Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Raveonettes
Pretty in black  (Columbia)  octobre 2005

Evolution naturelle, prise de risques, hommage, réussite…

Voilà autant d'expressions que l'on pourrait utiliser pour décrire Pretty in black ce nouvel album des Raveonettes.

Le deuxième pour certains, le troisième pour ceux qui comme moi considère le EP Whip it on comme leur premier album qui, ceci dit en passant, est absolument indispensable.

Evolution d'abord car ce duo danois a su en l'espace de 2 disques modifier sa formule et s'est désormais transformé en un vrai quintet, avec guests en plus mais nous en reparlerons !

Prise de risques parce que passer de la formule duo à un vrai groupe rock n'est sans doute pas chose facile, la solution de facilité aurait sans doute été le statu quo et se greffer sur la mode des White S. et autres Kills tout en continuant de cracher les décibels saturés à la façon des frangins Reid.

Prises de risque aussi car le groupe change de registre. Même si précédemment, se cachait derrière le mur du son un fort penchant pour les années 60, voire 50 et leurs fameux films de série B (la pochette de Whip it on est exemplaire sur ce point), les Raveonettes ont pris avec ce Pretty in Black un vrai tournant en mettant à la porte les saturations pour nous proposer de superbes mélodies sixties comme on n'en fait plus même aux Amériques et qui ressemblent à des standard oubliés que même Sheila n'ose plus reprendre depuis longtemps.

Hommage bien évidemment puisque cet album est donc résolument tourné vers les années 60. Bien plus qu'un hommage d'ailleurs puisque non contents de composer et interpréter leur chansons dans la plus pur veine spectorienne, les Raveonettes s'offrent le luxe et le bonheur de collaborer avec les plus grands de l'époque. Et quand je dis les plus grands, je devrais dire les plus grandes puisque ce sont Moe Tucker (mythique batteur des Velvet Underground) et Ronnie Spector (épouse de Phil et chanteuse des Ronettes) qui posent percussions ("Red tan") et chants ("Ode to L.A") sur cet album.

Mais plus proche de notre époque c'est Martin Rev de Suicide, autre idole des Raveonettes qui vient également prêter main forte à quelques morceaux de Pretty in black notamment "Here comes Mary" dont l'effet Jesus and Mary Chain (habituel sur les précédents albums du groupe) arrive en parfait contrepoint au reste de l'album.

Hommage enfin aux séries B désuètes et qui font parties de l'univers visuels des Raveonettes (les pochettes de leurs disques rappellent toutes des affichent de films et le logo du groupes a l'aspect des titres de films d'épouvantes de l'époque) sur le "Twilight" dont le titre est à lui seul déjà suffisamment évocateur de l'ambiance sonore du morceau.

Si on rajoute à tout cela des titres entre deux eaux (mi noisy et mi sixties) comme "Somewhere in Texas", "Love in a trashcan", "Sleepwalking" (lui aussi très JAMC) ou encore la très tendre et romantique ballade finale "If I was young" on obtient un des albums les plus réussis et inattendus de cette rentrée à ranger tout près de celui de Richard Hawley qui lui aussi passe les sixties à la moulinette pop moderne.

Et tant pis pour ceux qui ne verraient là qu'effet de mode vintage.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Whip it on de the Raveonettes
La chronique de l'album Raven In The Grave de The Raveonettes
The Raveonettes en concert au Festival International de Benicassim 2005 (samedi)
The Raveonettes en concert au Festival La Route du Rock 2005 (samedi)
The Raveonettes en concert à La Maroquinerie (20 septembre 2007)
The Raveonettes en concert au Festival La Route du Rock 2008 Collection Hiver
The Raveonettes en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
L'interview de The Raveonettes (13 août 2005)

En savoir plus :

Le site officiel de The Raveonettes


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 2 août 2020 : Une petite pause s'impose

Le mois d'août arrive. Sans les festivals, l'actualité culturelle sera plus calme mais nous serons toujours là pour vous tenir compagnie chaque semaine notamment sur Twitch. Commençons par le replay de la Mare Aux Grenouilles #8 (la prochaine sera le 29 août) et bien entendu le sommaire habituel.

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

chez soi avec des comédies blockbusters at home :
"Lady Oscar" de Guillaume Mélanie
"La vie de chantier" de Dany Boon
"Post-it" de Carole Greep
"Mon meilleur copain" de Eric Assous
"L'ex-femme de ma vie" de Josiane Balasko
"Un point c'est tout" de Laurent Baffie
et de l'eclectisme lyrique avec :
"L'Ange de feu" de Serge Prokofiev revisité par Mariusz Trelinski
les antipodes stylistiques avec "L'Enfant et les Sortilèges" de Maurice Ravel par James Bonas et "Dracula, l'amour plus fort que la mort" de Kamel Ouali
et le concert Hip-Hop Symphonique avec des figures du rap et l'Orchestre Philharmonique de Radio France

Expositions :

en virtuel :
"Warhol" à la Tate Modern de Londres Exhibition Tour avec l'exhibition tour par les commissaires et et 12 focus
"Plein air - De Corot à Monet" au Musée des impressionnismes de Giverny
avec l'audioguide illustré ainsi qu'une approche en douze focus
en real life :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
du vintage avec la version restaurée de "Quelle joie de vivre" de René Clément
un documentaire "Dawson City : le temps suspendu" de Bill Morrison
des films récents dans son salon :
"Hauts les coeurs !" de Solveig Anspach
"La Famille Wolberg" de Axelle Ropert
"Pieds nus sur des limaces" de Fabienne Berthaud
"Le Voyage aux Pyrénées" de Jean-Marie Larrieu et Arnaud Larrieu
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La promesse" de Luc et Jean-Pierre Dardenne

Lecture avec :

"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 20 septembre 2020 : Orages ...ô des...espoirs !
- 13 septembre 2020 : On ira où tu voudras quand tu voudras
- La Mare Aux Grenouilles #10
- 6 septembre 2020 : On danse au bal masqué
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=