Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Scaramouche Jones
Théâtre de Nesle  (Paris)  décembre 2018

Monologue dramatique de Justin Butcher interprété en langue anglaise par Leslie Clack dans une mise en scène de Patricia Kessler.

La scène se passe le 31 décembre 1999. Le siècle s'achève dans une heure et fera place à un nouveau millénaire. Un clown rentre dans s

Assis à sa table de maquillage, il s'apprête à enlever sa perruque et il annonce qu'il sera mort dans une heure. Pas question pour lui de connaître l'ère nouvelle. Il va mourir à juste cent ans et c'est son histoire fantastique qu'il va conter.

Comment, lui, né à Trinidad, d'une prostituée gitane et d'un père Anglais, va-t-il devenir un clown blanc presque centenaire ? C'est la singulière histoire qu'il va raconter en enlevant un à un ses oripeaux clownesques dans cette ultime danse comique qui va clore sa vie.

Des Antilles à l'Afrique, en compagnie d'un marchand d'esclaves, d'un charmeur de serpents, d'un prince italien, il se rapproche de sa terre promise, l'Angleterre (car son père n'était-il pas "an englishman"). Il lui faudra avant cela connaître l'horreur des camps nazis, où il fera office de clown chargé d'emmener les enfants à la mort.

Ce n'est qu'une fois avoir prouvé qu'il n'était pas complice des nazis, lui le fils d'une bohémienne et d'un père anglais, qu'il deviendra "Scaramouche Jones" et embrassera la carrière de clown avec cette formule qui résume sa vie  et la pièce de Justin Butcher : "50 years to make the clown, 50 years to plays the clown".

Jouée pour la première fois en 2002, par le grand acteur anglais Pete Postlethwaite, dont les Français n'ont pas oublié les prestations dans « Les Virtuoses" et dans de nombreux films anglo-saxons, a été souvent reprise par Justin Butcher lui même. Curieusement jamais traduite en français, elle mériterait de l'être.

Ici, c'est Leslie Clack, excellemment mis en scène par Patricia Kessler, qui embarque le spectateur dans ce récit qui résume le vingtième siècle à la fois farce et tragédie. Il est prodigieux, n'en fait jamais trop, murmure parfois sans que cela devienne un tic de jeu et donne seulement quelques preuves de son art clownesque quand il est censé conduire les petits enfants martyrs à leur supplice.

Même si l'on possède un niveau très moyen en anglais, on peut le suivre en toute confiance, ni actor's studio ni conservatoire, il représente la belle tradition des acteurs anglais classiques, dont il sait éviter l'emphase et la morgue.

On l'a dit, il enlève peu à peu ses habits de clown pour n'être plus au final qu'un vieil homme en sous-vêtements blancs et chaussettes à rayures rouges. Quand le noir se fait, le clown est nu, le clown est mort. Et c'est un moment d'une grande puissance théâtrale auquel auront assisté ceux qui surmonteront leur peur d'un spectacle d'une heure en version originale sans sous ou sur-titres.

Il faut remercier solennellement Monsieur Leslie Clack d'être venu porté la voix de Scaramouche Jones de l'autre côté de la Manche. Il a fait de ce clown un être humain à part entière dont on n'oubliera justement pas toute l'humanité.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 21 juillet 2019 : La folle histoire de l'espace

Ces jours-ci on célèbre les premiers pas de l'homme sur la lune, on ambitionne d'y retourner. En attendant, c'est les pieds sur terre que nous vous proposons notre petite sélection culturelle pour vous inviter à décoller un peu vous aussi du quotidien. C'est parti :

Du côté de la musique :

"Triple ripple" de Automatic City
"Jaws" de Condore
"480" de DBK Project
"Echo" de Marion Roch
"Bach & co" de Thibault Noally & Les Accents
"To be continued" de Tropical Mannschaft
Haiku Hands au festival Terre du Son #15
Sara Zinger égalment à Terre du Son, à retrouver en interview
interview de The Psychotic Monks toujours à Terre du Son
On vous parle du Festival de Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Samedi avec Beach Youth, Clara Luciani, Idles, The Hives, Mogwai...
Dimanche pour finir avec Bro Gunnar Jansson, Jeanne Added, Tears for Fears, Interpol...
et toujours :
"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...

Au théâtre :

"Iceberg" au Théâtre de la Reine Blanche
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle

Cinéma :

la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"Benalla, la vraie histoire" de Sophie Coignard
"Floride" de Laurent Groff
"Whitman" de Barlen Pyamootoo
et toujours :
"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"La traque du Bismarck" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=