Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Pietà
Interview  (Paris)  mercredi 28 novembre 2018

Rencontre avec La Pietà, suite à la sortie de ses Chapitres V & VI, l'occasion d'une session Froggy's Delight.

Peux-tu commencer par nous présenter ton parcours musical ?

La Pietà : Je fais de la musique depuis une quinzaine d'années, j'ai fait plusieurs projets, des groupes... J'ai vécu l'expérience de groupes indépendants : on avait acheté notre van et on partait sur les routes. Après, j'ai signé sur une major ; ça ne s'est pas super bien passé, j'ai découvert un peu le revers de la médaille de ce métier.

Il y a 4 ans, j'ai décidé d'arrêter complètement la musique, je me suis exilée dans le Sud, j'ai décidé de faire complètement autre chose. Mais en fait, écrire était viscéral donc j'ai commencé l'écriture d'un roman et rapidement, j'ai eu envie de mettre en musique des extraits de ce roman.

C'est comme ça que j'ai commencé un espèce de laboratoire créatif où je me suis amusée à travailler un peu à la manière d'un rappeur ; c'est-à-dire faire des instrus d'un côté et essayer de poser mes textes dessus, ce qui était assez différent de ce que je faisais avant. Avant, j'avais des manières de composer plutôt pop / rock / chanson, avec des mélodies. Là, pour la première fois, je me suis essayée à avoir un flow un peu plus slammé voire rappé.

Pourquoi avoir sorti tes chansons sous la forme de chapitres plutôt qu'un album ?

La Pietà : Au départ, je n'avais pas du tout l'intention de sortir ce projet, c' était un projet exutoire, pour moi. Je voulais juste m'amuser artistiquement. Puis j'ai eu envie de sortir quelques titres mais je ne voulais pas répondre aux règles que l'on m'avait imposées pendant des années dans le milieu de la musique. Je n'avais pas envie d'avoir un format disque, je n'avais pas envie qu'il y ait ma gueule sur les pochettes d'albums, je ne voulais plus de ces choses que j'avais vécues en maison de disques. Je m'étais dit que j'allais me masquer, qu'on ne verrait jamais mon nom ni mon visage et que je ne ferai pas un format album, que je sortirai mes titres par petits chapitres.

J'ai appelé ça des chapitres car c'était lié à l'écriture de mon roman donc je me suis mise à sortir les titres sous forme de minis EP. Il s'est passé  plein de choses pour La Pietà en très peu de temps : le projet a pas mal plu, il y a eu de plus en plus de concert... Du coup, j'ai eu envie de réunir un peu tout ça dans une espèce de boîte qu'on sortira l'année prochaine où on retrouvera le premier album de La Pietà. Vu que j'ai beaucoup de titres, je me suis dit que j'allais enfin en sortir un et il y aura à la fois l'album et les anciens chapitres déjà sortis.

Sur les deux nouveaux chapitres, on change pas mal de style par rapport aux ' premiers chapitres déjà sortis ?

La Pietà : Oui et non. Tu viens d'avoir un aperçu en piano / voix, dans des versions épurées. C'est sûr que depuis 3 ou 4 ans, ce que j'écoute influence ma musique. Je cherchais aussi la bonne manière de produire le son. On est encore en recherche : on cherche un réalisateur pour l'album.

C'est vrai que je n'avais pas envie de m'enfermer dans le projet que j'avais créé, je ne voulais pas être à nouveau obligée de respecter des règles que je m'étais imposée moi-même. Je me suis imposé un cadre, avec le masque, l'univers en noir et blanc, le style musical. Au bout d'un moment, je me suis dit :"attention, tu es en train de recréer le même schéma, de t'enfermer dans La Pietà, tu es censée faire ça comme ça".

Alors, je me suis dit non : La Pietà, pour moi, c'est signe de liberté avant tout, un projet punk dans l'âme, bien plus que dans le son. Pour moi, cette attitude punk, c'est de dire je vais là où vous ne m'attendez pas ! Donc le "single" des nouveaux chapitres, "La salle d'attente" est un piano / voix ! C'était un peu amener La Pietà là où on ne l’attendait pas !

Le fait de séquencer les sorties sous forme de minis EP te permet également d'évoluer entre les titres et que le résultat soit plus varié que sous la forme d'un album.

La Pietà : Oui, tout à fait, j'ai un Soundcloud où je mets toutes mes maquettes. Rien qu'en un an, j'ai 40 maquettes dessus. Des chansons, j'en écris tout le temps. Après, le temps de production derrière, aller en studio, sortir les disques, en faire la promo, ça prend beaucoup plus de temps, donc les choses évoluent !

