Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Depeche Mode
Playing the angel  (Mute / Labels)  octobre 2005

Les anges sont de retour ...

Cité et adulé par toutes les stars du rock des 90's et par les plus "jeunots", il y avait fort à parier sur un retour en fanfare de l'un des plus grands groupes de tous les temps. Les fans repartent en virée.

A vrai dire, on ne compte plus les nombreux albums, réeditions, ou encore le dernier coffret deluxe regroupant les meilleurs remix de Depeche Mode. On pensait même à une étrange discorde entre Dave Gahan, leader (contestable?) du combo, et Martin Gore, siamois à la mode, suite aux projets parallèles que chaque protagoniste avait réalisé par le passé.

Tout semble rentré dans l'ordre, et Playing The Angel réconcilie manifestement la nostalgie du passé avec une certaine ferveur que le présent fait aussitôt ressurgir dans nos coeurs.

Retour ambitieux sur le devant de la scène pop/electro, Playing The Angel s'impose d'emblée par le succès actuel de son single "Precious", véritable petite perle électro qui rappelle furieusement l'époque du titre novateur "Everything Counts" (personne ne peut oublier son refrain, personne ne s'est gêné pour le reprendre à toutes les sauces), soit plus de 10 années en arrière.

Mais la comparaison s'arrêtera sur ce seul point dans la mesure où "Precious" est le seul titre qui, de par son rythme et sa facilité, ne rentre pas dans la substance profonde de l'album : son identité particulière, entraînante, ne révèle en rien l'impression de tristesse et de complexité qui m'a énormément surpris à la première écoute.

Pour un acharné de Depeche Mode, il est peu habituel de voir Dave Gahan assurer l'écriture des titres de cet album, alors que l'exercice était précédemment assuré par Martin Gore. Voire les deux, mais on attribuait plus volontiers la patte de l'écrivain au sophistiqué Martin.

Groupe complexe dans l'âme, la production signée Ben Hillier (The Doves, Blur, Elbow ...) n'arrange rien pour clarifier les choses : mélodies parfois sombres, multiplication d'effets sonores aussi étranges les uns que les autres, effets vocaux sortis de nulle part ... On s'enlise joyeusement dans un bourbier aussi noir que l'ange représenté sur la pochette (réalisée par Anton Corbijn pour l'anecdote).

Impression de tristesse en effet, non dissimulée dès que l'on écoute le titre "Macrovision", telle une plainte adressée à l'ordre décadent de la création cosmique. Logique de l'intériorité également dès lors qu'on s'embourbe encore plus dans l'écoute des titres "Suffer Well", "Introspectre", qui nous invitent aussi bien à rentrer dans l'âme de Dave Gahan que dans la notre.

L'effet est terriblement fascinant, il semble bien que tout cet album agit comme un miroir sur les côtés les plus sombres de nos affections. De toute évidence, Depeche Mode prend un malin plaisir à composer dans un registre psychologique, pas forcément réservé aux freudiens, mais accessible à ceux qui mettent à nu les parties cachées des passions humaines : Eros, Thanatos et Narcisse s'en donnent à coeur joie.

Bel objet de substance active et profonde, voire terriblement complexe, ce nouvel album de Depeche Mode n'en est pas moins hautement recommandable. Subtil et tout en confiance, le combo s'assure d'une reconnaissance éternelle aussi bien dans nos discothèques que dans nos coeurs.

L'introspection est un exercice nécessaire de l'esprit, n'est ce pas? Ouvrez grand vos oreilles, vous verrez des anges.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Spirit de Depeche Mode
Depeche Mode en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Depeche Mode en concert au Festival International de Benicassim 2006 (dimanche)
Depeche Mode en concert au Festival Beauregard #10 (édition 2018) - Lundi 9 juillet
Depeche Mode en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2018 - Jeudi 19

En savoir plus :
Le site officiel de Depeche Mode
Le Soundcloud de Depeche Mode
Le Facebook de Depeche Mode


JDG         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2019-11-17 :
Listen in Bed - What's In It For Me ? (Mix #4)
Alma Forrer - L'année du loup
Casagrande - Lucane EP
Emily Jane White - Immanent fire
Ludiane Pivoine - Femme Idéale EP
David Sztanke - Air India
Jae-Hyuck Cho - Bach, Liszt, Widor : Organ Works at la Madeleine

• Edition du 2019-11-10 :
Listen in Bed - Women (émission 4)
Holy Bones - Silent Scream
Tim Linghaus - We were young when you left home
Bazar Bellamy - Jusqu'ici tout va bien
Rich Deluxe - Glam Shots
Manuel Etienne - Imago
Gilia Girasole & Ray Borneo - Stregata / Stregato
David Kadouch - Révolution
Lysistrata - It It Anita - The Eternal Youth - Le Normandy

• Edition du 2019-11-03 :
The Hyènes - Ça s'arrête jamais EP
PHÔS (Catherine Watine & Intratextures) - A l'oblique
Djen Ka - Ils se mélangent
Cyrille Dubois & Tristan Raës - Liszt : O Lieb !
My Favorite Horses - Funkhauser EP
Da Silva - Au revoir chagrin
Pulcinella - Ça
Samy Thiébault - Symphonic Tales
Frustration - So cold streams
Roseaux - Roseaux II
Joséphine Blanc - Interview
Oiseaux-Tempête - Jessica Moss - Grand Mix
 

• Archives :
Magon - Out in the dark
Melatonin - Departures EP
The Verge - Millions Years
Les Wampas - Sauvre le monde
Cléo Marie - La Cadence EP
Corde - Concorde EP
Matéo Langlois - Décoder les cases EP
Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard - Florilège Baroque
Hamon Martin Quintet - Clameurs
Patrick Burgan - Sphère, Le Lac & Vagues
Anne Gastinel & Xavier Phillips - Offenbach 6 cellos duos
Listen in Bed - Déluge (Mix #3)
Listen in Bed - Vinyles, suite (émission 3)
Kaori - A ciel ouvert
Hugo Lippi - Comfort Zone
Flyin' Saucers Gumbo Special - Nothin' But
Yosta - Hybrid
Lunt - Phantom Solids
Festival Nancy Jazz Pulsations #46 (édition 2019) - Dom La Nena - Sarah McCoy
Jean Felzine - Hors l'amour EP
Adam Green - Engine of Paradise
Lady Arlette - Interview
Nilok 4tet & Daniel Zimmermann - A wonder plante to...
Éric Legnini - Six Strings Under
Tahiti 80 - Fear of an acoustic planet
Orouni - Interview
Listen in Bed - The Sopranos (Mix #2)
Listen in Bed - Vinyles (émission 2)
Vanille - Amazona
Parlor Snakes - Disaster Serenades
- les derniers albums (5808)
- les derniers articles (132)
- les derniers concerts (2317)
- les derniers expos (4)
- les derniers films (20)
- les derniers interviews (1079)
- les derniers livres (7)
- les derniers oldies (20)
- les derniers spectacles (8)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=