une version très spéciale de "Ma Benz" de NTM, cette faute de goût assumée ne se répètera pas...

Car, second parti-pris gagnant dans la mise en scène de Johanna Boyé, elle a choisi d'être tout le temps au taquet. C'est sur les chapeaux de roues, mais pas au détriment de sa compréhension, qu'elle déplie ce récit doux-dingue, pré-surréaliste.

Pour ne pas s'attarder, elle a même réduit la voilure de la pièce. Ceux qui ont l'habitude d'une "Dame de chez Maxim" entrée- plat-fromage-dessert, auront ici la surprise de voir en une heure et demie ce qu'ils consomment d'ordinaire en deux fois plus de temps.

Corollaire de cette adaptation rythmée de Johanna Boyé et de Pamela Ravassard, ils ne seront que huit sur scène, là où d'ordinaire ils sont au moins trois fois plus. Huit qui vont d'autant plus s'amuser avec Feydeau qu'ils vont presque tous se dédoubler, créant chacun plusieurs personnages savoureux.

Pour réussir son entreprise, Johanna Boyé a choisi une troupe d'acteurs doués pour tout et prêts à le montrer constamment. En tête de distribution, Vanessa Cailhol est une irrésistible môme Crevette, qui sait chanter et danser en imposant une bonne humeur coquine et pleine de malice.

A ses côtés, on soulignera le bel abattage ahuri de Florian Choquart, le numéro d'Arnaud Dupont en duchesse digne d'Eli Kakou, les transformations de Lauri Lupi, la douce folie de Garlan le Martelot, la dinguerie loufoque de Pamela Ravassard en Madame Petypon et celle non moins grave de Vincent Viotti en vieille baderne qui ne comprend rien. Tout ce joli monde est accompagné au piano par Medhi Bourayou qui créé une ambiance musicale propice à ce délire permanent.

Par ailleurs, Virginie Houdinière a réussi des costumes qui, passé le préambule, ne détonnent pas avec l'époque Feydeau mais pourraient tout aussi bien être contemporains.

On est loin des Feydeau poussiéreux d'antan et les trois structures mobiles, qui constituent l'essentiel du décor imaginé par Jeanne Boujenah, et dans lesquels peuvent se cacher les personnages en cas de besoin, permettent elles aussi la fluidité recherchée par la mise en scène inventive de Johanna Boyé.

Bref, c'est peu dire qu'on passe une sacrée bonne soirée. On aimerait que ce Feydeau réjouissant fasse date parce qu'il est sacrément moderne et drôle. On peut l'affirmer sans crainte, même si le mois de septembre commence à peine : "La Dame de chez Maxim" est un des meilleurs spectacles de la saison 2017-2018.

 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=