Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nicolas Vidal
Interview  (Paris)  mercredi 10 octobre 2018

Rencontre avec Nicolas Vidal à la suite de la sortie de son album Bleu Piscine, l'occasion d'une session Froggy's Delight.

Nous venons d’écouter à l’instant trois de tes titres à l’occasion de la Froggy’s Session que tu viens d’enregistrer. Pour ceux qui ne te connaîtraient pas encore, peux-tu nous résumer un petit peu ton parcours ?

Nicolas Vidal : Je suis originaire de Bordeaux et je suis venu habiter à Paris il y a près de vingt ans. C’est à cette époque-là d’ailleurs que j’ai commencé à faire de la musique. Au départ, je pensais plutôt faire du théâtre, car j’écrivais pas mal. Je suis arrivé à la musique par le texte. J’ai commencé à rencontrer des compositeurs, car je n’étais pas encore musicien et ne pratiquais aucun instrument. Je suis complètement autodidacte.

Puis une envie de pratiquer un instrument justement, de chanter, de composer ?

Nicolas Vidal : Pas directement. J’avais juste envie d’écrire et un ami musicien qui avait lu mon travail m’a encouragé à faire des chansons. Il a composé sur mes textes. J’ai trouvé ça génial et me suis pris au jeu. Ensuite, à l’occasion d’une création théâtrale, j’ai pu intégrer ces chansons à mon spectacle de l’époque. Les retours étant plutôt positifs, je me suis lancé pour un premier concert. Heureux de cette expérience, j’ai eu envie de m’essayer à la composition par mes propres moyens et donc, je me suis mis à pianoter un peu.

Etant donné que tu es arrivé à la musique par le texte, peut-on dire que le français était une évidence ?

Nicolas Vidal : Oui. Même si j’ai fait quelques essais de chansons en anglais, mais j’écris plus spontanément en français.

Peux-tu nous parler un peu de ton univers musical ? Pourquoi avoir choisi la "french pop" comme vecteur d’expression ?

Nicolas Vidal : J’ai sorti 3 albums. Mon premier est paru en 2011 et s’appelait Des Ecchymoses. Il était déjà pop, mais avec un son un peu plus rock qu’aujourd’hui, dans le sens où j’avais intégré pas mal de guitares. A partir du second, les claviers ont pris beaucoup plus de place. Mon attirance pour la French Pop me vient tout simplement de mes origines et de ma culture musicale. Déjà tout jeune, j’ai été bercé à ça. Ma première idole était Lio. J’ai toujours aimé le côté pétillant de la pop, faussement naïf, faussement léger. Tour à tour, j’ai été fan d’Elli et Jacno, d’Alain Chamfort, d’Etienne Daho… Ce sont des artistes qui ont vraiment nourri cette culture musicale. Spontanément, j’ai rejoint ce style de musique là, parce que c’est celui que j’aime.

Du coup, sur scène, tu peux te produire en formation légère, accompagné de machines et cela te permet d’avoir un son plus actuel, ce qui ne gâche rien ?

Nicolas Vidal : Bien que j’aime l’exercice du piano voix, je ne me sens pas suffisamment bon pianiste pour performer longtemps dans cette formule. Les disques se vendent moins, les productions sont plus électro, faites à moindre budget en home-studio. Le public qui écoute très peu les petites prods indés de nos jours, peut quand même profiter de ce travail d’arrangement dès lors qu’il est intégré au live. Brancher un iPod ou un iPad sur scène ne m’a jamais posé de problème, d’autant plus que tout le monde le fait désormais, de Christine and the Queen à Eddy de Pretto. J’ai fait un gros travail d’arrangements avec Valentin Aubert et heureusement celui-ci peut être entendu lors de mes concerts. Alors cela ne gâche rien, en effet.

Comment as-tu rencontré Constance Pettreli avec qui tu te produis actuellement en duo sur scène ?

