Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Adieu aux armes
Frank Borzage  novembre 2018

Réalisé par Frank Borzage. Etats Unis. Drame. 1h25 (Sortie le 14 novembre 2018 en version restaurée - Première sortie 1932). Avec Helen Hayes, Gary Cooper, Adolphe Menjou, Mary Philips, Blanche Friderici, Mary Forbes, Gilbert Emery et Jack LaRue.

Le centenaire de la fin du premier conflit mondial est l'occasion de revoir des films mythiques qui traitent de la question. Tiré du célèbre roman d'Ernst Hemingway, "L'Adieu aux armes" de Frank Borzage est un classique qu'il faudra revoir en s'attendant à être forcément un peu déçu.

Car le cinéma de Frank Borzage, un des grands noms Hollywood, et par ailleurs l'un des grands maîtres de la franc-maçonnerie californienne, est pétri d'ambitions qui font que son film n'a rien d'une œuvre de série tout en s'écartant des stéréotypes communs au pré-cinéma de l'âge d'or hollywoodien.

Ainsi, dans "L'Adieu aux armes", la guerre n'est filmée qu'avec parcimonie et de manière plutôt stylisée. Pas question de grandes reconstitutions de batailles, d'héroïsme forcené et d'amour glamour. Quand Gary Cooper est blessé dans une explosion, ce n'est pas quand il s'expose à des tirs ennemis mais quand il est en train de manger.

Si sa partenaire, Helen Hayes, qui abandonnera bien vite Hollywood (malgré deux Oscars) au profit des scènes de Broadway, n'est pas une star telle qu'elles seront créées au cours des années 30, elle convient bien à un film d'avant l'application du Code Hays où la sensualité n'a rien à voir avec le physique.

Que Gary Cooper puisse être amoureux de ce petit bout de femme, alors qu'il est présenté comme un noceur qui accompagne son ami Adolphe Menjou "chez les filles", laisse à penser qu'elle a d'autres arguments à faire valoir que sa plastique.

Pareillement, le thème majeur du roman d'Hemingway (l'envie de fuir cette boucherie par amour) n'est pas très conforme à la vision patriotique de la guerre de 1914-1918 selon Hollywood. D'autant plus que le supérieur de Gary Cooper, Adolphe Menjou est prêt à couvrir sa désertion.

Encore une fois, il ne faut pas oublier que le film est de 1932 et que son contenu n'est pas alors frappé par l’insupportable censure du Code Hays. On peut ainsi, avant son application en 1933, être antimilitariste, montrer des amours adultérins et critiquer la religion.

Dans "L'Adieu aux armes", Helen Hayes est infirmière et se dévoue pour les soldats blessés... mais pas question de "pêcher" et de tomber enceinte car elle serait impitoyablement exclue de son emploi.

Borzage, on le sait, était un progressiste et un libre penseur. Il ne cesse de montrer les méfaits de l'obscurantisme religieux et insuffle aux personnages de son film l'amour de la liberté, en particulier celui de la liberté de conscience. Ils ne sont pas mus par devoir (religieux ou patriotique) mais par leur pensée personnel et leur propre éthique.

Tout cela n'est pas propice à un récit lisse et sans aspérité. Le film est donc plutôt heurté et les motivations des personnages étant la passion plus que la raison parfois imprévisibles. Reste une photographie exceptionnelle de Charles Lang où peut se lire la dialectique entre l'obscurité et la lumière chère à Borzage.

Au bout du compte, et du mélo qui l'emporte dans un final où le spectateur est amené à sortir son mouchoir, "L'adieu aux armes" de Frank Borzage n'usurpe pas sa réputation et la présence de Gary Cooper n'y est pas pour rien.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 7 juin 2020 : Venez voir des concerts

Depuis le confinement, Froggy's Delight vous propose un concert par semaine, chaque jeudi en fin d'après midi. Le prochain sera celui de Yvonne La Nuit, le 11 juin à 19h sur la chaine Twitch de Froggy's Delight. Soyez nombreux, c'est gratuit mais une cagnotte existe pour l'artiste. On compte sur vous. Pour le reste voici le sommaire.

