Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Pygmalion
Sandrine Revel  (Editions Les Arènes)  mai 2018

Librement inspiré de l’œuvre de Jean-Jacques Rousseau, Pygmalion de Sandrine Revel est lyrique et onirique.

Mais d’abord, petit retour aux origines. Jadis, un rude Néanderthal s’éprit éperdument d’une Sapiens glabre, faisant fi des appartenances, et s’attirant du même coup les foudres des deux communautés nommées. Ce fut probablement la première (mais pas la dernière fois) que l’amour (aveugle) s’est avéré impossible pour diverses raisons pileuses et / ou religieuses. L’histoire inspira un nombre inimaginable de romantiques et d’auteurs rejetés. Y compris les plus grands, ci-joint Jean-Jacques !

Rousseau, qui s’inspira lui-même d’un mythe grec relatant l’amour d’un sculpteur pour sa parfaite sculpture. Ici, la parole à tous les Gégé de la planète : "ah ben au moins elle ne prêche pas celle-là". Fin du temps de parole Gégé.

Revenons-en à nos graphismes. Sandrine Revel ne fait pas les choses à moitié, cet album est un véritable chef-d’œuvre, en forme de grande révérence aux arts. A commencer par la sculpture. Dans les tourments de ses déclarations, le narrateur incarne tour à tour Auguste Rodin, Nikki de St Phalle, Camille Claudel et Ron Mueck, quarte artistes, quatre univers transcendés par la création et le génie en volume.

La musique est au premier plan. Pygmalion est un mélologue, du parlé-chanté, textes de Rousseau et musique de Gerog Benda, précisément ce qu’il manquait d’âme aux images pour les faire respirer. Il a fallut plus d’un an de collaboration avec le Paris Mozart Orchestra pour aboutir à cette pépite.

Et puis il y a les dessins, légers et tourmentés, les paysages sont les décors mats d’un délire amoureux, les personnages ont l’élégance solaire des acteurs de tragédie. La couleur rouge est utilisée pour incarner les volutes musicales, grâcieuses arabesques issues directement du sang pulsant dans le cœur de Pygmalion, s’enroulant dans les interstices de ses mots et s’élevant jusqu’aux instruments de l’orchestre auquel il insuffle l’onirisme de l’œuvre.

Le tourment de l’artiste, la passion qu’il insuffle dans sa création, les monologues intérieurs, les espoirs, l’amour est une infinie palette d’émotions faite de chagrins et de tambours battants. Pygmalion de Sandrine Revel est à mes sens éblouis une sublime interprétation du mythe de l’amour à sens unique. Tragédie magnifique.

 

Vous pourrez notamment retrouver cet ouvrage dans la librairie Atout-Livre BD à Paris.

En savoir plus :
Le Facebook de Sandrine Revel


Nathalie Bachelerie         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

Les 4 derniers journaux
- 18 août 2019 : Au rythme des vacances
- 11 août 2019 : Sur la Route du Rock
- 4 août 2019 : De festival en festivals
- 28 juillet 2019 : La canicule recule
           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=