Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce High Life
Claire Denis  novembre 2018

Réalisé par Claire Denis. Franc,/Allemagne/Grande-Bretagne/Pologne. Science-fiction. 1h50. (Sortie 7 novembre 2018). Avec  Robert Pattinson, Juliette Binoche, André Benjamin, Mia Goth, Agata Buzek, Lars Eidinger, Claire Tran et Ewan Mitchell..

Que nous reste-t-il à découvrir de l’espace au cinéma ? Depuis plusieurs années, les films se déroulant au-dessus de la planète bleue sont légions : films de survie (au choix, dans une navette pour "Gravity" de Alfonso Cuarón, ou dans une station spatiale, pour le Matt Damon amaigri de "Seul sur Mars", de Ridley Scott), films d’horreur ("Life" de Daniel Espinosa, dans la lignée des "Aliens"), romance mâtinée de film-catastrophe ("Passengers" de Morten Tyldum), biopic ("First Man", de Damien Chazelle, où Ryan Gosling campe avec mutisme Neil Armstrong).

Une multitude de projets, qui ne font pas oublier ces grands piliers de la métaphysique que sont "2001, A Space Odyssey" de Kubrick et "Solaris de Tarkovski. Le genre n’est en revanche guère traité en France, et voir une cinéaste comme Claire Denis s’y frotter a de quoi susciter l’intérêt.

Claire Denis, au milieu de toute cette profusion extra-terrestre, parvient, avec "High Life" à inventer quelque chose de nouveau. On la sent soucieuse d’éviter tous les clichés accolés au genre, et d’échapper aux catégories préexistantes.

Dans cette dystopie, le vaisseau spatial est devenu une prison laboratoire, où les marginaux, les junkies, les rebuts de la société sont à la disposition d’une infirmière spécialisée dans la fertilité. La terre, semble-t-il, est trop irradiée pour que naissent les bébés, et ce sont les corps jeunes des délinquants qui deviennent le nouveau terreau d’où doit pousser une nouvelle génération. Quand commence le film, ils ne sont plus que deux : Monte (Robert Pattinson) et Willow, sa fille, encore un bébé.

Alors qu’il répare le vaisseau, Monte reste en contact avec son bébé, à l’intérieur de l’engin. Il lui parle, l’apaise, tandis que s’ouvre sous lui un gouffre noir, profond, sans étoiles. L’espace n’est plus seulement cet infini aux silences effrayants : dans le casque de l’astronaute résonnent les pleurs de l’enfant, un impératif de vie, une exigence. Le temps, dans l’espace, n’est pas le même que sur terre.

Les jours se ressemblent, on ne compte pas en mois, mais simplement en jours ; regardant les étoiles, le personnage dit ne plus supporter plus cette avancée du vaisseau qui ressemble à un recul. Dans l’espace, le temps est inversé ou annihilé ; il n’y a plus ni jour, ni nuit : le monde est fermé ou obscur.

L’existence du bébé, c’est alors le retour à un temps terrestre. C’est un corps qui grandit, jour après jour. Sur le sol froid du vaisseau, l’enfant fait ses premiers pas. Des petits pieds nus, potelés, filmés en gros plan : un être qui avance, qui restitue à son père son humanité en le rendant au temps, comme son potager le rend à la terre.

Cette scène témoigne également de la fascination de Claire Denis pour le mélange produit par la rencontre entre le corps humain et la machine. Dans ce film, chair et mécanique font corps. Les fluides humains semblent parcourir l’organisme de ce vaisseau, à l’image des liquides blanchâtres qui sortent de la "fuck box" où les personnages peuvent assouvir leurs pulsions, ou des tubes d’eau marron que l’infirmière (Juliette Binoche) remplit consciencieusement.

Tous ces fluides humains traversent le film : au sperme fait écho le lait maternel, dans cette séquence saisissante où une jeune femme (Mia Goth) regarde son corps se couvrir du liquide blanchâtre qu’elle sécrète malgré elle. Le désir même passe par la mécanique, à l’image du godemiché métallique de la "fuck box". Cette rencontre fantasmatique de l’homme et de la machine n’est d’ailleurs pas sans évoquer le cinéma de David Cronenberg, où le fantasme ultime réside dans l’accouplement, la fusion entre chair et mécanique.

La chair, dans ce laboratoire, n’est jamais partagée. Juliette Binoche, plus bacchante que Mélisande, est décrite comme la « chamane du sexe », une sorcière qui force les naissances, une vampire qui a remplacé le sang par le sperme (une lointaine descendante de l’héroïne de "Trouble every day" ?).

Dans une séquence assez lourde, Claire Denis filme le dos de cette femme dont les muscles contractés évoquent la sculpture de Rodin, ses longs cheveux en désordre la ramenant à un état animal, comme le fait la fourrure sur laquelle elle est assise. Elle est appel constant au désir, sans que jamais ce désir ne puisse se réaliser : hommes et femmes sont minutieusement séparés, la fécondation est scientifique.

Quand la rencontre entre les chairs a lieu, c’est de manière criminelle : une tentative de viol sur une détenue, un autre viol, qui est aussi un vol, perpétré contre Monte. Endormi, Robert Pattinson est caressé par l’infirmière ; elle passe sa main sur son bras, dans un geste qui n’est pas sans évoquer l’attraction que les avant-bras de Vincent Lindon suscite chez Valérie Lemercier dans "Vendredi soir". Mais ici, l’attraction n’est pas partagée, et la caresse est volée.

Mais, face à cette terrifiante froideur, Claire Denis filme aussi des corps vivants. Ce sont des chairs qui saignent, qui sont blessées : l’infirmière et Monte ont en partage une cicatrice profonde, Willow adolescente a ses règles. Il y a une chaleur de ces chairs ; la cinéaste filme longuement le bras de Willow, cette main trop petite pour attraper les barreaux d’une échelle.

Le corps de Monte et celui de sa fille sont les seuls qui parviennent vraiment à échanger l’un avec l’autre : les bras nus du père entourent son enfant dans son sommeil. On pense à "Beau travail", devant le spectacle de ce corps nu dans un nouvel Eden, scruté (désiré ?) par sa fille, dans ce vaisseau où la relation pourrait, peut-être, devenir trouble.

Dans cet espace, notre corps a-t-il un poids ? Un détenu allongé a laissé la marque de son corps sur la terre, une vision qui s’oppose à la descente si lente, si silencieuse, des corps dépourvus de masse qui sont jetés dans l’espace, pareils à de gros cocons laiteux. L’espace a quelque chose de doux, d’englobant, un cimetière où l’on tomberait sans s’arrêter jamais.

Pourtant, face à ce noir au silence saisissant, Claire Denis préfère finalement l’éblouissement.

 

Anne Sivan         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot
- 16 février 2020 : Pour les amoureux de culture
- 9 février 2020 : On se calme et on se cultive
- 2 février 2020 : Place aux crèpes
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=