Du côté de la musique :

"Domesticated" de Sébastien Tellier
"Polychrome sounds from the underground" de Song Song
"Hara" de Datcha Mandala
"Oxurya" de Fontiac
"Plus rien" mix #16 de notre émission Listen In Bed
"Raviolo" de Mc Baise
"Acapas" de Olivier Savaresse
"Herencia" de Quinteto Respiro
"Les 1001 nuits du jazz" de Raphael Imbert, Johan Farjot & guest
"Chant de force" de YN
et toujours :
"Nunataq" de Alexandre Herer
"Vodou Alé" de Chouk Bwa & The Angstromers
"Wallsdown" de Enzo Carniel
Interview de Jo Wedin et Jean Felzine à l'occasion de leur concert sur la Froggy's TV
"Pictures of century" de Lane
"Lullaby (mix #15)" nouvelle émission de Listen In Bed à écouter
"Introssessions" de Minhsai
"Guinea music all stars" de Moh! Kouyaté
"Parcelle brillante" de Orwell
"Evocacion" de Quatuor Eclisses
"Is this natural" de Tazieff
"EP 2" de The Reed Conservation Society

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec

un spécial Jean-Michel Ribes :
"René l'énervé"
"Musée haut, Musée bas"
"Théâtre sans animaux"
"Les nouvelles brèves de comptoir"
des créations contemporaines :
"Xu" de et par Jean-Claude Leguay, Christine Murillo et Grégoire ?stermann
"Devise" de François Bégaudeau
"Comparution immediate" d'après des textes de Dominique Simonnot
"La Vie va où ?..." de et par Michèle Guigon
de la comédie :
"Comment devenir une mère juive en dix leçons" de Dan Greenburg
"Le Schmilblick !" de Jacques Pessis
"La croisière ça use !" de Emmanuelle Hamet
Au Théâtre ce soir :
"Bisous Bisous" de Marc Camoletti
"Rumeurs" de Neil Simon
du côté des humoristes :
"Kyan Khojandi - Pulsions"
"Les Toi Zé Moi"
des classiques et modernes revisistés :
"Phèdre" par Patrice Chéreau
"Figaro divorce" par Christophe Rauck
"La bonne âme du Setchouan" par Stuart Seide
"L'Avare" en afghan mes par Hélène Cinque

Expositions :

voir des expositions en "real life" avec la réouverture progressive des musées :
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
voir et revoir en e-mode:
"Goya, génie d?avant-garde, le maître et son école" récemment à l?Eglise des Jacobins d'Agen
et en visite guidée "Toutânkhamon, le Trésor du Pharaon" à la Grande Halle de La Villette
s'éloigner de Paris en direction du Château d'Écouen pour découvrir les trésors du Musée national de la Renaissance
puis au Musée du Temps de Besançon pour la visite virtuelle de l'exposition "Toni Time is Tomi | Tomi Ungerer, le temps en héritage"
franchir les frontières en direction du Musée d'art de Girone en Espagne pour la visite de ces cinq niveaux de monstration
et en Autriche avec les dix visites du Musée du Belvedere de Vienne
enfin voguer au long cours vers la Corée avec le Musée d'art moderne de Gyeonggi en Corée du sud
et le Nam June Paik Art Center de Yongin-si dédié à cette figure tutélaire du Groupe Flexus et du mouvement d'art vidéo
et revenir à Paris pour la visite des collections du Musée du Quai Branly

Cinéma at home avec :

de la comédie :
"La Cage aux Folles" de Edouard Molinaro
"Béru et ses dames" de Guy Lefranc
des comédies dramatiques :
"La moustache" d'Emmanuel Carrière
"Pieds nus sur les limaces" de Fabienne Berthaud
"La promesse" de Jean-Pierre et Luc Dardenne
de la romance
"Dans Paris" de Christophe Honoré
"La Fée" de Dominique Abel, Fiona Gordon et Bruno Romy
de l'action avec "Railroad Tigers" de Ding Sheng
du drame :
"Intrusion" de Andrew Renzi
"Wajda" de Haifaa al-Mansour.
de l'horreur "Le chasseur de démons" de Mike Mendez
et clôre sur une rareté : "Fantasmagorie" d' Emile Cohl considéré comme l'un des premiers dessins animés

Lecture avec :

"De Wagner à Hitler" de Fanny Chassain-Pichon
Entrevue avec Fanny Chassain-Pichon
"L'enfer commence avec elle" de John O'Hara
et toujours :
"BeatleStones" de Yves Demas & Charles Gancel
"L'obscur" de Phlippe Testa
"La géographie, reine des batailles" de Philippe Boulanger
"Trouver l'enfant / La fille aux papillons" de René Denfeld

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 2 août 2020 : Une petite pause s'impose
- La Mare Aux Grenouilles #08
- 26 juillet 2020 : Que le spectacle (re)commence
- 19 juillet 2020 : Un air de vacances
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=