Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Emma dans la nuit
Wendy Walker  (Editions Sonatine)  février 2018

J’ai découvert Wendy Walker avec la parution de son premier thriller, Tout n’est pas possible, en 2016. Ce thriller, d’une puissance rare, nous plongeait sans ménagement dans les méandres de la psyché humaine, nous laissant pantelant. Ce livre fut à l’époque pour moi une vraie claque. Deux ans plus tard, Wendy Walker est déjà de retour, toujours aux éditions Sonatine, avec un nouveau livre, Emma dans la nuit, dont la couverture, dans la lignée de la précédente me met déjà l’eau à la bouche. Lecture terminée. Tout n’est pas possible fut une claque ! Je viens de prendre un aller-retour. Emma dans la nuit est fascinant. Wendy Walker confirme avec son deuxième thriller qu’elle maîtrise parfaitement ce genre de polar.

Le livre nous raconte l’histoire des deux sœurs Tanner. L’une a 17 ans, Emma et l’autre, Cass, a 15 ans. Ces deux sœurs sont devenues tragiquement célèbres depuis leur disparition il y a trois ans. Un matin, Cass réapparaît au domicile familial. Sa mère, surprise, ne la reconnaît même pas quand elle ouvre la porte.

Assez vite, le temps des questions arrivent. Que s’est-il passé depuis trois ans ? Ou est sa sœur Emma ? Pourquoi ont-elles disparu ? Où était-elle ? La police s’interroge, d’autant plus que la jeune fille ne semble pas avoir connu de maltraitances pendant son absence. Cass va se retrouver suivi par une psy, Abïgael, qui va l’aider à parler, à raconter son histoire tout en l’aidant à se reconstruire.

Le livre se construit alors en alternant les chapitres où Cass s’exprime dans les 7 jours qui suivent son retour et les chapitres où la psychiatre analyse les propos de la jeune fille, en liaison avec la police pour essayer de retrouver sa sœur. On a alors une jeune fille assez déséquilibrée qui raconte ses années de disparition mais aussi sa vie familiale d’avant, qui souhaite par-dessus tout retrouver sa sœur et une psy qui revit, à travers l’histoire de Cass, des choses qu’elle a vécues elle-même au cours de son enfance.

On découvre alors au fil du livre une famille compliquée, parfois même malsaine. Les parents sont divorcés, le père avait un fils d’une union précédente, la mère s’est remise avec un homme qui a un fils au comportement bizarre. La mère est un personnage antipathique, qui va jouer un rôle important dans le livre.

On découvre aussi assez rapidement que ce que raconte Cass sur sa disparition avec sa sœur est loin d’être la vérité, qu’elle raconte une histoire construite tout au long de ses trois années d’absence. La psy s’en rend compte mais elle la laisse parler, son travail devenant celui de démêler le vrai du faux dans les propos de Cass, d’attendre l’élément qui fera tout tomber pour comprendre où est sa sœur.

L’histoire qu’elle nous raconte est que sa sœur serait retenue sur une île dans le Maine par un couple, les Pratt, et qu’elle serait partie car elle avait un secret qu’elle ne pouvait dévoiler. Cass aurait réussi à s’échapper, aider par un certain Rick. Nous n’en dirons pas plus…

L’écriture de Wendy Walker, toujours aussi efficace et addictive, nous fait rentrer à la fois dans la tête de Cass mais aussi dans celle de la psy au travers de son analyse. On prend un réel plaisir à tourner les pages, à parcourir ces courts chapitres qui s’enchaînent frénétiquement. Le récit avance, les différents éléments du puzzle construit par l’auteur se mettent en place de façon habile. Cass, à travers ses dires et en disséminant des indices nous fait comprendre ce qui s’est réellement passé le jour de leur disparition. On a alors beaucoup de mal à lâcher le livre tant on a envie de connaître le dénouement.

La famille se dévoile enfin, dans ce qu’elle a de plus secret et cela se traduit par un superbe chapitre qui combine le témoignage de Cass et l’analyse de la psy (alors que jusque-là les deux étaient séparés par chapitre). Ce chapitre, tout simplement incroyable et époustouflant nous livre un dénouement inattendu qui nous permet de remettre toute l’histoire en place. On comprend alors tout, même pourquoi l’histoire nous a été racontée ainsi. Juste fabuleux.

Avoir entre les mains ce dernier livre de Wendy Walker fut un réel bonheur. Une fois encore, elle nous offre un thriller psychologique parfait que l’on dévore en très peu de temps. Elle en profite au passage, pour confirmer définitivement qu’elle fait partie des spécialiste de ce typer de polar et on attend déjà avec impatience son prochain livre.

 

En savoir plus :
Le site officiel de Wendy Walker
Le Facebook de Wendy Walker


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 12 janvier 2020 : Pas de soldes sur Froggy's

C'est la saison des soldes. Peut être l'occasion d'acheter au rabais quelques oeuvres d'artistes qui auraient mérité que l'on paie le prix fort. Qu'à cela ne tienne, voici le sommaire de la semaine rempli de découvertes et d'artistes à soutenir, soldés ou non.

Du côté de la musique :

"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"Demain est mort" de Larme Blanche
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool
et toujours :
"Broken toy" de Dirty Bootz
"Voix du ciel" de Ensemble Gilles Binchois
"Telemann : Frankfurt Sonatas" de Gottfried von der Goltz
"Lemon the moon" de Nitai Hershkovits
"Le rêve et la terre : Debussy, Ginastera" de Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Phèdre" au Théâtre des Abbesses
"Du ciel tombaient des animaux" au Théâtre du Rond-Point
"Les Passagers de l'aube" au Théâtre 13/Jardin
"Pièce en plastique" au Théâtre de Belleville
"Les Feux de l'Amour et du Hasard" au Grand Point Virgule
"Ruy Blas, grotesque et sublime" au Théâtre Essaion
"Les Michel's" au Théâtre Essaion
les reprises :
"Dom Juan - Le festin de pierre" au Théâtre de la Cité internationale
"Le dernier carton" au Théâtre du Gymnase
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"La promesse de l'aube" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Ritals" au Théâtre La Scène Parisienne
"Odyssée" au Lavoir Moderne Parisien
"Philippe Fertray - Pas de souci" au Théâtre de la Contrescarpe
"Trinidad - Pour que tu t'aimes encore" à la Comédie Bastille
"Constance - Pot pourri" au Théâtre de l'Oeuvre
"Dans ma chambre" au Théâtre Les Déchargeurs
"Carla Bianchi - Migrando" à la Nouvelle Seine
"Giorgia Sinicorni - Comment épouser un milliardaire" à la Nouvelle Seine
et la chronique des spectacles de janvier

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

"Barthes*" de Vincent Gérard, Cédric Laty, Bernard Marcadé et et Camille Zéhenne
la chronique des films sortis en décembre
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos
et toujours :
"Juste une balle perdue" de Joseph D'anvers
"La séparation" de Sophia de Séguin
"Otages " de Nina Bouraoui
"Sukkwan island" de David Vann

Froggeek's Delight :

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=