Nicolas Vidal : Constance avait un projet qui s’appelait Une femme mariée à l’époque. Un ami en commun José nous a présenté pensant que ça pourrait coller entre nous. Nous avancions toujours de manière à peu près synchronisée avec Constance, nous avons sorti nos premiers et deuxièmes albums à peu près en même temps. Du coup, c’est quelqu’un qui a été un soutien très important pour moi. Je n’ai pas énormément d’amis(es) musiciens(nes), mais avec Constance on a vraiment été solidaire. On est devenu proches, avons partagé des plateaux tout d’abord, puis l’idée d’un projet en commun et né. On s’est mis à composer ensemble. Sur mon titre "John" par exemple, j’ai écrit le texte, mais nous avons créé la musique tous les deux. Nous avons aussi co-écrit ou co-composé pour Emma Solal. C’est vraiment quelqu’un avec qui j’aime travailler.

Comment structures-tu ton projet scénique ? As-tu un volume de concerts suffisant ?

Nicolas Vidal : Cela se fait surtout au gré des opportunités. A la base, je ne suis pas un fan de scène. Je ne m’y sentais pas complètement dans mon environnement. Je commence seulement à apprécier un peu plus maintenant. A l’époque du deuxième album, je jouais tout le temps seul et je ne trouvais pas ça très agréable. C’est mieux de partager le live avec des personnes autour de soi, ça motive. Le concert que nous avons donné dernièrement avec Constance au Bus Palladium m’a vraiment donné envie de jouer un peu plus souvent.

Tu as choisi de reprendre la chanson "Tes états d’âmes Eric", peux-tu nous parler un peu de cette chanson ?

Nicolas Vidal : A l’origine, le groupe s’appelait Luna Parker. Ils ont sorti un très bel album de pop au milieu des années 80, mais il n’y pas eu d’autres tubes sur ce projet à ma connaissance, et le groupe s’est arrêté. J’adore le texte et cette chanson, je trouve la mélodie imparable. Constance avait travaillé la partie piano et joué la chanson à l’occasion d’un concours de reprises à Paris. Nous avons décidé finalement de la reprendre ensemble, en version piano voix et de l’intégrer à mon répertoire.

Comment te retrouver, quelle est ton actualité ?

Nicolas Vidal : J’ai sorti récemment un album qui s’intitule Bleu Piscine, il est paru en juin dernier. Pour le moment, de mes trois albums, c’est celui qui a suscité le plus d’intérêt de la part des médias et de la presse. J’en suis très heureux. Nous l’avons enregistré très rapidement, en deux mois à peine. Il a été écrit, maquetté et finalisé dans la foulée. Le deuxième single "AR Mon amour" sortira en novembre, avec un clip et un remix de François Club.

Merci Nicolas Vidal, nous te connaissons mieux à présent. Nous te souhaitons une très longue et belle route. En attendant de te retrouver pour de prochaines dates de concert, nous sommes heureux de te découvrir dans les Froggy’s Sessions du webzine Froggy’s Delight.

Retrouvez Nicolas Vidal
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Les Nuits Sereines N'Existent Pas de Nicolas Vidal
La chronique de l'album Bleu Piscine de Nicolas Vidal

En savoir plus :
Le site officiel de Nicolas Vidal
Le Bandcamp de Nicolas Vidal
Le Soundcloud de Nicolas Vidal
Le Facebook de Nicolas Vidal

Crédits photos : Thomy Keat (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Cyril Adda         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Nicolas Vidal (10 octobre 2018)


# 9 décembre 2018 : l'empire d'essence

Pénurie d'essence peut être, mais pas de pénurie des sens avec notre sélection hebdomadaire à lire, à voir et à écouter. C'est parti sans plus attendre pour une semaine de plaisirs.

