Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce L'Avant-dernier des hommes
Lavoir Moderne Parisien   (Paris)  novembre 2018

Monologue dramatique de Valère Novarina dit par Claude Merlin dans une mise en scène de Claude Buchvald.

Le comédien Claude Merlin interprète, dans une mise en scène de Claude Buchvald, le monologue "L’Avant-dernier des hommes" adapté d’un chapitre de "La Chair de L’homme" de l’écrivain franco-suisse Valère Novarina dans une fidélité entière à l’univers de l'auteur avec lequel il a collaboré.

"En parlant je suis devenu sujet des objets". Ces objets sont autant de prétexte à l’exploration du langage qui se déploie sur un plateau nu.

Seule une table occupe, en avant côté jardin, le périmètre de jeu. "Remettre mon corps en moi", comme si cette extériorisation continue de la langue, en interaction avec des objets hétéroclites déversés dès l’entrée en scène du comédien, et dans les allez-venus entre le "je" et le "il" puisse permettre à l’homme de reprendre contact avec son essence intime.

Le vide, vide de l’espace et de l’homme ? La langue, ici maniée, déformée, parfois douloureuse dans la frénésie avec laquelle elle est déployée, occupe le vide que représente ce grand espace scénique sans délimitations.

Dans cette performance, la langue s’échappe, presque malgré elle, de la bouche exaltée du comédien. Cet état de création malgré soi, dans la frénésie d’être devenu autre décrite par Valère Novarina dans son processus créatif, est exposé dans une proximité exploitée par la mise en scène.

Dans une puissante dynamique de transmission, Claude Merlin établit avec le public un dialogue humain théâtral dans lequel il mobilise la force de l’"intime conviction" de son incarnation autant que de l’"adresse" à un auditoire qu’il sollicite constamment du regard.

La solitude de cet avant-dernier des hommes le pousse pour la tromper à une exploration viscérale pour faire émerger la langue, pouvant passer par l’insensé pour illustrer le désordre créateur, le chemin de la recherche.

Cette langue, prose poétique, est une délectation pour celui qui la partage, autant que pour le spectateur emporté par ses retrouvailles avec l’auteur. Les mots sont, dans le regard malicieux de Claude Merlin, empreints de délice dans leur déploiement quand les objets finissent par apparaitre comme prétexte au plaisir savoureux de leur expression.

Rendez-vous où l’on retrouve avec jubilation la "novlangue" que Claude Merlin maitrise avec virtuosité, dans une tension de l’espace maintenu par la langue et urgence de la dire égale à la beauté de cette réincarnation.

A l’issue de cette représentation reste une évidence, cet avant-dernier homme bouleverse.

 

J. Wattel
 

        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-02-16 :
Les Faucheuses - Comédie Nation
Le petit résistant illustré - Théâtre Essaion
La Collection - Théâtre L'Etoile du Nord
Mon Olympe - Théâtre de Belleville
Hedda - Théâtre de Belleville
Correspondance avec la Mouette - Théâtre Les Déchargeurs
Roi du silence - Théâtre Les Déchargeurs
Dans les forêts de Sibérie - Théâtre Poche-Montparnasse
Ciel mon Paris ! - Théâtre Poche-Montparnasse
Ni couronne ni plaque - Théâtre de Belleville
Aime-moi - Théâtre de Belleville

• Edition du 2020-02-09 :
Macbeth - Théâtre Essaion
Faire semblant d'être normaux - Théâtre Les Déchargeurs
Un amour de jeunesse - Théâtre de la Renaissance
Eva Rami ! T'es Toi ! - Théâtre de la Huchette
Supervision - Théâtre 14
Félix Radu - Les mots s'improsent - Théâtre des Mathurins
Viel chante Barbara - Théâtre Essaion
 

• Archives :
LES SPECTACLES - Février 2020
A la recherche du temps perdu - Théâtre de la Contrescarpe
Huis Clos - Théâtre de l'Epée de Bois
Mamma, sono tanto felice... - Lavoir Moderne Parisien
Uncanny Valley - Centre Culturel Suisse
Slpendeur - Théâtre 71
Rien plus rien au monde - Théâtre de la Contrescarpe
C'est bizarre l'écriture - Théâtre Les Déchargeurs
Est-ce que j'ai une gueule d'Arletty ? - Théâtre du Petit Montparnasse
François Rabelais - Théâtre Essaion
Aimez moi - Théâtre Les Déchargeurs
Les Bains macabres - Théâtre Athénée-Louis Jouvet
Mudith Monroevitz - La Nouvelle Seine
Choses vues - Théâtre de Poche-Montparnasse
Marie des Poules, gouvernante chez George Sand - Théâtre du Petit Montparnasse
Olivia Moore - Egoïste - La Nouvelle Seine
La Lune en plein jour - Théâtre de la Huchette
Le Paradoxe sur le comédien - Théâtre La Croisée des Chemins - Belleville
Le hasard merveilleux - Théâtre de la Contrescarpe
Trop de jaune - Studio Hébertot
Attention Les Apaches ! - Théâtre Athénée-Louis Jouvet
Blønd and Blõnd and Blônd - Hømåj à la chønson française - Café de la Danse
Vive la Vie - Théâtre Gaité Montparnasse
Deux euros vingt - Théâtre Rive Gauche
Un Tramway nommé Désir - Théâtre La Scène Parisienne
Oh Maman ! - Théâtre La Scène Parisienne
Le Fantôme d'Aziyadé - Théâtre Le Lucernaire
Mon Isménie - Théâtre de Poche-Montparnasse
Norma Djinn - Théâtre Montmarte-Galabru
La Paix dans le monde - Manufacture des Abbesses
- les derniers (3)
- les derniers albums (5)
- les derniers articles (4)
- les derniers concerts (8)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (3)
- les derniers spectacles (6840)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=