Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Table rase
Manufacture des Abbesses  (Paris)  juin 2018

Comédie dramatique d'après le film Festen de Thomas Vinterberg et Mogens Rukov, mise en scène de Joël Coté, avec Céline Charroy, Emilie Delrieux, Jean-Pierre Dutruge, Frédéric Gheung, Olivier Labarre, Colette Lavollée, Abdel Fath Moussahim, Siegrid Notari, Mario Pellerin, Olivier Quentel et Janine Reguart.

Helge va fêter ses soixante ans, occasion de réunir toute la famille Klingefeld-Hansen. Sauf que cette année, si Christian, son jumeau sera là, Linda, elle, ne sera pas là car elle s'est suicidée...

"Table rase" reprend le scénario de "Festen" écrit par Thomas Vinterberg et Mogens Rukov, adapté au théâtre par Bo Hr Hansen.

L'année dernière, Cyril Teste avait déjà monté cette adaptation au Théâtre de l'Odéon en conservant le titre du film. En le changeant, Joël Coté et la Compagnie Bob & Aglaé ont finalement réussi à couper franchement le cordon ombilical avec une œuvre très marqué par le puritanisme protestant, ce que ne faisait pas vraiment Cyril Teste.

Comme le film de Thomas Vinterberg a été largement vu et discuté, que même ceux qui ne l'ont pas vu en connaissent soit l'argument soit l'ambiance "repas de famille-règlement de comptes", la version qui est ici proposée est finalement plus "légère", va plus vite et atteint franchement le cœur de son sujet.

Ce n'est plus seulement le père, ogre pédophile, qui est central, mais plutôt toute la famille avec ceux qui savaient ou faisaient semblant de ne pas savoir, tous étant pris dans une ronde infernale qui peut, même par moments, connaître ses arrêts sur image et des moments "joyeux".

Rythmé, utilisant au mieux les possibilités d'une petite scène pour que la dizaine de personnages puissent s'y mouvoir sans peine, la mise en scène de Joël Coté dissèque la famille Klingefeld-Hansen dans tout ce qu'elle a de banal. Si la situation est "extraordinaire", cela ne donne pas pour autant plus de relief aux différents protagonistes.

Surtout que, à l'instar du film de Vinterberg qui s'inscrivait dans le "Dogme" initié par Lars Van Trier, toute psychologie est refusée pour expliquer les comportements. On s'en tient à la situation et à ce qui en découle inexorablement. On tâtonne, on agit par réflexe ou par impulsion, pas à l'issue d'une analyse poussée des tenants et des aboutissants.

Une des différences avec l'oeuvre danoise tient aussi que personne ne surjoue. Pas question pour Christian, qui révèle les viols que son père a commis sur lui et sa sœur, d'être sur le registre de la provocation.

Pareillement, une fois ses perversions enfin admises, le climat n'en est pas pour autant malsain ni chargé d'équivoque. Le titre est à cet égard parfaitement clair : on va faire "table rase", extirper à la racine le mal et repartir sur un autre pied.

Le plus jeune des fils reprochera à son père d'avoir, au-delà de ses crimes, tué une famille. Pêché d'autant plus grave que tous les acteurs sont à l'unisson et donnent véritablement la sensation de former un groupe familial.

On félicitera collectivement Céline Charroy, Emilie Delrieux, Jean-Pierre Dutruge, Frédéric Gheung, Olivier Labarre, Colette Lavollée, Abdel Fath Moussahim, Siegrid Notari, Mario Pellerin, Olivier Quentel et Janine Reguart pour avoir rendu crédible l'irrésistible chute de cette famille en pleine confusion entre les faux-semblants et les vrais sentiments.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture

La Saint Valentin est passée. Nous espérons que vous avez pioché des idées de cadeaux culturels dans notre sélection de la semaine dernière. Ceci dit il n'y a jamais assez d'occasions de faire plaisir, alors voici une nouvelle sélection qui saura vous séduire. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne
et toujours :
"I become a beast" de Caesaria
"Hopetown" de Claudial Solal et Benoit Delbecq
"L'îlot" de Cyril Adda, à retrouver aussi en session
"Granados Goyescas" de Jean Philippe Colard
"On both sides of the atlantic" de Jon Bouteiller
"Lovers" de Kid Francescoli
"Ooh Hah" le mix numéro 10 de Listen in Bed
"Show no mercy" de Loki Lonestar
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Simido" de Moonlight Benjamin

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"La Collection" au Théâtre L'Etoile du Nord
"Correspondance avec la mouette" au Théâtre Les Déchargeurs
"Ni couronne ni plaque" au Théâtre de Belleville
"Dans les forêts de Sibérie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Hedda" au Théâtre de Belleville
"Roi du silence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aime-moi" au Théâtre de Belleville
"Mon Olympe" au Théâtre de Belleville
"Ciel, mon Paris !" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Les Faucheuses" à la Comédie Nation
"Le petit résistant illustré" au Théâtre Essaion
des reprises :
"Huis Clos" au Théâtre Dejazet
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"What is love" à la Divine Comédie
"Ah ! Félix (n'est pas le bon titre)" au Trois Baudets
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Picasso - Tableaux magiques" au Musée national Picasso
"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais
"Le Rêveur de la forêt" au Musée Zadline
"Du Douanier Rousseau à Séraphine - Les grands maîtres naïfs" au Musée Maillol
"Le Marché de Art sous l'Occupation 1940-1944" au Mémorial de la Shoah

Cinéma avec :

"Sortilège" de Ala Eddine Slim
Oldies but Goodies avec "Les Vertes Années" de Paulo Rocha
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox
et toujours :
"Alt life" de Joseph Falzon & Thomas Cadène
"Ce qui est nommé reste en vie" de Claire Fercak
"Dévorer les ténèbres" de Richard Lloyd Parry
"Il est juste que les forts soient frappés" de Thibault Bérard
"L'homme qui n'est jamais mort" de Olivier Margot
"La chute" de Jacques Ravenne
"Le livre de Sarah" de Scoot McClanahan

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=