Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Art de Suzanne Brut
Théâtre Les Déchargeurs  (Paris)  novembre 2017

Monologue dramatique de Michael Stampe interprété par Marie-Christine Danède dans une mise en scène de Christophe Lidon.

Avec "L'Art de Suzanne Brut", Michael Stampe a écrit un monologue dramatique qui plonge au coeur du drame rural, de la situation des simples d'esprit isolés, reclus, rejetés et/ou internés dans des asiles-mouroirs et de l'art en tant que création spontanée inscrite dans le registre générique de l'Art brut.

Il donne la parole à un personnage fictionnel retranché dans un monde intérieur profondément mystique dans lequel transparaît, comme source d'inspiration, la figure de Séraphine Louis dite Séraphine de Senlis, femme de ménage et peintre autodidacte reconnue de son vivant avant d'être internée dans un asile psychiatrique, notamment par son mode opératoire, avec l'utilisation de matériaux de récupération pour fabriquer sa peinture.

Née dans un milieu plébéien frustre avec une mère mal-aimante, sans doute atteinte d'arriération mentale, Suzanne Brut est apparemment murée dans le silence, la parole conversationnelle étant réduite aux bribes indispensables en relation avec sa tâche de servante dans un couvent abritant un asile.

Mais elle est habitée par la foi en la Sainte Vierge et Sainte Jeanne, dont elle ne cesse de faire le portrait, qui sont ses interlocutrices privilégiée et ses guides pour supporter sa vie et un passé qui l'obsède.

Et son flux de pensée tourne en roue libre et se matérialise, d'imploration en confession extatique, en une irrépressible logorrhée psychotique quand elle est seule, un cri conte la violence du monde et une plainte contre l'indifférence des autres.

Délivrer une telle partition d'obédience naturaliste et le pathétique de la situation sans verser ni dans le mélodrame ni dans le numéro d'acteur nécessite un subtil travail d'interprétation sensible capable de susciter la juste émotion compassionnelle.

Ce que réalise magnifiquement Marie-Christine Danède sous la direction de Christophe Lidon qui signe également la scénographie simple, un prie-Dieu posé sur une minuscule estrade symbolisant le grabat de la protagoniste qui circonscrit un exigu espace de jeu à la mesure de la minuscule place sur terre qui est octroyée à celle-ci.

Elle réussit une incarnation aussi sensible que magistrale en donnant corps et voix à une femme égarée et une âme tourmentée tout en évitant les écueils de la victimisation excessive comme de l'angélisme.

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=