Sur l'album, ce seront seulement des nouveaux titres ?

La Pietà : Je pense qu'on refera un ou deux titres. Par exemple, "La Moyenne", on la refera au goût du jour, plus proche de ce que l'on fait maintenant en live, parce que ce titre est le premier que j'ai enregistré, c'est le titre fort. La version qui est sortie a été enregistrée chez moi, en home studio donc je pense qu'on en refera une version.

En terme de direction, ce que vous venez de voir, c'est aperçu de vers là où je vais : des choses plus épurées avec une volonté de mettre plus en avant le texte.

Les textes sont de plus en plus slamés.

La Pietà : Oui, il y a un peu des deux, je continue quand même à chanter. On a des morceaux complètements chantés aussi. Sur les chapitres 5 et 6, il y a un titre guitare / voix, "Manger ta douleur", qui est beaucoup plus dans le format de ce que je faisais avant. C'est sûr que la marque de La Pietà, ce sont ses textes et cette manière de les scander. Sur scène, on va aller sur des versions épurées ou un mélange.

Avec les musiciens, on a travaillé un nouveau set qui fonctionne bien en live, dont je suis assez contente car c'est beaucoup plus nuancé qu'avant. Avant, on identifiait beaucoup le projet de La Pietà comme une fille en colère, la rage, la hargne. C'est vrai, il y a de ça mais je n'avais pas envie qu'il n'y ait que ça. Je voulais une palette d'émotions comme ce que je vis ou ce que j'écris.

Notre set actuel permet d'avoir ces nuances. Les gens nous disent que ce sont les montagnes russes de l'émotion car on passe de moments drôles à des moments de larmes. C'est quelque chose que je pense garder.

La deuxième chose, c'est que je réfléchis à monter deux spectacles sur la tournée de fin 2019 qui accompagnera la sortie de l'album : je compte faire le spectacle tel qu'il existe maintenant, avec mes musiciens et un show plus petit avec juste un pianiste où ce sera un cocon piano / voix, quelque chose de beaucoup plus proche que ce que vous venez de voir. Je trouve ça bien d'avoir les deux formules, c'est intéressant de faire les deux et cela permet de jouer dans des lieux très différents.

Oui, c'était excellent de voir cette version de "La moyenne" ! Et ton roman, ça en est où ?

La Pietà : Ce n'est pas abandonné mais ça prend beaucoup de temps d'écrire un roman car il faut vraiment se mettre dedans et ne faire que ça. A l'époque, j'avais décidé d'arrêter la musique donc je l'avais commencé car je n'avais rien d'autre à ce moment-là. Maintenant, depuis le début de La Pietà, il s'est passé tellement de choses que je n'ai jamais 3 jours d'affilée pour moi pour faire ça. En l’occurrence, il me faudrait plutôt 3 mois que 3 jours ! Je pense que je vais pas mal en faire pendant les vacances de Noël et m'enfermer pour écrire et composer aussi. Mais je vais essayer de continuer ce roman. Le but, c'est qu'il sorte en 2020/2021. Ce sera après la boite noire, l'album de La Pietà !

Pour finir, peux-tu me résumer La Pietà en quelques mots ?

La Pietà : Te résumer La Pietà, c'est difficile ça... A la base, c'est un projet pluridisciplinaire. J'avais la volonté de pouvoir exprimer différentes émotions à travers différents médium artistiques et revenir à mes première passions car j'ai fait des études d'arts plastiques et de photos. Au départ, c'était vraiment un laboratoire créatif : le roman, puis je me suis remise à peindre, à faire de la photo, j'ai réalisé mes clips moi-même et produit cette musique.

Au fur et à mesure, le côté musique a pris le dessus, ça a commencé à plaire, un tourneur m'a contactée, j'ai recruté des musiciens. Mais le but, c'est cette possibilité d'exprimer tout un panel d'émotions de manières différentes. On va travailler ça pour le spectacle de 2019, en intégrant plus d'images et de vidéos au spectacle, que ça en fasse partie intégrante.

Après, résumer La Pietà, c'est compliqué. Tu l'as dit, c'est du slam, avec un espèce de mélanges de sons à la fois modernes hip-hop électro au niveau des rythmiques et des sons plus noise au niveau des guitares et avec l'ensemble de tout ça, on essaie d'aller toucher les cœurs !

