Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Orchestre Victor Hugo - Jean-François Verdier - Nicolas Baldeyrou - David Guerrier - Thomas Bloch
Karl Maria von Weber : Symphonie N°1 & Concertos  (Klarthe Records)  novembre 2018

S’il est d’abord reconnu pour son magnifique opéra Freisschütz, Karl Maria von Weber (1786-1826) s’est distingué dans tous les domaines de la musique (musique symphonique, œuvres pour piano, musique de chambre, lieder, œuvres chorales) et a assis sa renommée grâce à des orchestrations soignées, un charme racé avec quelque chose de champêtre. Son attirance pour la nature, le féérique et le fantastique font de lui l’un des premiers romantiques allemands. Il sera l’un des premiers grands musiciens romantiques allemands à s’opposer au monopole de l’opéra italien et annoncera ceux de Wagner.

Il y a beaucoup de poésie chez Karl Maria von Weber, une certaine idée de la liberté, comme une fougue, un lyrisme ou du romanesque et une réelle envie d’être à la fois de son temps et d’avoir une écriture visionnaire et précurseure. C’est tout cela que l’on retrouve dans sa musique et dans ce disque avec la Symphonie n°1 et dans le Concerto n°2 pour clarinette, dans celui pour cor ou pour celui très rare pour harmonichord et interprétés par de grands concertistes : Nicolas Baldeyrou, David Guerrier et Thomas Bloch.

Dans le concerto pour clarinette, Weber y joue avec les possibilités techniques nouvelles de l’instrument : plus de couleurs, une plus grande vélocité, un plus grand ambitus, alliance de timbres avec les instruments de l’orchestre que l’on retrouve également dans la Symphonie n°1. Une virtuosité et des difficultés techniques que l’on perçoit également dans le concertino pour cor. L’adagio et rondo en fa joué ici à l’harmonica de verre a été composé pour harmonichord.

L’harmonichord est un instrument rare et atypique, comme l’alliance entre un piano et un violon, une sorte de piano droit dans lequel les cordes sont mises en vibration non par les marteaux mais par un frottement indirectement transmis par un cylindre de cuir sur les cordes donnant aux sons des effets aériens. Nous rajouterons ici l’effet céleste que confère l’harmonica de verre.

Quant à la Symphonie n°1, elle est le reflet d’un compositeur en pleine mutation esthétique et démontre toutefois beaucoup de promesses quant à la manière dont il traitera plus tard les passages pour orchestre dans ses œuvres de théâtre. Sa nature mélodieuse rappelle aisément à l’auditeur le penchant du compositeur pour l’écriture lyrique. Le premier mouvement est en forme de sonate et montre à quel point Weber avait déjà compris le sens symphonique. Son don pour la mélodie brille à travers tout le mouvement. Mais c’est dans le second mouvement, Andante que Weber montre ce qui éclatera vraiment plus tard : son talent pour le dramatique.

Le troisième mouvement est un scherzo avec une partie importante de hautbois. Le final est un mouvement énergique en forme de sonate qui achève la symphonie. Weber a reconnu lui-même que sa première symphonie n’était pas ce qu’il avait écrit de mieux, pourtant elle reste un moment fort agréable de musique. Dans toutes ces pièces, l’Orchestre Victor Hugo Franche-Comté sous la direction de Jean-François Verdier se montre toujours précis dans les dynamiques et les couleurs. Il n’est pas nécessaire de parler de la qualité des solistes ! Un beau disque donc !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Mozart : Piano Concertos Nos. 23 & 24 de François Chaplin, Jean-François Verdier & Orchestre Victor Hugo Franche-Comté

En savoir plus :
Le site officiel de Orchestre Victor Hugo Franche-Comté
Le Facebook de Orchestre Victor Hugo Franche-Comté
Le site officiel de David Guerrier
Le Facebook de David Guerrier
Le site officiel de Thomas Bloch


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 janvier 2020 : de De Gaulle à Rocard

Cette semaine encore beaucoup de choses à découvrir. D'un portrait de de Gaulle côté livre à l'affrontement Mitterand - Rocard au théâtre en passant par de la musique pop, classique et bien plus encore. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki
et toujours :
"Nougaro" de Babx, Thomas de Pourquery et André Minvielle
"True colors" de David Bressat
"Splid" de Kvelertak
"Bach, Handel : An imaginary meeting" de Lina Tur Bonet & Dani Espasa
"My favourite things", le podcast de Listen In Bed #8
"Turn bizarre" de Livingstone
"Le musc" de Petosaure
"En voyages" de Pierre Vassiliu
"Shadow in the dark" de Tiger & the Homertons
"Caipirinha" de Tiste Cool

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Una costilla sobre la mesa" au Théâtre de la Colline avec "Padre" et "Madre"
"L'Opposition - Mitterrand vs Rocard" au Théâtre de l'Atelier
"La Sextape de Darwin" au Théâtre La Bruyère
"hélas" au Théâtre de la Tempête
"Une histoire d'amour" à La Scala
"Le K" au Théâtre Rive-Gauche
"An Iliad" au Théâtre du Rond-Point
"Elephant Man" au Théâtre Le Lucernaire
les reprises :
"Architecture" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"En couple (situation provisoire)" à La Folie Théâtre
"Les vagues, les amours, c’est pareil" au Centrequatre
"La Vie est belle" au Théâtre Le Lucernaire
"Philippe Meyer - Ma radio heureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Opérapiécé" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereu - aaAhh BiBi" au Théâtre Tristan Bernard
"Marion Mezadorian - Pépites" au Pont Virgule
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour :
"Mondrian figuratif au Musée Marmottan-Monet
"Vincenzo Gemito - Le sculpteur de l'âme vénitienne" au Petit Palais
"Toulouse-Lautrec résolument moderne"au Grand Palais

Cinéma avec :

"Le Réseau Shelburn" de Nicolas Guillou
Oldies but Goodies avec "Les Bostoniennes" de James Ivory dans le cadre de la rétrospective que la Cinémathtèque française consacre au réalisateur
et la chronique des sorties de janvier

Lecture avec :

"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy
et toujours :
"Celle qui pleurait sous l'eau" de Niko Tackian
"Je suis le fleuve" de T.E. Grau
"La prière des oiseaux" de Chigozie Obioma
"Sang chaud" de Kim Un Su
"Un millionaire à Lisbonne" de J.R. Dos Santos

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=