Du côté de la musique :

"L'allégresse" de DaYtona
"C'est la vie" de Phosphorescent
"Oak leaf" de Raoul Vignal
"Karl Maria Von Weber : Symphonie N 1 & concertos" de l'Orchestre Victor Hugo, Jean François Verdier, Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch
"City walk" de Adrien Chicot
"Tribute to an imaginary folk band" de Bedmakers
Rencontre avec Emma Solal, accompagnée d'une session acoustique aux couleurs de l'Italie
"Valdevaqueros" de Fred Nevché
"Chapitres V et VI" de La Pietà
"Parallel universe blues" de Papercuts
et toujours :
"Persuasive" de Persuasive
"About Bridges" de Régis Boulard et Nico Sacco
"No tourists" de The Prodigy
"Kings and bastards" de Roberto Negro
"Tout bleu" de Tout Bleu"
Plutôt me rendre" de Anne Darban
Nicolas Vidal en interview accompagnée de sa Froggy's session live, autour de son album "Bleu Piscine"
"Il était fou" de JUR
"Young girls punk rock" de Lilix & Didi
Mokado, Clozee et Grandepolis dans une sélection singles et EP
"S/T" de The Balkanys

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Antigone" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Love, Love, Love" au Théâtre de Belleville
"Un Picasso" au Studio Hébertot
"Bérénice Paysages" au Théâtre de Belleville
"J'admire l'aisance..." au Studio Hébertot
"Le Double" au Théâtre 14
"J'ai des doutes" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ecole des femmes" au Théâtre Dejazet
"Kiss & Cry" à la Scala
"Dans ma chambre" au Théâtre La Flèche
"F(r)iction" au CNAC de Châlons-en-Champagne
les reprises :
"Stuck Plastik, une pièce en plastique" au Théâtre-Studio d'Alfortville
"Aglaé" au Théâtre du Rond-Point
"L'Ombre de la baleine" au Théâtre Lepic
"ABC D'airs" au Théâtre Le Lucernaire
"Barbara amoureuse" au Théâtre Essaion
la chronique des spectacles de novembre
et la chronique des autres spectacles de décembre

Expositions avec :

"La Galerie des Sculptures" au Petit Palais
"Youssef Chahine" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

les films de la semaine :
"Pachamama" de Juan Antin
"Utoya 22 juillet" de Erik Poppe
"Rêver sous le capitalisme" de Sophie Bruneau
"Le sous bois des insensés" de Martine Deyres
Oldies but Goodies avec :
"Le Solitaire" de Michael Mann dans le cadre de la Rétrospective James Caanà la Cinémathèque française
et "La Cousine Bette" de Max de Rieux dans le cadre du Cycle Balzac à la Cinémathèque française
la chronique des sorties de novembre
et la chronique des autres sorties de décembre

Lecture avec :

"Le coup d'état Macron, le Prince contre la nation" de Guillaume Larrivé
"Allez tous vous faire foutre" de Aidan Truhen
"Dialectique de la pop" de Agnès Gayraud
"Inconnu à cette adresse", "84, Charing cross road" et "Les heures silencieuses" de Kressmann Taylor, Helene Hanff et Gaëlle Josse
"Pierre Laval, un mystère français" de Renaud Meltz
et toujours :
"Humains dans la rue : Histoires d'amitiés, avec ou sans abri" de Jean Marc Potdevin, Anne Lorient et Lauriane Clément
"Le meurtre du commandeur, livre 2 : La métaphore se déplace" de Haruki Murakami
"Les vérités cachées de la guerre d'Algérie" de Jean Sévillia
"No society" de Christophe Guilluy
"Séance infernale" de Jonathan Skariton
"Tous les Mayas sont bons" de Donald E. Westlake

Froggeek's Delight :

bientôt Noël... pensez aux cadeaux
"Assassin's Creed : Odyssey" sur PS4, XBOXONE, PC Windows
"Astrobot rescue mission" jeu en réalité virtuelle sur PS4
"Marvel's Spider-Man" en exclusivité sur PS4
"Shadow of the Tomb Raider" sur PS4, XBOXONE et PC
"Kingdom Come : Delivrance" sur PC, PS4 et XBOX

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=