Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Meiji - Splendeurs du Japon impérial
Musée national des arts asiatiques-Guimet  (Paris)  Du 17 octobre 2018 au 14 janvier 2019

Dans le cadre de l'événement "Japonismes 2018 - Les âmes en résonance" initié par le gouvernement japonais pour la célébration du 160ème anniversaire des relations diplomatiques entre le Japon et la France qui correspond également à la commémoration du 150ème anniversaire de l’Ere Meiji, le Musée national des arts asiatiques-Guimet propose, avec la collaboration de la Khalili Collection of Japanese Art, l'exposition "Meiji, splendeurs du Japon impérial" qui contitue une immersion dans la production foisonnnante de cette époque.

Le commisariat est assuré par Sophie Makariou et Michel Maucuer, respectivement présidente et conservateur audit musée, qui ont procédé à une sélection de plusieurs centaines de pièces retraçant le bouleversement artistique intervenu tant au plan national qu'international en symbiose avec la novation politique nippone.

Meiji, royaume des arts, de la tradition à la modernité

Au milieu du 19ème siècle, le déclin du shôgunat concourt à la renaissance d'un Japon impérial sous l'égide de l'empereur Mutsuhito qui ouvre la période historique de l'Ere Meiji (1868-1912) au cours de laquelle l'Etat unifié se positionne dans le monde moderne en renonçant à une autarcie séculaire.

A l'aune du soleil rayonnant qui orne son drapeau, il se lance dans une vaste entreprise expansionniste qui inclut l'industrialisation, l'ouverture au commerce international et la reconnaissance de son identité culturelle qui se traduit par le soutien de l'Etat et l'institutionnalisation des pratiques artistiques pour valoriser le patrimoine national et produire des pièces d'excellence destinées à l'exportation.

Celle-ci passe notamment par la participation assidue aux expositions universelles pour lesquelles sont réalisées des pièces de prestige et d'excellence destinées à capter l'attention et attiser la curiosité des visiteurs, marchands et collectionneurs occidentaux.

La volonté de valorisation et de diffusion des arts et artisanats traditionnels n'est pas exempte de pragmatisme commercial qui conduit à un syncrétisme éclairé par l'adoption de techniques nouvelles pour, tout en conservant les spécificités nippones, et en particulier la sophistication esthétique, s'adapter au goût du marché extérieur.

Ainsi, au plan pictural, l'accent est mis sur le renouveau de la peinture traditionnelle et le culte de l'estampe avec la réactivation de l'Ecole Rinpa, célébrée par l'exposition concomittante "Trésors de Kyoto - Trois siècles de création Rinpa" au Musée Cernushi.

Mais également sur l'émergence d'un style pictural nouveau, le "Nihonga", qui, tout en conservant les codes de l'art de peindre à la japonaise au lavis d’encre et pigments pour élaborer des jeux de brillance et de transparence tout en intégrant des influences décoratives occidentales telle l'utilisation de la feuille d'or.

Pour un autre des beaux-arts, celui de la sculpture, à la réalisation d'objets de petit format à fonction décorative ou religieuse se substituent des œuvres monumentales commémoratives, célébrant des hauts faits guerriers, ou purement décoratives telles des brûle-parfums en forme d'aigle, de faucon ou de dragon, attestant de la virtuosité des artistes dans le travail du métal.

Quant aux artisanats de prédilection, ils sont érigés en artisanats d'art. La laque se renouvelle avec une hybridation de la peintre et du maki-e mais sa longue durée de fabrication freine sa diffusion et l'exportation concerne essentiellement les laques anciennes.

L'émail connaît un âge d'or avec la production de pièces tridimensionnelles en émail cloisonné, parfois sans cloison apparente, qui rivalisent d'exubérance décorative.

L'exposition présente un nombre important d'oeuvres en céramique qui connaît à cette époque une production intensive de luxueuses pièces de grande taille à l'esthétique épurée et sous influence des mouvements artistiques occidentaux, dont l’Art nouveau, réalisées avec une superbe déclinaison des motifs ancestraux du vocabulaire floral, dont celles sublimes réalisée avec le procédé de glaçure chinoise.

Une autre caractéristique de cette période tient à la promotion de la culture populaire du fantastique, avec fantômes, monstres et démons, véhiculée par des artistes tel Hokusaï, Kuniyoshi, auquel, en 2016, le Petit Palais a consacré une rétrospective monographique ("Fantastique ! Kuniyoshi, le démon de l'estampe") et Kyosai au style exubérant.

La production artistique de l'Ere Meiji donna naissance à la vogue du japonisme qui a induit la création de pièces "japonisantes" tant au Japon qu'en Europe.

Et, pour clore l'éblouissante monstration, les commissaires invitent le visiteur à une interactivité ludique en dissociant les cartels des oeuvres pour deviner leur provenance.

 

En savoir plus :

Le site officiel du Musée Guimet

Crédits photos : MM avec l'aimable autorisation du Musée Guimet


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots
- 10 mars 2019 : On vote pour le plein de nouveautés.
- 3 mars 2019 : The Colour of Spring
- 24 février 2019 : comme un air de vacances
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=