Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Gilles Ramade - Piano Furioso Opus 2
Théâtre L'Apollo  (Paris)  avril 2018

Seul en scène écrit par Gilles Ramade et Jérémy Ferrari, interprété par Gilles Ramade dans une mis en scène de Jérémy Ferrari.

Toulousain pur jus, Gilles Ramade, artiste à tout faire aux faux airs de Régis Debray, revient en pianiste italien pour "Piano Furioso Opus 2", un spectacle qu'il a co-écrit avec Jérémy Ferrari qui le met également en scène.

Des premières gammes au piano-bar, il raconte l'itinéraire d'un enfant doué du piano. Pendant cette évocation pleine de justesse sur ce qu'être concertiste veut dire, il donne une formidable leçon d'amour pour la musique par un homme qui ne vit que pour elle.

Bien sûr, il n'a pas trouvé les huit notes qui ont enrichi celui qui a "composé" (avec de gros guillemets) "heu-reu-se-ment- il-ya-Fin-dus". Mais fort des 88 notes de son clavier, il est devenu un virtuose de son instrument et désormais aussi un virtuose du rire.

Car il sait à la fois jouer et raconter, prendre la bonne distance qui lui permet, mine de rien, de jouer du Schubert, du Bach et du Rachmaninov à des spectateurs qui sont plutôt du côté de "J'ai encore rêvé d'elle".

Constamment plein de trouvailles, "Piano Furioso Opus 2" c'est une heure et demie de rires et de musiques. Gilles Ramade se défroque peu à peu et ose de plus en plus. Aussi à l'aise dans le classique que le jazz, il rend un hommage éblouissant à Ray Charles.

Avant de s'amuser dans un final débridé à mêler Chopin et Amicalement vôtre (du grand John Barry), de donner une version piano de "Jeux interdits" en souvenir de tous les guitaristes qui pêcho les filles avant qu'il n'ait l'idée de contre-attaquer avec son piano-guitare électrique...

Egalement chanteur (d'opéra), il peut interpréter tous les tubes de la terre en yaourt anglais ou en faux russe. Et, s'il ne révélait au final que son accent italien est totalement factice, tout le monde repartirait persuadé qu'il est transalpin.

Si l'on jette un œil sur sa fiche Wikipédia, on comprendra très vite que Gilles Ramade est un surdoué. C'est aussi un passeur et quand il pratique avec des gommettes sur des touches, son numéro d'hypnose musicale avec un néophyte du piano, on sent qu'il a envie de dire : "allez-y ! ".

Et quand le jeune Sacha, volontaire du public, se retrouve à jouer un blues à quatre mains avec lui, l'air émerveillé que la musique sorte de ses doigts, on se dit que Gilles Ramade a peut-être transmis en trente secondes sa vocation, tout au moins, l'idée pour cet enfant de se mettre à la musique.

Ce spectacle populaire a de la classe. Ce moment furieusement piano proposé par Gilles Ramade vaut le détour musical. Et l'on attend désormais avec impatience ses prochains opus, mot pour une fois justement employé !

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 29 décembre 2019 : JOYEUSE ANNEE 2020 !

Et voici la dernière édition de l'année, il est temps de vous remercier de votre fidélité, de vous souhaitez une merveilleuse année à venir, en espérant que nous continuerons à capter et satisfaire votre curiosité ! C'est parti pour le programme.

Du côté de la musique :

"Mozart, Youth symphonies" de Freiburger Barockorchester, Gottfried von der Goltz
"Gemma EP" de Gemma
"Emily the one" mix #7 de notre podcast Listen In The Bed en partenariat avec Radio Dio
"Né !" de Chris LeHache
"Constance" de David Giguère
"Années folles, Crazy Paris !" de François Chaplin, Marcela Roggeri
"Super parquet" de Super Parquet
Ca bouge à Saint Etienne avec :
- "Plastic Ono Utero", 7eme épisode du podcast Listen In Bed
- Rencontre avec MC Pampille autour de son album "Sur le banc de touche"
et aussi :
"Hello again" de Adam Wood
"Après le soir" de Camille Bénâtre
"Brahms : Intégrale de l'oeuvre pour piano seul" de Geofrroy Couteau
"Berlioz, la damnation de Faust" de John Nelson et l'Orchestre Philarmonique de Strasbourg
"5,3,2,1" de Pikku
"Pleasure principle" de Pleasure Principle
"Ascendant Johnny Cash" de Rod Barthet
"Maurice Ravel, Concerto in G" de Vanessa Benelli Mosell
"78 tours" de Xavier Roumagnac Eklectik Band

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"A vrai dire" au Théâtre du Gymnase
"Un vrai couple" à la Comédie des Boulevards
"Julia Palombe - En attendant l'accouchement" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Mathieu Ducrez - Confessions d'un fumeur" au Théâtre Montmartre-Galabru
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Van Gogh - La Nuit étoilée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma avec :

"Cunningham" de Alla Kovgan
et la chronique des films sortis en décembre

Lecture avec :

"Un art de vivre à Paris" de France de Griessen
"Nino dans la nuit" de Capucine & Simon Johannin
"Nuit d'épine" de Christine Taubira
"On ne meurt pas d'amour" de Géraldine Dalban Moreynas
"Jacobins !" de Alexis Corbière
"La fabrique du crétin digital" de Michel Desmurget
"Le ghetto de l'intérieur" de Santiago H Amigorena

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=