Retrouvez La Pietà
en Froggy's Session
pour 3 titres en cliquant ici !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Chapitres I & II de La Pietà
La chronique de l'album Chapitres V & VI de La Pietà

En savoir plus :
Le site officiel de La Pietà
Le Bandcamp de La Pietà
Le Soundcloud de La Pietà
Le Facebook de La Pietà

Crédits photos : Arnaud Kehon (retrouvez toute la série sur Taste Of Indie)


Frizet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots

Tels les litres de Guinness qui ne manqueront pas d'innonder toute l'Irlande et même le monde entier à l'occasion de le Saint Patrick, voici notre sélection hebdomadaire culture qui se déverse dans vos yeux et vos oreilles curieux et gourmands.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Frédéric Lo autour de son album "Hallelujah!"
"Data Mirage Tangram" de The Young Gods
"Grand casino" de Manu Lanvin & The Devil Blues
Rencontre avec Mass Hysteria
"Boccherini" de Ophélie Gaillard, Sandrine Piau et Ensemble Pulcinella
"Le dilettante d'Avignon, Jacques Fromental Halévy" de Orchestre Régional Avignon-Provence et Michel Piquemal
"The golden fascination" de Richard Andrews
"10 ans plus tarés" de Fastened Furious
"14th boyz EP" de Fastlanes
King Child, Mouse Dtc, Innvivo dans une sélection de EP et singles
"Iggy Salvador" de Dj Zebra
"Erik Trufaz Quartet en concert à l'Aéronef
Tamino à l'Aéronef de Lille
Patrick Coutin est de retour, à retrouver en concert privé et en entretien
et toujours :
"A la lisière" de Clarika
"La disparition d'Everett Ruess" de Emmanuel Tellier
"Fauré Requiem - Poulenc Figure humaine - Debussy Trois chansons" de Ensemble Aedes, Les Siècles, Mathieu Romano
"Look ahead" de Fred Nardin Trio
"Connecting the dots" de Guy Mintus Trio
"Soistices" de Heaume Mortal
"Just about anything is possible" de Inred
"Mon héroïne EP" de Kyrie Kristmanson
"A walk above clouds EP" de Line
"Arabella EP" de Arabella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Le Pays lointain" au Théâtre national de l'Odéon
"Qui a tué mon père" au Théâtre de la Colline
"En se couchant, il a raté son lit" au Théâtre Gérard Philippe à Saint-Denis
"Veillée de famille" au Théâtre du Rond-Point
"La Mort (d')Agrippine" au Théâtre Dejazet
"Oncle Vania" au Théâtre du Nord-Ouest
"Anaïs Nin, une de ses vies" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Apocalypse bébé" au Théâtre Paris-Villette
"Madame Pink" au Théâtre du Rond-Point
"Philippe Meyer - Ma radio, histoire amoureuse" au Théâtre Le Lucernaire
"Café Polisson" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Eldorado Dancing" à la Ferme Le Bel état à Guyancourt
des reprises:
"Place des Héros" au Théâtre Les Gémeaux à Sceaux
"Les Damnés" à la Comédie française
"La Légende de Bornéo" au Théâtre de l'Atelier
"L'Autre fille" au Théâtre Les Déchargeurs
"Je parle à un homme qui ne tient pas en place" au Théâtre de Nesle
"Dans les jardins de Carlos et Nestor" au Théâtre de Nesle
"Les Divalala - Femme, Femme, Femme" au Théâtre Lepic
"Cabaret Siméon" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mars

Expositions avec :

"L'Orient des peintres" au Musée Marmottan-Monet

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Le Corps sauvage" de Cheyenne-Marie Carron
"Leur souffle" de Cécile Besnault et Ivan Marchika
et la chronique des autres sorties de mars

Lecture avec :

"Desh" de Tofépi
"Firebird" de Thomas Harnois
"Guillaume le Conquérant / Léonard de Vinci" de David Bates / Carlo Vecce
"Iggy Salvador" de Antoine Zebra
"Lincoln au Bardo" de Georges Saunders
"Oyana" de Eric Plamondon
"Rendez vous à Samarra" de John O'Hara
et toujours :
"Un certain Paul Darrigand" de Philippe Besson
"Après" de Nikki Gemmell
"Boy erased" de Garrard Conley
"L'ombre de la baleine" de Camilla Grebe
"Les gratitudes / Mon père" Delphine de Vigan / Grégoire Delacourt
"Les suppliciées du Rhône" de Coline Gatel
"Tu finiras clochard comme ton Zola / Nouvelles morales provisoires" de Philippe Val / Raphaël Enthoven"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 17 mars 2019 : Que la culture coule à flots
- 10 mars 2019 : On vote pour le plein de nouveautés.
- 3 mars 2019 : The Colour of Spring
- 24 février 2019 : comme un air de vacances
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=