Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Coloris Vitalis
Théâtre de l'Union  (Limoges)  novembre 2018

Solo clownesque écrit par Catherine Lefeuvre, direction de Catherine Lefeuvre et Jean Lambert-wild, avec Jean Lambert-wild et la participation de Jean Meyrand.

Après "Un clown à la mer", Jean Lambert-wild, toujours dans la peau de Gramblanc, revient dans "Coloris Vitalis", un second spectacle lui aussi d'une durée de 45 minutes, lui aussi en compagnie de Jean Meyrand prêt à satisfaire ses désirs.

Bien qu'on pourrait se perdre dans le jeu des correspondances entre les deux spectacles et prétendre qu'il n'en forme qu'un, on respectera le vœu de son interprète qui préfère considérer qu'ils sont totalement indépendants.

Et c'est en effet un dispositif différent qui frappe d'emblée dans "Coloris Vitalis". Gramblanc est dans une grande robe bleue à rayures blanches, à l'instar du pyjama d'"Un Clown à la mer". Mais cette fois-ci, il est sur un plot. Statique, il a l'air d'être une statue guerrière bénéficiant d'un éclairage subtil de Claire Debar-Capdevielle.

Sur sa robe frappent surtout de petites poches de baudruche rouge vif disseminées çà et là. Rien que dans son attitude, il paraît moins cool que tout à l'heure. Il semble irrité, prêt à en découdre, prêt à déverser son fiel sur tout et sur tous. Ce clown sans couleurs a quelque chose de célinien. Il insulte les spectateurs, en cible un dans un rai de lumière, l'accuse d'être un "barbouilleur".

Se découvre alors toute entière sa face B de clown méchant et neurasthénique. Souffrant d'une maladie orpheline liée à la couleur, il postillonne sa haine de l'autre, le coloré...

Peut-on guérir un clown malade ? C'est la problématique de "Coloris Vitalis" qui repose totalement sur l'interprétation de Jean Lambert-wild. Chevalier à la triste figure enfarinée ou Madame Butterfly à l'éventail, il cherche sa voie dans l'épique ou dans le pathétique.

Comme dans la chanson de Gianni Esposito, "le clown se meurt", faut-il alors pleurer ou applaudir ? Comment comprendre le mouvement dialectique qui fait que le clown blanc oscille entre la terne grisaille et le trop-plein de couleurs ?

Ce manichéisme intenable ne peut évidemment finir que par une explosion... Les petites poches de baudruche rouge vif ne cachent-elles pas un dispositif explosif ? On en dira pas plus : "Coloris Vitalis" est une "entrée clownesque" d'une grande force.

Est-elle nécessairement comique ? Elle fait bien le pendant au "Clown à la mer", n'en déplaise à Jean Lambert-wild et Catherine Lefeuvre. Elle touche car on sait que le clown, par essence, ne joue jamais à faire semblant.

Elle touche aussi parce que le texte de Catherine Lefeuvre a une qualité littéraire rare. Louis-Ferdinand Céline n'est pas loin, il attend quelque part Gramblanc au tournant. L'attente ne sera pas forcément très longue.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco

• Edition du 2020-05-24 :
Shortcom à gogo -
 

• Archives :
A tort et à raison - Théâtre Hébertot
L'Ecole des Femmes - Théâtre national de l'Odéon
Vivement Noël - Théâtre de la Girandole
Le Sommelier - En tournée
Peer Gynt - Théâtre Les Gémeaux
Fleur de cactus - Théâtre Antoine
Art - Comédie des Champs Elysées
Folie baroque - Théâtre Le Funambule-Montmartre
Hernani, brigand de la pensée ! - Lavoir Moderne Parisien
Le Misanthrope - Théâtre national de Strasbourg
Les Survivantes - Théâtre 13/Jardin
L'Ecume des jours - A La Folie Théâtre
Voodoo Sandwich - Centre Culturel Suisse
Oh les beaux jours - Studio Hébertot
J'aurais aimé savoir ce que ça fait d'être libre - Théâtre de Belleville
Toute l'Histoire de la peinture en moins de deux heures - Théâtre de l'Atelier
Eugénie Grandet - Théâtre 13/Seine
Les Innocents, Moi et l'Inconnue au bord de la route départementale - Théâtre de la Colline
Penthésilée - Théâtre de Sartrouville et des Yvelines
Mon fils marche juste un peu plus lentement - Manufacture des Abbesses
Je ne vous aime pas - Théâtre Les Déchargeurs
Un espoir - Théâtre Athénée-Louis Jouvet
V.I.T.R.I.O.L. - Théâtre de la Tempête
L'Eveil du printemps - Théâtre L'Etoile du Nord
Anne-Marie la beauté - Théâtre de la Colline
Toute nue - Variation Feydeau Noren - Théâtre Paris-Villette
Kadoc - Théâtre du Rond-Point
Mon dîner avec Winston - Théâtre du Rond-Point
L'Ombre - Théâtre du Gymnase
Melle Julie # Meurtre d'âme - Théâtre de la Girandole
- les derniers (3)
- les derniers albums (5)
- les derniers articles (4)
- les derniers concerts (8)
- les derniers expos (2)
- les derniers films (3)
- les derniers interview (1)
- les derniers interviews (264)
- les derniers livres (3)
- les derniers spectacles (6890)
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=