Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pauline Croze
Album éponyme  (Wagram)  février 2005

Pauline Croze a fait une timide apparition presque anonyme au Festival des Inrocks 2004. Quatre morceaux guitare-voix, coincée devant le rideau en bord de scène pour un intermède pendant que derrière s'affairaient les roadies pour le changement de matériel.

Et pourtant, elle a su capter l'attention. Oh rien de tangible, pas d'esbroufe, pas de contorsion conceptuelle, pas de glamour, pas de pépiement de Lolita. Une voix profonde et un peu éraillée, une présence et des textes à couper le souffle ("T'es beau", "Je suis ivre")

Février 2005, elle sort son premier album éponyme qui s'avère être particulièrement réussi et remarquable dans lequel elle parle d'elle, de ses amours d'hier et de ses rages de toujours. Pauline Croze n'est pas une tiède aux chabadas gentillets et consensuels.

Elle refuse la pression sociétale qu'elle vise les jeunes ("Jeunesse affamée" "Jeunesse affamée de demain, Au travers des marques, des codes et des langages, Ton identité s'efface, pour n'être plus qu'un calque, N'être plus qu'un mirage, sur lequel on prospère") ou les femmes ("Femme fossile" "Tu voudrais faire de moi une femme docile désolé pour toi mis je n'ai pas le profil Agis traite-moi égal à égal loin du mariage et des voiles, si nous faisons l'erreur d'y croire voilà ce que nous serons plus tard deux vieux chiens rongeant leurs noces") et revendique une liberté hédoniste ("M'en voulez vous?" "De la vie je ne prends que la dolce vita c'est tout m'en voulez-vous?/De l'amour je n'attends qu'une main sans la bague au doigt/Comprenez-vous?") avec l'amour comme objectif ("Je suis floue").

Car sa plus belle source d'inspiration est évidemment l'amour qu'il se conjugue au présent avec "Quand je suis ivre" ("Quand je suis ivre ivre de plaisir quand je suis ivre ivre de bonheur je ne veux pas dessouler je garde en secret la source qui m'a tant exaltée pour m'y désaltérer") ou "La chaleur des nuits de pleine lune" ("Sous le regard des chiens qui dorment à moitié les femmes se font vamps les hommes se font loups" "

"Mon corps obstiné entre dans le dédale dans la danse tribale s'abandonne et se dévoile tant que dure les étoiles dans la chaleur des nuits de pleine lune") ou au passé avec le superbe "T'es beau" ("C'est comme une rengaine quelques notes en peine qui force mon coeur qui force ma force ma joie quand je pense à toi") ou "Je ferai sans" ("Je fais taire au fond de moi les mots d'amour comme on fait taire une rumeur/J'oublie l'avenir à contre coeur le présent je ne fais que l'effleurer").

Même si l'après est fait d'errances, avec "Mise à nu" sur un très beau texte de Michael Furnon de Mickey 3D ("C'est comme ça toutes les nuits depuis que tu as disparu de ma vie/Sur les toits de Paris c'est là que je finis mes nuits du lundi au dimanche/Mise à nu mes jours sont des nuits blanches") l'amour demeure ("Mal assis" "J'ai cette vie à l'endroit qui se dresse sans un pli, des rêveries à l'étroit qui se pressent dans l'oubli, je veux aimer à l'envers remarcher dans les faux pas, de mes amours de travers qui me suivent pas à pas").

Le tout sur des rythmes chaloupés, du reggae à la bossa, du folk au funk hop qui donne de la couleur au clair-obscur de ses chansons sur lesquels sa voix singulière, à la fois fragile et puissante, éraillée et limpide, un peu soul, captive.

Fille d'aujourd'hui mais pratiquant un romantisme échevelé, entre humanité et animalité, sa nonchalante gracilité et son sens aigu du moi fait penser aux juvéniles héroïnes de Rohmer.

A découvrir de toute urgence.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Le prix de l'éden de Pauline Croze
Pauline Croze en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Pauline Croze en concert au Festival La Clef des Chants 2005 (samedi)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres
- 6 octobre 2019 : Coup de froid
- 29 septembre 2019 : Une édition sans chichis
- 22 septembre 2019 : Fin d'été
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=